L'Allemagne légalise le cannabis à usage thérapeutique

 |   |  400  mots
La loi n'autorise pas les patients à cultiver leur propre cannabis et elle rappelle qu'une telle pratique est contraire à la loi sur les stupéfiants en vigueur en Allemagne, où la possession de cannabis est interdite.
La loi n'autorise pas les patients à cultiver leur propre cannabis et elle rappelle qu'une telle pratique est contraire à la loi sur les stupéfiants en vigueur en Allemagne, où la possession de cannabis est interdite. (Crédits : Reuters/Mario Anzuoni)
L'Allemagne rejoint l'Autriche, le Royaume-Uni, la France et le Portugal notamment, parmi les pays de l'UE a avoir légalisé des produits à base de cannabis.

Les députés allemands ont légalisé jeudi à l'unanimité l'usage du cannabis à des fins thérapeutiques pour des patients atteints de maladies "graves", comme certains cancers, et en l'absence de "thérapie alternative" efficace. Avec la loi votée par le Bundestag, la chambre basse du Parlement, les médecins pourront désormais prescrire de l'extrait de cannabis ou des feuilles séchées à leurs patients. Certains pourront aussi commander à l'étranger des dérivés synthétiques du cannabis, comme le dronabinol.

Lire aussi : Cannabis : la légalisation fait-elle augmenter la consommation ?

L'Allemagne rejoint ainsi les rangs des pays de l'UE qui ont légalisé des produits à base de cannabis: l'Autriche, la Grande-Bretagne, la République tchèque, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie, l'Espagne, la Croatie et la Macédoine.

Meilleure prise en charge des patients en soins palliatifs

Le texte, qui prévoit la prise en charge des frais par les caisses d'assurance maladie, entrera en vigueur en mars. Il permettra une "amélioration" de la prise en charge des patients en soins palliatifs, a estimé le ministre conservateur de la Santé, le CSU Hermann Gröhe, dont la loi a été saluée jeudi par l'ensemble des partis, gauche et droite confondues.

"Aujourd'hui est un beau jour", a lancé le député Rainer Hayek, membre du parti conservateur CDU de la chancelière Angela Merkel. Il a insisté sur le fait que ce texte n'allait pas permettre "de fumer des joints sur ordonnance" et ne signifiait pas non plus une légalisation du cannabis récréatif.

Création d'une agence publique du cannabis

La loi n'autorise en effet pas les patients à cultiver leur propre cannabis et elle rappelle qu'une telle pratique est contraire à la loi sur les stupéfiants en vigueur en Allemagne, où la possession de cannabis est interdite. De fait, la détention de petites doses est toutefois tolérée, les quantités acceptées variant suivant les Etats régionaux. Une agence publique du cannabis médicale chargée de sa culture va par ailleurs être créée. D'ici là, l'Allemagne s'approvisionnera à l'étranger.

Le projet de loi avait été annoncé en mai, après qu'un patient eut obtenu le droit de cultiver du cannabis après avoir démontré qu'il s'agissait de la seule substance pouvant soulager ses souffrances.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2017 à 21:17 :
La France a légalisé l'usage thérapeutique ? Quelle blague !
Elle a autorisé deux produits issus des laboratoires pharmaceutiques :
Le marinol, pour les cas désespérés, à base de thc de synthèse plus dangereux que le naturel.
Le sativex, au coût exorbitant, pas loin de 20.000$ pour une année de traitement, et donc jamais prescrit.
De l'herbe ? Vous rigolez...
La France n'a rien légalisé du tout et est en retard sur tout.
Les patients qui souffrent? eh Bien, Qu'ils continuent à souffrir ! Mais, en silence !
a écrit le 22/01/2017 à 11:22 :
LES CHINOIS L ON TOUJOURS UTILISEZ TOUS COMME LES EGYBTIENS? POUR QUOI L HOMME PERD LE SAVOIR DES ANCIENS? C EST A CAUSSE DES LOBIS PHARMASOTIQUE. QUI FONT DE L OR SUR LEURS MONOPOLE DE FAIRE DES MEDICAMENTS DE PLUS EN PLUS CHER? IL SERAIS TEMPT DE JETAIS UN PIED DANS LA FOURMILLIERE DE CES TRUSTS PLUS NEFATE QU UTILE???
a écrit le 19/01/2017 à 20:23 :
Rien de vraiment extraordinaire ; c'est loin d'être le seul poison plus ou moins violent qu'on utilise pour en faire un médicament qui peut avoir des effets favorables (c'est à dire un rapport bénéfice/risque positif dans le cadre de certaines affections). Un exemple flagrant c'est les antibiotiques, indispensables pour traiter certaines maladies, mais qu'il ne faut surtout pas utiliser quand on n'est pas malade au risque de développer des antibiorésistances.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :