Islande : les Pirates déçoivent, pas de majorité absolue

Les Pirates n'arrivent qu'en 3e position des élections générales islandaises avec 14,4 % des voix. Droite et gauche sont à égalité, laissant un parti libéral écologiste en faiseur de rois.
Les Islandais ont voté, mais n'ont pas choisi entre droite et gauche.
Les Islandais ont voté, mais n'ont pas choisi entre droite et gauche. (Crédits : GEIRIX)

Le grand chambardement n'a pas eu lieu en Islande. Lors des élections du parlement du pays, l'Althing, samedi 29 octobre, le Parti de l'Indépendance, force conservatrice qui a dominé la politique du pays depuis l'indépendance du Danemark en 1944, est à nouveau arrivé en tête selon les résultats partiels connus vers 9h dimanche. Malgré l'implication de son chef de file, Bjarni Benediktsson dans le scandale des Panama Papers, il s'est même renforcé par rapport à 2013, passant de 26,7 % des voix à 29,1 % des voix et de 19 à 21 sièges. En revanche, son allié, le Parti du Progrès de l'ancien premier ministre Sigmundur Davið Gunlaugsson, qui avait dû démissionné suite au scandale des Panama Papers, passant de 24,4 % à 11,3 % et de 19 à 8 sièges.

Les Pirates déçoivent

La coalition sortante, formée de ces deux partis, perd donc sa majorité absolue avec seulement 29 sièges quand il en faudrait 32. Mais, face à elle, l'alliance de la gauche et du centre, rapidement ébauchée avant le scrutin, ne fait pas mieux. Alors que les Sociaux-démocrates ont confirmé leur effondrement (5,8 % en 3 sièges) et que les Centristes de Futur Radieux reculent (7,3 % et 5 sièges), le Parti pirate a clairement déçu. Donné par certains sondages comme la sensation de ces élections, avec près de 20 % des voix, il n'a obtenu que 14,5 % et 9 sièges. C'est certes beaucoup mieux que les 5,1 % de 2013, mais les Pirates ne sont que la troisième force politique du pays, incapable d'être le pivot d'une coalition. A gauche, ils sont dépassés par l'alliance rouge-verte qui avec 15,8 % et 10 sièges devient la deuxième force politique du pays.

Faiseur de rois

Reste qu'au final, cette alliance à quatre qui promettait d'être instable et difficile à former ne recueille que 27 sièges, un peu moins donc que la coalition sortante. Le sort futur de l'Islande réside donc dans un nouveau venu, le parti Régénération, qui avec 10,4 % des voix et 7 sièges, est le « faiseur de rois » de l'après-élection. Ce parti est issu d'une scission pro-UE du parti de l'Indépendance. C'est un parti libéral et écologiste, favorable à la suppression des subventions à la pêche intensive mais favorable à un Etat-providence solide. Il est également très europhile.

Difficiles négociations

Les discussions vont désormais s'engager pour former un gouvernement. Elles sont fort indécises. Régénération acceptera-t-il de soutenir les Eurosceptiques conservateurs du Parti de l'Indépendance qui sont désormais éloignés de lui par l'histoire et une grande partie du programme ? Rien n'est moins sûr. Mais ira-t-il pour autant vers l'alliance fragile des quatre partis de centre et de gauche ? L'incertitude domine. La droite pourrait, dans un premier temps, former un gouvernement minoritaire sous la menace de Régénération...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 31/10/2016 à 16:50
Signaler
Un parti pro-UE et, au même temps, partisan de l'Etat-providence et "solide" en plus? Mais cela relève de la schizophrénie absolue! L'UE dominée par l'ordolibéralisme allemand prône la rigueur et le démantèlement de l'Etat-providence. Ces Islandais d...

à écrit le 31/10/2016 à 10:48
Signaler
Le parti pirate déçoit ? Il triple son nombre d'électeurs! Tous les autres reculent à l'exception du parti de l'indépendance qui progresse d'un petit 3 points. Non, ceux qui déçoivent, en Islande comme dans beaucoup d'autres pays, ce sont les partis...

à écrit le 31/10/2016 à 9:06
Signaler
Comme si les élections pouvaient mener à quelque chose de bon, l'histoire et l'expérience ne fait que nous démontrer l'inverse surtout. Les partis politiques sont dépassés, mais comme ils sont ultra conservateurs et profitant largement aux oligar...

à écrit le 30/10/2016 à 18:19
Signaler
vite, des centristes pour rentrer en europe apres avoir decline ses responsabilites... ca va etre plus complique que ca...

à écrit le 30/10/2016 à 11:30
Signaler
Les partis traditionnels sont vraiment en crise dans les dites démocraties occidentales, ils n'arrivent pas à contenir la montée de l'extrême droite et de celle de ces partis bobos infantiles, pseudo contestataires comme podemos en Espagne, les pirat...

à écrit le 30/10/2016 à 9:50
Signaler
Pourquoi decoivent-ils? Pourquoi les francais veulent ils que les espagnols votent pour podemos et les islandais pour les pirates alors qu'eux ont votes pour un president normal?

à écrit le 30/10/2016 à 8:41
Signaler
C'est une preuve de plus (comme si c'était nécessaire) que les anticapitalistes avec des casquettes de couleurs diverses et variées...n'ont définitivement rien à proposer de valable ..a part une contestation frontale ...qui leurs fait de la pub gra...

le 30/10/2016 à 14:35
Signaler
Le parti pirate n'est pas un parti anticapitaliste, ce n'est pas un parti d'extrême gauche. C'est un parti favorable au capitalisme et à l'état providence. En gros, c'est un parti de centre gauche

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.