Iran : les Etats-Unis font plier un par un les groupes européens

 |   |  461  mots
CMA CGM cesse ses activités en Iran sous la pression des Etats-Unis et de l'extraterritorialités des lois américaines.
CMA CGM cesse ses activités en Iran sous la pression des Etats-Unis et de l'extraterritorialités des lois américaines. (Crédits : Jon Nazca)
CMA CGM cesse à son tour ses activités en Iran de peur des sanctions américaines. Les Etats-Unis imposent malheureusement leur loi.

La liste est longue. Après Total, Airbus, ATR, Peugeot, Renault, BNP Paribas etc..., c'est au tour du groupe de transport maritime français CMA CGM de cesser ses activités en Iran à la suite de la décision de l'administration Trump d'imposer à nouveau des sanctions aux entreprises commerçant avec Téhéran, a annoncé samedi son PDG, Rodolphe Saadé, lors d'un débat à l'occasion des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence. "A cause de l'administration de Trump, nous avons décidé de mettre à terme la desserte de l'Iran", a-t-il déclaré. "Nos concurrents chinois hésitent un peu donc peut-être qu'ils ont des relations différentes avec Trump. Mais nous on applique les règles", a-t-il regretté.

Il a précisé que CMA CGM, désireux de ne pas se retrouver sous le coup de sanctions américaines en raison de sa forte présence aux Etats-Unis, avait suspendu son accord avec son partenaire iranien IRISL. D'autres acteurs du secteur, comme l'armateur danois A.P. Moller-Maersk, ont déjà annoncé l'arrêt de leurs activités en Iran dans la perspective de la réinstauration de sanctions dans les prochains mois à la suite de la décision de Washington de se retirer de l'accord de juillet 2015 sur le programme nucléaire iranien.

Pas le "choix"

Interrogé sur RTL en marge des Rencontres, le PDG de Total Patrick Pouyanné, qui avait déjà annoncé qu'il se retirerait d'un vaste projet gazier en Iran faute d'obtenir une exemption de Washington, a assuré n'avoir pas d'autre "choix". "Vous ne pouvez pas diriger un groupe international dans 130 pays sans accès au monde financier américain. Donc, de fait, la loi américaine s'applique et donc nous devons quitter l'Iran", a-t-il déclaré. Selon lui, Total a perdu "40 millions de dollars" à cause de l'abandon de son projet en Iran. "A l'échelle de Total, qui investit 15 milliards de dollars par an, ce n'est pas beaucoup", a-t-il souligné.

"Une entreprise comme la nôtre doit respecter les lois qui s'appliquent à nous", donc "nous devons nous retirer". Mais "j'espère qu'on pourra revenir un jour en Iran", a poursuivi Patrick Pouyanné.

L'Iran a engrangé vendredi le soutien des Européens, de la Russie et de la Chine qui ont conforté son droit à exporter du pétrole et à rester un partenaire commercial sur la scène internationale en dépit des menaces américaines liées au rétablissement des sanctions. Pressés de faire des propositions à Téhéran, menacé d'un nouvel isolement économique, les chefs de la diplomatie des cinq puissances restant parties à l'accord nucléaire (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie) ont rencontré vendredi à Vienne leur homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, pour la première fois depuis que Donald Trump s'est désengagé de l'accord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2018 à 18:35 :
" ...nous on applique les règles " !?!..... les diktats des USA plutôt !
Il est plus que temps de constituer un front unique planétaire contre cette nation responsable de la plupart desc dérèglements de la planète !
a écrit le 09/07/2018 à 13:59 :
Elle est belle l'UE qui doit faire contre poids des US. :)
a écrit le 09/07/2018 à 13:47 :
Vite un frexit.
a écrit le 08/07/2018 à 20:06 :
Les "autorités européennes " sont aussi nulles que l'ont été Blum, Daladier et Chamberlain.
Elles se couchent toujours et ne défendent jamais les intérêts des peuples européens.
On sait pour quit voter l'an prochain.
a écrit le 08/07/2018 à 12:13 :
A mon petit niveau, je privilégie les alternatives aux produits US. Ceux qui pensent avoir toujours raison contre le reste du monde, on les laisse dans leur coin avec leurs certitudes.
a écrit le 08/07/2018 à 10:52 :
A force d'avoir trop voulu l'Europe des Nations comme Dupont Gnan Gnan, Asselineau, le FN etc on n'a plus aucun pouvoir alors qu'il faut plus d'Europe et la même clause d'extraterritorialité que les Etats-Unis appliquent avec une justice et des intérets d'entreprises en collusion manifeste (voir Alstom) qui nous coûtent cher. De même il faut renforcer l'euro par toute une série de mesures fiscales et budgétaires et l'intégration à l'euro de pays en lignes avec l'UE. En plus des aspects militaires nécessaires pour faire le poids. Idem plus de pouvoir à l'UE et un président de l'Europe. Sinon l'Union va éclater au profit des américains, russe, chinois, turques qui ne cherchent que çà pour nous dominer et qui ne cessent d'agir à l'intérieur dans ce but. Il faut espérer que c'est clair à présent pour les attardés qui critiquaient tout le temps l'Union européenne et ne voyaient rien venir de l'extérieur comme des aveugles.
Réponse de le 08/07/2018 à 13:33 :
Non à l' Union européenne qui a échoué dans son oeuvre de rapprocher des peuples qui ont des ont des intérêts préalables divergents.
Force est de constater que 10 ans après le traité de Lisbonne qui a confirmé le volonté des français de s' opposer à une constitution supra national exogène, la France à perdu la quasi globalité de ses industries pour prétendre aux chimères de la construction servie par le dogme européiste au seul bénéfice de la puissance atlantiste qui tient de manière larvée les rênes de ce triste équipage.
Frexit, vite ..
https://www.youtube.com/watch?v=W1GR1QWplUM
Réponse de le 08/07/2018 à 20:15 :
C'est à cause de béni oui oui comme vous que l'on se fait enfoncer par les US.
Nos entreprises savent qu'elles ne seront jamais défendues par les "autorités" que vous invoquez.
Cela s'est produit de nombreuses fois.
Vos ""autorités" ne l'ont jamais fait et tout semble montrer qu'elles travaillent pour nos adversaires chinois ou américains.
Les dossiers sont inombreux : photovoltaïque, normes pour nous mais pas pour nos adversaires, normes environnementales pour nous rien pour nos adversaires qui exportent chez nous.
Ces "autorités " sont foncièrement contre nous.
Message d'un ancien Erasmus qui a eu des aïeuls dans les 2 conflits mondiaux du 20 siècles et qui est pro européen contrairement à la désastreuse commission anti européenne.
a écrit le 08/07/2018 à 10:52 :
En effet Malpensant. Là, au vu de la situation générale, et depuis la faillite du système bancaire privé de 2008, il apparait que de plus en plus de pays se protègent de la sphère us et donc, du dollar. D'où une politique de plus en plus agressive des us qui voient bien leur pouvoir leur échapper. Bien sûr, il est interdit de faire une analyse globale de la part des médias, mais cette réalité, même cachée, se VOIT dans les différents FAITS dont celui-ci. D'autant que le climat peut encore aggraver la situation... Soyons optimistes : re-créons une VRAIE Armée européenne, et la Diplomatie qui l'accompagne, bien sûr.
a écrit le 08/07/2018 à 10:48 :
Voila une bonne opportunite pour la Chine. Accepter le diktat de ce nevrose de trump laisse songeur du manque de pugnacite de l'Europe, cette carpette sur laquelle on s'essuie les godasses.
a écrit le 08/07/2018 à 8:42 :
Et M Macron et son ministre des finances sauf 'aboyer' n'ont pas modifié la domination des USA sur l'économie mondiale...
a écrit le 08/07/2018 à 7:47 :
Cela s’appelle tout simplement une dictature.
Une dictature c'est fait pour être renversée.
a écrit le 08/07/2018 à 4:29 :
Le retrait des marchés sous sanction étasunienne des grandes multinationales est une véritable aubaine pour les entreprises qui se développent dans leur ombre.

Une entreprise non présente sur le marché étasunien et qui opère ces transactions financières en euros avec ces marchés ne tombent pas sous le coup des lois extraterritoriales des étasuniens. Elle ne craint donc absolument rien !

Réussir à se positionner sur de tels marchés est un accélérateur de croissance majeur.
a écrit le 07/07/2018 à 21:16 :
Disons que l'UE devrait se doter de lois extra-territoriales.
Réponse de le 08/07/2018 à 6:49 :
@Johnmckagan, vous pensez bien que les polonais, les hongrois, les irlandais pour ne citer qu'eux, se foutent bien de nos déboires en Iran !!!
a écrit le 07/07/2018 à 19:23 :
L’extra-territorialité du droit américain est conçue pour favoriser les entreprises américaines. Il s’agit quasiment d’un système mafieux (voir le contenu de la recherche Google sur l’extra-territorialité du droit américain pour s’en convaincre). Pour l’Europe la seule riposte possible est d’organiser un système de racket des entreprises américaines opérant en Europe, en trouvant divers prétextes, qui est comme le droit extra-territorial américain les apparences de la légalité.

En tout cas il ne faut pas être naïf et considérer les États-Unis pour ceux qu’ils sont c’est à dire un ennemi impitoyable et capable du pire, quand il s’agit de faire prévaloir leurs intérêts sur ceux de leurs « partenaires » (il faut vraiment mettre des guillemets à ce mot). Pour autant pour il ne faut pas oublier où on se trouve, à savoir dans l’union européenne où les États membres se sont simplement fixés des règles pour se faire la guerre économique et qui ont souvent des intérêts contradictoires dans divers domaines, et dans cette guerre intra-européenne, il y a des perdants et des gagnants. Quand par exemple une entreprise français délocalise en Pologne il reste toujours aux employés licenciés en France les mains pour pleurer, faute éventuellement de retrouver du travail. Vu les énormes lacunes institutionnelles de la zone euro il ne faut pas compter sur la monnaie unique dont la pérennité est perpétuellement en question pour concurrencer le Dollar.
Réponse de le 08/07/2018 à 8:48 :
Oui et il y a un derrière un sujet géopolitique larvé, l' axe américain sioniste qui veut frapper l' Iran , d' abord par l' économique, comme le rappelle Redier ci-dessous.
a écrit le 07/07/2018 à 18:46 :
40 ans de construction, de tergiversation, d'hésitation, de manipulation pour arriver à une Europe qui ne fait que paupériser les peuples Européens. Avec un développement économique médiocre, un pan social absent, un PIB global qui se restreint par rapport à la Chine, aux USA. Et les politiques veulent encore faire croire que cette voie est la bonne. S'ils cherchent une voie de garage, c'est sans nul doute vers ce mur qu'il faut aller en accélérant pour que la fin soit moins douloureuse et rapide !
a écrit le 07/07/2018 à 18:43 :
Et donc, Donald Trump continue d'épousseter les pellicules du petit en rigolant. Remarquez, en même temps, il n'époussette pas les pellicules de tout le monde...
a écrit le 07/07/2018 à 18:02 :
le résultat d une équipe dilettante .. de la '( ( com ) et des paroles .!
a écrit le 07/07/2018 à 17:59 :
Nous on s'en fout on a l'europe qui nous protege et garantit notre souveraineté. alors bon, les decisions du trump hein, on s'en fiche, comprendu.
a écrit le 07/07/2018 à 17:39 :
Tant que l'Euro ne sera pas devenu la première monnaie de réserve, on sera à la botte des US...
a écrit le 07/07/2018 à 17:12 :
Lié entre eux par des traités qui imposent leur dogme, toute les nations sont impuissantes a réagir au nom de leur entreprise devenue cosmopolite!
a écrit le 07/07/2018 à 16:11 :
Et on laisse gentiment faire :)

Merci Macron, aussi faible que prévu.

On m'en reparlera de l'état de droit et du droit international, de la souveraineté de chaque état, blablabla.
Seule la force compte.
Réponse de le 07/07/2018 à 17:35 :
Si le mouton n'avait pas une cervelle de moineau, il comprendrait pourquoi Macron n'y peut rien. Mais si le mouton a une recette pour abattre le loup,nous attendons sa recette
Réponse de le 07/07/2018 à 17:50 :
Ce n'est pas E. Macron qui est à blâmer mais l'Europe incapable d'imposer un minimum d'autorité face aux USA. L'Europe qui subit et qui à la première occasion se pliera de nouveau à la volonté des USA. Si l'Europe défendait bec et ongle ses entreprises les USA seraient peut-être obligés de reculer. Si une entreprise est condamnée par les USA l'Europe ne lèvera même pas le petit doigt pour le défendre. Honteux.
Réponse de le 07/07/2018 à 21:16 :
Il s'agit de suivre l' axe américano sioniste sur le sujet Iran et les larbins s'y plient fidèles à l' habitude.
Réponse de le 08/07/2018 à 6:57 :
Macron n'est pas superman! Le marché mondial des échanges économiques se fait en $. Et que ce soit, Juppé, Hollande, Fillon ou ma grand mère qui aurait été à l'Élysée, cela n'aurait rien changé. Si les États-Unis décident de ne pas faire du business avec l'Iran, on est obligé de suivre. La grande naïveté de Macron a été de penser que nouer des relations «amicales» et «personnelles» avec Trump allait lui permettre de «canaliser» le bonhomme. Il s'est lourdement trompé. Comme tout les présidents, Le type ne protège que les intérêts de son pays sauf qu'il le fait sans concertation car il sait qu'il est le plus fort et que aucun pays ne viendra lui casser les pieds...
Réponse de le 08/07/2018 à 10:34 :
Exactement seul la force compte, comme la France qui dépense sans compter et fait payer l'Europe, mais c'est un des puissants aux côtés des Etats-Unis.
Réponse de le 08/07/2018 à 17:40 :
Ce n'est pas une faiblesse de l'Europe, mais de la complicité. L'Europe n'est qu'une filiale des USA. Le droit américain s'insinue discrètement dans notre législation via la commission. Même notre code de la route est impacté : le fameux 80km/h. Chouette, on va bientôt pouvoir rouler en voiture américaine !
Réponse de le 08/07/2018 à 22:50 :
Mouton, d'après ce que je comprends de l'article, ces entreprises font plus d'argent aux USA qu'en Iran. Donc une sanction américaine sous-entendrait perdre le marché américain. Donc il vaut mieux se retirer de l'Iran (commercialement parlant) ou alors que toutes ces entreprises fassent le sacrifice financier du marché état-sunien pour les avoir à leur propre jeu de guerre commerciale.
Réponse de le 10/07/2018 à 15:20 :
On peut dire ce que l'on veut sur l'un ou l'autre. Seule une réaction à l'échelle de l'Europe aurait du poids. Or, trop de pays "européens" sont complètement soumis aux USA...
a écrit le 07/07/2018 à 15:43 :
Ma modeste contribution ;
Je stoppe le Jack's pour le Lagavulin .
Réponse de le 07/07/2018 à 16:27 :
Je dois changer de voiture : j'ai exclu les marques américaines ! si chacun réagit, les entreprises américaines feront pression...
Réponse de le 07/07/2018 à 17:40 :
En économie, les acteurs, c'est chacun de nous individuellement.Et si on envoyait tous valser les Apple et autres GAFA....... C'est là que réside notre force envers le Trumpisme
Réponse de le 07/07/2018 à 18:56 :
Vous-y gagnez énormément en qualité.
D'ailleurs il est impossible de révenir au Jack Daniels quand on a bu du vrai whisky.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :