Infrastructures : un projet de 1.200 milliards de dollars d'investissements au menu du Congrès

Le projet de loi prévoyant des investissements de plus de 1.000 milliards dollars dans la modernisation des infrastructures aux Etats-Unis va être adopté par la Chambre des représentants cette semaine, a assuré dimanche sa présidente, Nancy Pelosi.

2 mn

Soutenu par les démocrates ainsi que des républicains, le premier volet sur les infrastructures a été approuvé par le Sénat en août et Nancy Pelosi avait promis de la soumettre au vote de la Chambre des représentants d'ici le 27 septembre.
Soutenu par les démocrates ainsi que des républicains, le premier volet sur les infrastructures a été approuvé par le Sénat en août et Nancy Pelosi avait promis de la soumettre au vote de la Chambre des représentants "d'ici le 27 septembre". (Crédits : Reuters)

La présidente démocrate du Congrès américain Nancy Pelosi s'est dite dimanche confiante de faire approuver un plan massif d'infrastructures cette semaine, mais elle a reconnu que le vote, initialement prévu lundi, pourrait être repoussé en raison de divergences parmi les démocrates. Les parlementaires américains ont une rentrée chargée cette semaine, avec trois projets de loi cruciaux pour le président Joe Biden : un projet de 1.200 milliards de dollars d'investissements dans les infrastructures, des réformes sociales pour le montant colossal de 3.500 milliards de dollars, et une loi de financement pour éviter un "shutdown", la paralysie des services fédéraux américains.

Soutenu par les démocrates ainsi que des républicains, le premier volet sur les infrastructures a été approuvé par le Sénat en août et Nancy Pelosi avait promis de la soumettre au vote de la Chambre des représentants "d'ici le 27 septembre", c'est à dire lundi au plus tard. Questionnée dimanche sur la chaîne ABC au sujet de ce projet de loi, elle a assuré qu'il serait approuvé "cette semaine". "Je ne soumets jamais une loi au vote si je n'ai pas les voix suffisantes", a-t-elle noté, admettant des divisions dans le camp démocrate, dont l'aile gauche exige de voter d'abord sur le vaste projet de réformes sociales, craignant que les "modérés" ne refusent de soutenir ce volet très coûteux dès qu'ils auront obtenu le chèque pour les infrastructures.

Les républicains opposés

Le montant du projet de réformes, lui, devra vraisemblablement être révisé à la baisse, a prévenu Nancy Pelosi. "Ca paraît évident, a-t-elle souligné. Ne parlons pas de chiffres et de dollars, parlons de valeurs". Les républicains sont farouchement opposés à ce projet baptisé "Build Back Better" par Joe Biden, criant aux dépenses "irresponsables". Pour contourner le pouvoir de blocage des républicains au Sénat, les démocrates ont choisi une voie parlementaire spéciale qui leur permettra d'adopter ce texte avec leur seule courte majorité (50 sénateurs sur 100 en plus de la voix de la vice-présidente Kamala Harris).

Mais le bloc démocrate est encore loin d'un accord autour d'un texte final, des centristes affirmant notamment qu'ils n'iront pas au-delà de 1.500 milliards de dollars. Or si cette loi de réforme n'est pas adoptée au 1er octobre, premier jour de l'année fiscale américaine, les financements du gouvernement fédéral s'assècheront soudainement. Pour se donner plus de temps de négociation, les démocrates de la Chambre ont donc approuvé un projet de loi qui prévoit de prolonger le budget actuel du gouvernement américain jusqu'au 3 décembre. Mais ce texte doit maintenant être approuvé par une majorité de 60 voix au Sénat, et les républicains ont prévenu qu'ils s'y opposeraient. "C'est plus qu'irresponsable", a  jugé Nancy Pelosi.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 27/09/2021 à 9:44
Signaler
En Europe.... l'UE de Bruxelles et les pays membres sont paralysés, ils ne peuvent rien faire de constructif faute de finance!

à écrit le 27/09/2021 à 9:10
Signaler
Notons qu'ils ne débattent pas sur la dette aux Etats Unis, faisant juste semblant de s'en inquiéter, ni de suprimer le liquide. Vivement que l'UERSS elle nous l'enlève histoire que nous échangions en dollars au sein même de l'Europe, vu la nullité e...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.