L'évitement fiscal des multinationales favorise les concentrations

 |  | 840 mots
Lecture 4 min.
Plus récemment, le scandale OpenLux, révélé par plusieurs médias européens, montre que le Luxembourg reste une plaque tournante majeure de l'évasion fiscale, au cœur même de l'UE, malgré l'éclatement de sulfureuses affaires dans la presse étrangère et française depuis plusieurs années.
Plus récemment, le scandale "OpenLux", révélé par plusieurs médias européens, montre que le Luxembourg reste une plaque tournante majeure de l'évasion fiscale, au cœur même de l'UE, malgré l'éclatement de sulfureuses affaires dans la presse étrangère et française depuis plusieurs années. (Crédits : Reuters)
Outre le manque à gagner pour les États, l'optimisation fiscale favorise grandement les concentrations des multinationales, rappellent plusieurs économistes membres du CEPII.

La pandémie ravive les débats sur la fiscalité internationale. Dans un article du CEPII (Centre d'études prospectives et d'informations internationales) dévoilé ce lundi 15 février, plusieurs économistes pointent les limites des stratégies fiscales des États en matière de concurrence internationale.

L'évitement des entreprises, accentué par la concurrence fiscale entre les pays, fausserait la concurrence et favoriserait les phénomènes de concentration.

À ce sujet, la présidente de la Commission Européenne Margrethe Vestager avait fulminé au lendemain de l'annulation de la condamnation d'Apple à verser 13 milliards d'euros par la justice européenne.

"Si les États-membres accordent à certaines entreprises multinationales des avantages fiscaux qui ne bénéficient pas à leurs concurrents, cela nuit à la concurrence loyale dans l'Union européenne [...] en violation des règles en matière d'aides d'État."

Plus récemment, le scandale "OpenLux", révélé par plusieurs médias européens, montre que le Luxembourg reste une plaque tournante majeure de l'évasion fiscale, au cœur même de l'UE, malgré l'éclatement de sulfureuses affaires dans la presse étrangère et française depuis plusieurs années.

> Lire aussi : "OpenLux" : "Le Monde" et 16 autres médias accusent le Luxembourg d'être un paradis fiscal au coeur de l'UE

Une baisse accrue du taux d'imposition effectif aux États-Unis chez les géants

Prix de transfert, sociétés écrans, surfacturation... les pratiques d'optimisation fiscale, légales ou illégales, sont souvent le fait de grandes entreprises, rappellent les économistes. Elles seules peuvent prendre en charge les coûts relatifs à ces stratégies agressives.

En examinant les bilans des firmes américaines sur les trois dernières décennies, les chercheurs montrent que l'évitement fiscal a permis de faire baisser le taux effectif d'imposition en pourcentage du profit de l'ordre de 13,7 points pour passer de 35,1% en 1991 à 21,4% en 2017 pour les entreprises leader dans leur secteur. Pour les autres entreprises, le taux effectif a baissé de 11 points environ.

Entre 1991 et 2017, les auteurs rappellent que le fisc américain a perdu un tiers du budget qui lui est alloué pour réaliser des contrôles fiscaux. Sous la mandature de Donald Trump, la fiscalité des entreprises a considérablement fondu.

Une concentration accrue malgré des lois antitrust

Autre enseignement : les entreprises qui tentent de réduire ou d'échapper à l'impôt réalisent souvent de meilleures ventes. "Si les entreprises ont pratiqué l'évitement fiscal de manière inégale, alors celles qui sont parvenues à abaisser le plus fortement leur imposition effective peuvent, parce que cela réduit leurs coûts, en tirer un avantage leur permettant d'augmenter leurs ventes par rapport à leurs concurrentes", soulignent les économistes. Résultat, les indices de concentration des ventes outre-Atlantique repartent à la hausse depuis plusieurs années. Sans évitement fiscal, ils expliquent que les phénomènes de concentration seraient de 8% inférieurs.

Des pratiques généralisées

Souvent pointés du doigt, les géants du numérique sont loin d'être les seuls à vouloir délocaliser artificiellement leurs profits dans des États prêts à attirer de simples boîtes aux lettres. Si leur capital immatériel est plus facilement délocalisable, d'autres secteurs qui commercialisent des biens manufacturés peuvent également recourir à des dépôts de brevet ou des actifs en lien avec la propriété intellectuelle.

"Les industries des produits informatiques et électroniques, du commerce de gros, de la chimie, ou le secteur de la vente de produits de santé et de soins personnels figurent parmi les secteurs où l'évitement fiscal a eu le plus d'effet sur la concentration des ventes", indiquent les économistes.

Vers un impôt minimal sur les multinationales ?

L'optimisation fiscale des multinationales n'a pas seulement des répercussions immenses sur les recettes des États-Unis. Elle peut également avoir des conséquences macroéconomiques importantes en favorisant les concentrations et en affaiblissant in fine les économies dans l'hypothèse où un géant se retrouverait en grande difficulté. Pour tenter de résoudre ces phénomènes d'évitement, plusieurs institutions internationales et États plaident pour la mise en place d'une taxe minimale à l'échelle internationale.

Si les avancées des discussions à l'OCDE ont été saluées par plusieurs experts, les obstacles demeurent encore nombreux. Pendant longtemps les États-Unis ont été réfractaires à la mise en oeuvre de ce type d'outil. Si l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche a pu susciter certains espoirs, la présence des géants de la Tech sur le territoire américain et leur place dans l'économie américaine laissent sceptiques un bon nombre d'observateurs.

"Comme toute réforme fiscale, la mise en place d'une telle régulation soulève des questions techniques. Néanmoins, le principal obstacle est d'ordre politique. Comme nous l'avons vu, une hausse de l'imposition effective des plus grandes entreprises pourrait éroder leur position dominante. Pas étonnant dans ce contexte que des résistances fortes aient été rencontrées jusqu'ici, malgré les bénéfices sociaux à en attendre", expliquent les chercheurs du CEPII.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2021 à 14:24 :
La seule FRANCE évapore 100 milliards pour fraude et d' évasion fiscales annuellement pour cause d' article 63 du TFUE, bravo l' appartenance à l' UE, alors que cette même UE commande de fermer les lits de l' hôpital public à tour de bras. Où sont les supporters de l' UE sur ce coup là..? FREXIT, vite ..
a écrit le 15/02/2021 à 12:51 :
Le travail a été mis à la marge par la les grosses feignasses de la finance, de ce fait il fait tout ce qu'il peut pour survivre et quand on a des ennemis aussi puissants que États et multimilliardaires ben c'est pas simple hein.

Là non plus nous ne sommes pas sur le véritable mal, le mal étant systémique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :