Guerre commerciale, taxe Gafa, feux de forêt en Amazonie... ce qu'il faut retenir du G7 de Biarritz

 |   |  1300  mots
(Crédits : Reuters)
Alors que se tient ce lundi 26 août, le dernier jour du G7 de Biarritz, retour sur les grand sujets abordés durant ce sommet marqué par la visite surprise du ministre iranien des Affaires étrangères dimanche, les inquiétudes provoquées par la guerre commerciale Chine-Etats-Unis, et les incendies en Amazonie.

(Article publié le 26 août 2019 à 11h58, MAJ à 13h15)

La cité balnéaire de Biarritz dans le sud-ouest de la France vit ses dernières heures sous la cloche ultra-sécurisée du G7, qui s'achèvera en milieu d'après-midi par une série de conférences de presse des différents dirigeants réunis depuis samedi. Retour sur les principaux sujets abordés durant ce rassemblement.

L'Iran invité surprise du sommet du G7

Le dossier du nucléaire iranien a fait une apparition inattendue et remarqué au G7. Pour cause, à la surprise générale, Mohammad Javad Zarif, le chef de la diplomatie iranienne, a été reçu par des Européens dimanche 25 août en marge du sommet, alors qu' Emmanuel Macron tentait de convaincre son homologue américain Donald Trump de jouer la désescalade avec Téhéran. Mohammad Javad Zarif a rencontré Emmanuel Macron et son homologue français Jean-Yves Le Drian ainsi que des représentants des deux autres pays européens - Allemagne et Grande-Bretagne - signataires de l'accord sur le nucléaire iranien.

"Le chemin est difficile" mais cela "vaut la peine d'essayer", a tweeté le chef de la diplomatie iranienne, resté quelques heures à Biarritz, à l'issue de ses entretiens. Les discussions ont été "positives", et "vont se poursuivre" a déclaré la présidence française, précisant que le ministre, sous le coup de sanctions américaines, était venu à Biarritz "en accord" avec les Etats-Unis et que M. Macron en avait informé Donald Trump. Ce dernier, interrogé sur la venue de l'émissaire iranien, s'est contenté d'un "no comment".

Les Iraniens ont cessé en juillet de respecter certains engagements de l'accord de Vienne encadrant leur programme nucléaire, en réaction à la sortie en mai 2018 des Etats-Unis du texte et à la réintroduction de lourdes sanctions américaines. Les Européens, Paris en tête, essaient depuis de convaincre Washington d'alléger les sanctions sur le pétrole iranien en échange d'un retour de Téhéran à ses engagements et de l'ouverture de négociations sur son programme balistique.

Des négociations en cours dans la guerre commerciale Chine-Etats-Unis

Parmi les sujets largement abordés durant ce rassemblement, la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chin  qui préoccupe les dirigeants réunis qui craignent que cela n'entraîne une économie mondiale flageolante vers la récession. Le président américain Donald Trump a déclaré lundi au sommet du G7 de Biarritz que les négociations avec la Chine sur la guerre commerciale entre les deux pays "n'ont jamais été aussi significatives". Notamment car, selon lui, les Etats-Unis s'en sortent bien économiquement et que la Chine "perd des millions d'emplois". "Je pense que tout est possible", assure-t-il quant à ses prochaines actions dans la guerre commerciale avec Pékin. Chinois et Américains ont appelé ce lundi au dialogue dans l'espoir de résoudre leur guerre commerciale, trois jours après l'annonce de nouvelles hausses mutuelles de droits de douane, qui inquiètent de plus en plus entreprises et marchés.

A une semaine de l'entrée en vigueur prévue de nouvelles sanctions réciproques, Pékin a appelé au calme et à la "coopération", mais sa monnaie nationale, le yuan, est repartie à la baisse, accroissant la pression sur le commerce américain. Avant de quitter Biarritz, le président américain, Donald Trump a finalement mis de l'eau dans son vin et annoncé, ce lundi 26 août, que les négociations avec la Chine allaient reprendre "très prochainement" malgré la volonté du locataire de la Maison-Blanche de vouloir poursuivre sa logique de confrontation avec Pékin.

Trump n'a toutefois pas cité de date. Lors de leur dernière négociation à Shanghai fin juillet, les deux parties avaient convenu de se revoir en septembre aux Etats-Unis, mais aucune date précise n'a encore été annoncée. Interrogé lors d'un point de presse, le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang, a dit ne pas être au courant de la conversation évoquée par M. Trump. De son côté, le principal négociateur chinois, Liu He, a assuré que Pékin était prêt à "résoudre calmement le problème par des consultations et la coopération".

"Nous sommes résolument opposés à l'escalade de la guerre commerciale" qui n'est bonne "ni pour la Chine, ni pour les Etats-Unis, ni pour les peuples du monde", a ajouté M. Liu, cité par la presse financière.

Des promesses pour l'Amazonie et un accord sur la taxe Gafa

Autrement, les incendies en Amazonie, ajoutée au menu du sommet par Emmanuel Macron à la dernière minute, provoquant une crise avec le Brésil du président climato-sceptique Jair Bolsonaro, ont été évoqués. Le G7 s'est mis d'accord pour "aider au plus vite les pays frappés" par les feux qui se sont multipliés ces derniers jours. "Il y a une vraie convergence pour dire "On se met tous d'accord pour aider le plus vite possible les pays qui sont frappés par ces feux", a rapporté Emmanuel Macron. Face aux appels à l'aide, lancés notamment par la Colombie, "on doit se montrer présents", a ajouté Emmanuel Macron, qui avait vertement critiqué vendredi "l'inaction" du président brésilien Jair Bolsonaro​ face à ce désastre environnemental. La Grande-Bretagne a notamment promis une enveloppe de 10 millions de livres.

Par ailleurs, les conseillers finances de la France et des Etats-Unis ont trouvé un accord sur la taxe numérique française (taxe Gafa) en marge du G7, qui sera soumis lundi aux chefs d'Etat. Ce projet d'accord prévoit un remboursement aux entreprises par la France de la différence entre la taxe française et le nouveau système instauré sous l'égide de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une fois que ce dispositif aura été mis en place, a précisé cette source."C'est une proposition sur laquelle le conseiller de Donald Trump est d'accord", a souligné cette source. "Le mécanisme est ainsi pour le moment. C'est la proposition commune." Ce sommet, élargi par la France à plusieurs autres pays non-membres dans un souci de renouvellement de l'exercice, aura été aussi le premier grand tour de piste du nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson, en pleine négociation avec l'Union européenne sur les modalités du Brexit.

Biarritz aura aussi permis de constater qu'il n'y a aucune avancée sur la question de la frontière irlandaise, point de blocage des négociations, alors qu'approche à grands pas la date couperet du 31 octobre à laquelle le Royaume-Uni sera hors de l'UE. M. Johnson en a aussi profité pour faire du charme à Donald Trump, espérant nouer avec Washington des relations commerciales privilégiées pour amortir le choc du Brexit. Sur le plan sécuritaire, le gouvernement français a passé l'épreuve avec succès, lui qui voulait éviter à tout prix de voir le sommet émaillé de manifestations violentes comme la France en a connu l'hiver dernier lors de la crise des gilets jaunes. Les autorités avaient déployé plus de 13.000 policiers et gendarmes et verrouillé la région, poussant les organisateurs de manifestations à revoir leurs ambitions à la baisse, dénonçant un dispositif surdimensionné. Pour clore cette séquence, Emmanuel Macron sera interrogé lundi soir au journal de la chaîne de télévision publique France 2, dans une volonté de rendre compte aux Français des résultats du sommet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2019 à 18:49 :
A part les niaiseries communicatives répétées en boucle jusqu'à la nausée par les media aux ordres, pas grand chose.
a écrit le 27/08/2019 à 18:45 :
J'ai été plutot surprise en bien par les bons résultats du sommet:les Us et l'Iran se reparlent,le gouvernement Brésilien est forcé de s'attaquer au problème des feux de forets,les grands se reparlent.Un succès pour Macron,injustement peu relayé dans les médias.
a écrit le 27/08/2019 à 15:12 :
ce qu'il faut retenir? rien. Un G7 sans la Chine et la Russie avec un Trump qui fait ce qu'il veut et une UE qui n'est qu'une zone de libre échange sans aucune politique commune, on ne voit pas ce qui pourrait nous exciter.
a écrit le 27/08/2019 à 8:31 :
Entre les pays, c’est comme dans un couple.... aussi longtemps qu’on parle, on s’éloigne des conflits. Ce G7 est un réelle réussite sur ce plan la. Et je pense que son organisation et le rôle de la France ont été majeurs
Réponse de le 27/08/2019 à 10:21 :
"Et je pense"

LOL Comme si ça t'était déjà arrivé ! :D
Réponse de le 27/08/2019 à 12:46 :
Vous avez raison : le rôle de la france a été majeur... pour totalement rater toute l'affaire, mais c'est une habitude bien franchouillarde, ça, les échecs. Macron s'est vite fait remettre en place pour les autres participants et, malgré d'inutiles effets de manche et une nauséabonde autosatisfaction qui ne convaincra que quelques pitoyables nervis décérébrés, macron est docilement retourné, bien tenu en laisse par les autres du G7, dans sa petite niche élyséenne. mais oui, le rôle de la france a été majeur... pour démontrer une fois de plus que la grenouille s'arrivera jamais à se faire aussi grosse que le boeuf. Que la france ne compte pas sur la scène internationale. mais qu'elle fait bien rigoler le monde entier.
a écrit le 26/08/2019 à 19:41 :
Ce qu'il faut retenir ? Mais simplement que la Bêtise fit Jaillir Bolsonaro ! Point Barre
Réponse de le 27/08/2019 à 8:29 :
un sentier sans gloire pour les dignitaires de la zone euro
a écrit le 26/08/2019 à 19:14 :
Ce projet d'accord prévoit un remboursement aux entreprises par la France de la différence entre la taxe française et le nouveau système instauré sous l'égide de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une fois que ce dispositif aura été mis en place, a précisé cette source."C'est une proposition sur laquelle le conseiller de Donald Trump est d'accord", a souligné cette source. "Le mécanisme est ainsi pour le moment. C'est la proposition commune."

Réaction:

Pourquoi la France rembourse ?
Réponse de le 27/08/2019 à 10:19 :
C'est au contraire assez malin, les USA pensent avoir obtenu une concession mais la France compte évidemment faire pression sur l'OCDE pour que la future taxation soit équivalente.
Réponse de le 27/08/2019 à 21:03 :
Un jeu de dupe et une com pour duper les français!
a écrit le 26/08/2019 à 16:46 :
En somme, ce G7 nous montre qu'il gère...non!! qu'il parle de l'actualité du monde et ne fait que constater les divergences déjà connues sur les affaires en cours : brexit, guerre cciale avec le belligérant même pas convié, différent sur l'Iran avec des négociations en cours ( on s'en doutait pas) , taxe Gafa qui reste provisoire en attendant mieux, aide contre les feux amazonnien qui aurait pu être gérée par l'ONU.
Et le ppal sujet sur les inégalités ??
Cela valait t il vraiment une causerie à 100 millions d'euros, comme le mentionne un commentaire fort à propos ??
Pas contents les GJ !!
On comprend pourquoi Poutine n'est pas pressé de revenir. Avec au moins un sujet qui fâche sur la Syrie qui n'a pas été évoqué.
Réponse de le 26/08/2019 à 20:15 :
Le G7a coûté 36 millions. La casse des radars par les gilets jaunes a coûté 400 millions.
Réponse de le 27/08/2019 à 12:42 :
Faux ! Fake news ! Le G7 a coûté la bagatelle d'environ 100 millions d'euros tirés de votre poche. Comme si les impôts n'auraient pas pu être utilisés de manière plus intelligente... Oups ! Intelligence et france ? Totalement incompatible !
Réponse de le 27/08/2019 à 13:35 :
le chiffre de 36 millions d'euros que vous avancé est totalement mensonger car il ne prend pas en compte la dispendieuse rénovation de l'établissement qui a accueilli certaines réunions du G7, pas plus que les immenses pertes subies manu militari par les commerçants en pleine saison touristique. Lorsque l'on met tous les coûts bout à bout, la barre des 100 millions d'euros est très largement dépassée. D'où deux réflexions... 1.- quand un pays - la france - est surendetté, qu'il a une dette considérée aujourd'hui par tous les économistes sérieux, fiables et compétents (donc, forcément pas français) comme totalement insoutenable, quand ce même pays est aussi considéré comme le chancre européen et l'un des plus grands risques pour l'économie et la finances mondiales (avec le japon et le usa), gaspiller une telle somme juste pour gonfler l'ego du petit coq élyséen est totalement anormal, immoral et inconséquent; mais cela ne fait qu'illustrer le fait que la france est dirigé par un incompétent notoire qui a tellement peu de compétences économiques qu'il n'a même pas réussi à rester un petit employé de banque basique, c'est dire ! 2.- Alors que le pantin élyséen se fait le chantre de la protection environnementale et climatique (pour un pays qui est l'un des plus pollué d'europe, quelle blague !), il se libre à ce pitoyable cirque du G7, avec touts les gaspillages énergétiques et la pollution que cela engendre : véhicules officiels, avions, hélicos, transports des milices armées censées défendre la forteresse G7 etc etc ne sont pas spécialement écologiques, malgré le discours creux du petit macron. Une simple visioconférence aurait causé moins de pertes pour les commerçants locaux, moins de dépenses somptuaires pour un pays qui est économiquement étranglé par se dette abyssale, moins de nuisances pour les habitants et vacanciers, moins de gaspillages énergétiques et de pollution environnementale pour tout le monde; Ah oui ! Mais une visioconférence, aussi efficace que le médiocre cinéma dont on a abreuvé la populace, n'aurait pas flatté l'égocentrique et pourtant incompétent élyséen. Bah ! Finalement, qu'importe ! macron a réussi a démontré une fois de plus qu'en-dehors de la façade et du paraître, la france, sa populace et sa classe politique ne sont rien que du vent. Mais plus de 100 millions d'euros pour démontrer ce que tout le monde sait déjà depuis bien longtemps, c'est cher payé ! Et tout le monde s'en fout : c'est vous qui avez payé !
a écrit le 26/08/2019 à 16:38 :
Pas sur de pouvoir faire grand chose avec le Brésil gangréné par la violence avec un meurtre toutes les 10 minutes. Le problème n'est même plus politique à ce stade mais profondément psychologique. Donc de la à trouver une population et un gouvernement à l’écoute sur l'écologie ....
a écrit le 26/08/2019 à 16:22 :
A retenir que Biarritz a loupé sa saison mais espère les retombés de la pub pour l'année prochaine!
Réponse de le 26/08/2019 à 20:17 :
Ce n'est pas quelques jours de blocage de la ville qui fait louper la saison qui dure plusieurs mois.
a écrit le 26/08/2019 à 14:31 :
La femme de Bolsonaro plus jeune que celle du mac ? :-)

Vu comme c'est difficile à trouver même sur le net ça m'étonnerait que ce commentaire passe, surtout en UERSS, empire prévu pour durer mille ans dans laquelle on ne se moque surtout pas de nos si formidables et compétents dirigeants !
a écrit le 26/08/2019 à 14:25 :
Ben tiens moi qui croyait que c'était un G7 sous le signe de la lutte contre les inégalités !

Les mecs ils sont tellement paramétrés à affirmer des trucs qu'ils ne comprennent pas qu'ils racontent dorénavant totalement n'importe quoi.

"Emmanuel Macron sera interrogé lundi soir au journal de la chaîne de télévision publique France 2, dans une volonté de rendre compte aux Français des résultats du sommet. "

Arrêtez votre lavage de cerveau les gars svp, sur france info le nom d'emmanuel macron a été répété 50 fois en moins de un quart d'heure.

Grotesque.
a écrit le 26/08/2019 à 14:02 :
Il n'y a en fin de compte que trois choses à retenir de ce pitoyable cirque. 1.- Cette pantalonnade aura coûté environ 100 millions d'euros au total aux contribuables français. Juste pour que quelques politiciens en mal de reconnaissance puissent venir faire leur show (mais qui cela intéresse vraiment, hormis des medias fort peu indépendants et en mal de copie ?) et bla-blater pour ne rien dire puisque, au final, ce "sommet" made in france n'a débouché sur rien. 2.- Cette gigantesque mascarade à destination de la plèbe aura une nouvelle fois démontré - si besoin était encore - le côté totalitaire et anti-démocratique du G7 et des pays qui y sont représentés; Retranchés derrière leur forteresse, les politicards de service n'ont eu qu'à lâcher leurs hordes casquées et sur-armées sur des manifestants "pro-démocratie" pacifiques. 3.- Ce show finalement assez répugnant aura une nouvelle fois montré que le petit macron a une capacité hors du commun à rater tout ce qu'il tente désespérément, à avaler les couleuvres infligées par ceux qui le dominent et à rentrer docilement dans sa petite niche élyséenne comme un gentil toutou docile, obéissant à ses maîtres. Il a voulu forcer la main de tout le monde avec l'Iran. Il s'est une nouvelle fois ridiculisé sur la scène internationale et a, encore une fois, démontré l'insignifiance de la france et de sa marionnette présidentielle. En fin de compte, ce qu'il faut retenir de ce G7, c'est surtout le ridicule français !
Réponse de le 26/08/2019 à 16:04 :
Si vous l'écrivez cela doit être vrai!
Bonsoir et à demain si vous le voylez bien.
Réponse de le 26/08/2019 à 20:20 :
Le G7 qui a coûté 36 millions et non 100 ne représente que peu de chose comparé aux 400 millions de case de radars par les gilets jaunes. Et contrairement à ce que vous écrivez Macron a totalement réussi ce G7. Même Trump l'a félicité. Ça doit probablement vous faire rager.
Réponse de le 27/08/2019 à 12:43 :
Faux ! Fake news ! Le G7 a coûté la bagatelle d'environ 100 millions d'euros tirés de votre poche. Comme si les impôts n'auraient pas pu être utilisés de manière plus intelligente... Oups ! Intelligence et france ? Totalement incompatible !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :