"OpenLux" : "Le Monde" et 16 autres médias accusent le Luxembourg d'être un paradis fiscal au coeur de l'UE

 |  | 868 mots
Lecture 5 min.
OpenLux révèle que des fonds douteux, suspectés de provenir d'activités criminelles ou liés à des criminels visés par des enquêtes judiciaires, ont été dissimulés au Luxembourg. C'est le cas de sociétés liées à la Mafia italienne, la Ndrangheta, et à la pègre russe.
"OpenLux révèle que des fonds douteux, suspectés de provenir d'activités criminelles ou liés à des criminels visés par des enquêtes judiciaires, ont été dissimulés au Luxembourg. C'est le cas de sociétés liées à la Mafia italienne, la Ndrangheta, et à la pègre russe." (Crédits : DR)
Après les LuxLeaks, nouveau scandale de fraude et d'évasion fiscale via un État-membre de l'UE. Le quotidien français "Le Monde" et 16 autres médias ont passé au crible 4 millions de documents réalisant une vaste enquête sur le système fiscal luxembourgeois, où l'on apprend entre autres que parmi les 140.000 sociétés immatriculées actives, 90% sont détenues par des non résidents, et 33% sont des sociétés de participation ou holding dans laquelle sont logés des actifs permettant à "des milliardaires, des multinationales, des sportifs, des artistes, des politiques... " de bénéficier d'un régime fiscal favorable. Des fonds d'origine criminelle y auraient également été dissimulés. Les sommes en jeu sont énormes : sur 2018-2019, 6.500 milliards d'euros d'actifs auraient été placés dans ces sociétés "offshore", soit plus de 100 fois le PIB 2019 de ce pays de 600.000 habitants, troisième centre financier d'Europe après Londres et Zurich.

[Article publié le 8.02 à 13:39 mis à jour avec réactions à 15:06]

Le Luxembourg était de nouveau épinglé lundi pour ses pratiques fiscales permettant à des fortunes du monde entier d'échapper à l'impôt, dans une vaste enquête publiée par plusieurs journaux européens sept ans après les révélations des LuxLeaks.

Quelque 140.000 sociétés actives, soit une pour quatre habitants, ont été identifiées au Luxembourg dans cette nouvelle investigation menée par le quotidien français Le Monde avec 16 médias partenaires dont Le Soir (Belgique) et Süddeutsche Zeitung (Allemagne) qui ont passé au crible 4 millions de documents.

Lire aussi : Évasion fiscale au Luxembourg: Juncker se dit "politiquement responsable"

90% des sociétés immatriculées détenues par des non-résidents

Neuf sociétés sur dix immatriculées au Grand-Duché sont détenues par des non résidents, une société sur trois est une société de participation ou holding dans laquelle sont logés des actifs, a priori pour bénéficier d'un régime fiscal favorable, selon cette radiographie du système fiscal luxembourgeois, baptisée OpenLux.

Sur l'exercice 2018-2019, d'après leurs calculs, 6.500 milliards d'euros d'actifs étaient placés au Luxembourg dans ces sociétés offshore, soit plus de 100 fois le PIB 2019 de ce pays de 600.000 habitants, troisième centre financier d'Europe après Londres et Zurich.

"Ces sociétés fantômes sans bureau ni salarié ont été créées par des milliardaires, des multinationales, des sportifs, des artistes, des responsables politiques de haut rang et même des familles royales", affirme Le Monde.

Le quotidien français ajoute:

"Sur un territoire de 2.586 km2, Tiger Woods et la famille Hermès côtoient Shakira et le prince héritier d'Arabie saoudite. Des centaines de multinationales (LVMH, Kering, KFC, Amazon...) y ont ouvert des filiales financières".

Mafia italienne, Ndrangheta, pègre russe...

Le quotidien français affirme également la présence de diverses mafias :

"OpenLux révèle que des fonds douteux, suspectés de provenir d'activités criminelles ou liés à des criminels visés par des enquêtes judiciaires, ont été dissimulés au Luxembourg. C'est le cas de sociétés liées à la Mafia italienne, la Ndrangheta, et à la pègre russe."

En 2014, une investigation (LuxLeaks) avait déjà révélé des accords fiscaux attractifs accordés par le Luxembourg à des centaines d'entreprises.

Lire aussi : Procès LuxLeaks : prison avec sursis pour les deux lanceurs d'alerte

Cette fois, l'opération d'investigation "OpenLux" profite d'une directive votée par l'Union européenne en 2018, qui a exigé la création de registres publics des propriétaires réels des sociétés dans tous les Etats membres.

C'est le tout nouveau registre des bénéficiaires effectifs des entreprises immatriculées au Grand-Duché qui sert de base à la nouvelle enquête.

Mais selon OpenLux, un tiers environ des comptes des sociétés n'ont pu être récupérés, le plus souvent parce qu'ils n'avaient pas été publiés, et seulement la moitié des bénéficiaires des sociétés ont pu être identifiés.

Lire aussi : LuxLeaks: le Parlement européen choisit un mode d'investigation peu agressif pour ménager Juncker

Vives réfutations du Grand-Duché

"Le gouvernement luxembourgeois prend note de la publication d'une série d'articles dans la presse internationale portant sur de prétendues lacunes dans le dispositif anti-blanchiment du Grand-Duché, et réfute les diverses allégations. Les auteurs font également un certain nombre d'affirmations non fondées concernant l'économie luxembourgeoise et la place financière."

Le gouvernement du Luxembourg a réagi à ces publications en affirmant que le pays "respecte pleinement toutes les réglementations européennes et internationales en matière de fiscalité et de transparence, et applique toutes les mesures communautaires et internationales en matière d'échange d'informations pour lutter contre les abus et l'évasion fiscales".

Le communiqué du Grand-Duché ajoute que l'OCDE et l'Union européenne "n'ont à l'heure actuelle identifié aucune pratique fiscale dommageable au Luxembourg".

Parmi les intéressés, :

Réaction de la Commission européenne, à Bruxelles, a indiqué prendre note de cette enquête faite par la presse.

"Ces investigations sont bien évidemment des éléments d'information importants qui poussent à des changements en exposant les failles qui peuvent exister dans le système."

Des élus et ONG ont pourtant dénoncé l'inaction des autorités.

Réaction du député européen écologiste Damien Carême, ancien maire de Grande-Synthe, via Twitter:

"Écœuré par l'indécence fiscale qui règne encore en Europe, malgré les scandales à répétition ! Certes, c'est la transparence imposée par l'UE qui a permis les révélations OpenLux. Mais ça ne suffit pas : il faut réguler."

Réaction de La France Insoumise par la voix de la députée européenne, Manon Aubry:

"Six ans après Luxeaks, rien n'a changé. Et pour cause, l'UE refuse de lister le Luxembourg comme paradis fiscal", a dénoncé .

Réaction de l'ONG Oxfam:

"[OpenLux] montre comment les grandes entreprises et les milliardaires profitent des paradis fiscaux pour échapper à l'impôt. Le vrai scandale est que cela se produit en Europe."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2021 à 8:33 :
Il faut arrêter de défendre l'indéfendable. Le français moyen n'a pas de holding au Luxembourg pour bénéficier de petites ristournes fiscales. Par contre le manque à gagner pèse sur le dos du français moyen. Le communiqué de la commission européenne montre bien qu'il s'agit d'autre chose qu'un simple article à sensation malgré les démentis outrés de ceux qui en profitent.
a écrit le 10/02/2021 à 8:29 :
Pendant ce temps, on va vous prélever vos impôts directement à la source et vous vous demandez encore comment payer le loyer le mois prochain. Les gamins braillent car ils en ont marre de tourner en rond dans le 60m2 parisien. Tout va bien.
a écrit le 09/02/2021 à 1:07 :
Ça commence à devenir amusant ce climat. Le Monde se rend compte qu’il ne donne plus le l’a en matière d’indignation et de dénonciation. Alors il en rajout, encore et encore. Ici il balance par dessus bord un Richard Berry, un Olivier Duhamel après s’être occupé de couper les ponts avec un Epstein. Ils gardent encore un Cohn Bendit ou un Lang, une Guigou mais on sent la chasse aux branches pourries pour garder intacte cette fièvre « révolutionnaire », ce magistère qui permet de limiter le champ observable de la vie publique. Les LGBT, ça ne marche plus.Le colonialisme et la repentance commencent à sentir mauvais. Compliqué pour celles et ceux qui préparent la présidentielle de 2022... Alors voici venue de derrière les fagots le scandale Luxembourgeois! Pratique, c’est un petit pays. Il ne devrait pas trop se défendre. Hehehehe! Ça sent la fin de régime cette histoire! 😀
Ça, ça leur fait peur. Ils vont faire preuve de toutes les outrances dans les mois qu’ils viennent pour tenter de préserver leur magistère. Car ils savent une chose: les fiches de police s’égarent parfois, s’enterrent souvent, mais ne se perdent jamais!
Ils savent tous que s’ils perdent le contrôle, la prison les attends. La panique et la frénésie s’installe dans le camps du bien. On peut s’attendre à de multiples soubresauts de cette caste avant de passer de vie à trépas.
Ça fera un peu de ménage. Un monde juste un peu moins sale. Le changement se fera très simplement dans les urnes.
Ce sera une bonne chose.
Quand le monde politique est sclérosé, l’entre soit finit par rendre fou ceux qui font partie du cercle. Alors nous y voila, a l’heure du changement. Je le désire de tout cœur pour le bien de notre pays, la France.
a écrit le 08/02/2021 à 22:24 :
Effectivement, cet argent qui n' entre pas dans les caisses de l'état pour soutenir les causes publiques sera demandé à chaque contribuable...merci donc à toutes ces personnes qui n'ont pas encore compris que l'argent ne sert à rien lorsqu'on n'est plus.... faites donc tourner l'économie de votre vivant, vous verrez, faire de bonnes choses donne énormément de satisfaction et de raison d'être.
Personnellement, j'adorerais que les noms soient publiés afin de pouvoir boycoter les enseignes et les célébrités concernées.
Quand aux politiques et aux mafias, il devient malheuresement difficile de distinguer les deux, pour nous pauvres français moyens.
j'ai beau être de nature plutot optimiste, ça inquiète tout de même serieusement tout cela...
a écrit le 08/02/2021 à 18:40 :
Ce qui est sûr, c'est que les rentrées fiscales de notre Pays ne seront pas au niveau espéré (on constatera les dégâts après les déclarations), et que dès lors l'argent va manquer. Dès lors, c'est toujours la même histoire, il faut taper les riches, mais cela est fait sans discernement, voire même sans justice. Le droit doit l'emporter, et s'il y a des règles à changer, il faut le faire, mais qui peut croire que cela va régler nos problèmes?
a écrit le 08/02/2021 à 17:22 :
Le secret de polichinelle....qui arrange beaucoup les dirigeants politiques europeens
a écrit le 08/02/2021 à 17:00 :
il y au moins 500 ets bancaires au Luxembourg dont des agences françaises. (ABBL)
il faut bien que l'argent gagné au noir aille quelque part.
Les français moyens sont jaloux.
a écrit le 08/02/2021 à 16:40 :
So what ? En quoi est ce illégal ? Je ne dis pas "immoral " mais illégal au sens des lois luxembourgeoises , pays souverain .
a écrit le 08/02/2021 à 16:30 :
Luxembourg .paradis fiscal depuis des sieclesmireille birdouz
a écrit le 08/02/2021 à 15:49 :
Encore une pseudo enquête truffée d'erreurs / mensonges - A voir : https://gouvernement.lu/fr/dossiers/2021/openlux.html
Réponse de le 08/02/2021 à 17:08 :
Tellement vrai. Je suis directement concerné car travaillant au Luxembourg dans le secteur financier. Je suis littéralement effondré des âneries de ces pseudo journalistes d'investigation. Je comprends les gens qui s'offusquent car ils lisent pour la n-ième fois que le Luxembourg est un paradis fiscal et sans une connaissance approfondie des règles européennes, il est impossible d'y comprendre quoi que ce soit et les raccourcis sont très faciles (qui comprend ce que sont des études transfer pricing, les lois AML, les registres de bénéciaires effectifs, le règime mère-fille, les lois AIFM, DAC6, FATCA, CRS et j'en passe!).
Il faut bien comprendre une chose, c'est que si "rien n'est fait" ou que "ça continue" c'est parce que le Luxembourg n'est PAS un paradis fiscal. Le Luxembourg est un hub d'investissement qui permet à des investisseurs (surtout institutionnels) de se regrouper et d'investir ensemble (via un fonds le plus souvent) tout en obtenant la neutralité fiscale càd une imposition au même taux que s'ils avaient investis individuellement et directement dans le pays d'investissement. En clair, il n'y a pas de perte fiscale pour les états car les investissements sont taxables dans le pays où ils se trouvent, en revanche il n'y a pas de double imposition comme cela serait le cas autrement. Il faut vraiment se demander pourquoi les états acceptent de signer ces accords de non double imposition avec le Luxembourg s'ils sont illégaux ou fiscalement désavantageux pour eux ...
Au fait, la France fait cela aussi (voir régime des holdings Français), mais elle le fait moins bien car la main d'oeuvre y est moins spécialisée et moins bilingue (sans compter les lourdeurs administratives bien sûr).
J'ai perdu toute confiance dans les journaux traditionnels depuis les "Lux leaks" et les tissus de mensonge que seuls des professionnels du secteur pouvaient comprendre. J'espère vous avoir au moins donné envie de vous renseigner (vraiment) sur ce pays et sur ce qu'il fait.
Réponse de le 08/02/2021 à 20:26 :
Merci Pilou pour l’effort de synthèse et la clarté de votre message. Je suis bien placé pour dire qu’il reflète la réalité de la situation. Les vrais sujets entre les pays UE ne sont pas prêts d’être résolus avec des articles d’un si bas niveau et si racoleurs.
a écrit le 08/02/2021 à 15:36 :
C'est bien de dénoncer cela mais toute l'Europe détourne pudiquement le regard et pendant ce temps nos " démocraties" se délitent lentement. Si on ose un parallèle audacieux, c'est comparable à la promesse de neutralité carbone en 2050 qui n'est qu'un voeu pieux mais qui fait parler.
a écrit le 08/02/2021 à 14:18 :
Le Luxembourg, Monaco, la Suisse,
sont évidemment des Paradis Fiscaux. Le pire, c'est qu'ils sont plus que tolérés, ils sont nécessaires au fonctionnement du capitalisme. Les idées néolibérales
qui sous-tendent le capitalisme sont à l'origine des Paradis Fiscaux. Le néolibéralisme est néfaste qui encourage toutes les dérives, ce qui entretient les mafias, affaiblit la justice, l'égalité et la démocratie.
Réponse de le 08/02/2021 à 15:41 :
@Vabel89
Bon, alors là je suis rassuré, s'il n'en reste plus que trois en Europe.
C'est donc que l'UE aurait vraiment fait le ménage : Chypre, Irlande, .....
:>))
Ce sont les journalistes, qui sont pourtant critiqués, notamment par ma pomme, qui sortent les affaires économico-mafieuses les unes après les autres. Bravos !
Parce que les gouvernements, qui ont, ou pourraient avoir toutes les informations (parce que les renseignements ne font pas que du vent) ont bien du mal à dézinguer ce qui vérole leur système.
Réponse de le 08/02/2021 à 19:20 :
Depuis que la Russie est sous sanctions occidentales, les flux d'investissements qui sortent et entrent en Russie, se sont réorientés très majoritairement en passant par les paradis fiscaux.
Malgré les annonces et les apparences, le ménage n'est tout pas fait en profondeur par l'Union Européenne et la Suisse, le blanchiment se porte bien.
a écrit le 08/02/2021 à 13:58 :
Le paradis fiscal est indispensable pour les entreprises du fait de la charge hallucinante que lui font porter financièrement aussi bien l'Etat que ses actionnaires milliardaires, je ne ocmprends pas que les outils de production et donc le travail soit taxé c'est totalement aberrant.

Mais c'est logique étant donné que ces mêmes actionnaires milliardaires s'évadent fiscalement eux aussi empêchant les états de percevoir les impôts particliers qui lui sont dus, sans parler déjà des tractations officielles intra pays avec les politiciens, imposant de faire porter toute la charge de l'Etat sur ces seules entreprises et donc sur le travail, la rente elle n'étant jamais entravée.

Parce qu'il faut le dire il n'y a pas de raison que le travail soit taxé et il n'y a pas de raison que les gens qui gagnent le plus, sans rien faire donc forcément, soient ceux qui payent le moins d'impôts non plus, le triomphe de l'oligarchie se transforme en effondremment de la planète et de son humanité. LE coût du capital ayant déjà largement dépassé ce notre planète peur supporter.

Nietzsche avait prévenu déjà au 19 ème siècle et maintenant nous y sommes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :