Après Séoul et Tel Aviv, New Delhi prévient à son tour des dangers du Bitcoin

 |   |  892  mots
(Crédits : Reuters)
Fin d'année difficile pour le Bitcoin... L'Inde, à son tour, a prévenu vendredi des dangers des investissements en cryptomonnaies, dont la plus célèbre d'entre elles, le Bitcoin, en les comparant au 'système de Ponzi'.

Malgré l'envolée des échanges et des cours, les cryptomonnaies "n'ont pas de valeur intrinsèque et ne sont soutenus par aucun type d'actifs", a indiqué Arun Jaitley, le ministère indien des Finances dans un communiqué.

"Il y a un risque réel et élevé d'une bulle de ce type d'investissements comme dans le système de Ponzi qui peut aboutir à un krach soudain et prolongé", a-t-il souligné, précisant que les consommateurs devaient être "extrêmement prudents".

Le système de Ponzi, du nom du financier Charles Ponzi arrêté dans les années 1920 à Chicago, est une fraude "pyramidale" qui consiste à piocher dans les finances de nouveaux clients pour rétribuer ou rembourser les clients plus anciens.

L'avertissement du gouvernement indien intervient après celui d'autres pays ou autorités monétaires depuis l'envolée spectaculaire du bitcoin ces derniers mois, à plus de 19.000 dollars, même si le cours de la cryptomonnaie subit une correction depuis une dizaine de jours. Il évoluait vendredi autour des 14.000 dollars.

La Corée du Sud en guerre contre le Bitcoin

Jeudi, la Corée du Sud a annoncé une interdiction des échanges anonymes de cryptomonnaies, qui rencontre un très gros succès dans le pays, et un renforcement de la lutte contre leur utilisation à des fins de blanchiment. Ces mesures incluent l'interdiction d'ouvrir des comptes anonymes de cryptomonnaie, ou la possibilité pour le régulateur d'empêcher si nécessaire certains échanges.

"Les autorités partagent l'idée que les échanges de monnaie virtuelle connaissent une surchauffe irrationnelle (...) et que nous ne pouvons ignorer plus longtemps cette situation spéculative anormale", a déclaré dans un communiqué le gouvernement sud-coréen, précisant que tous les comptes anonymes existants seraient fermés le mois prochain.

Les mesures annoncées impliquent également un renforcement de la lutte contre les activités de blanchiment d'argent et de fraudes financières -y compris la manipulation de cours- utilisant les cryptomonnaies.

"Nous répondrons de façon résolue à ce type de crimes en infligeant les peines les plus lourdes aux contrevenants", a précisé le gouvernement qui se réserve "toutes les options possibles, y compris celle d'empêcher des échanges de cryptomonnaie quand c'est nécessaire".

A la mi-décembre, Séoul avait interdit à ses institutions financières toute utilisation de monnaies virtuelles.

Lire aussi Séoul fait plonger le Binntcoin

Le Bitcoin également dans le collimateur d'Israel

Le directeur de cette Autorité, Shmouel Hauser, a déclaré lundi que cette proposition sera discutée la semaine prochaine lors d'une réunion avec les responsables de la régulation du marché boursier.

"Tant qu'il n'y aura pas de réglementation, nous ferons en sorte que les sociétés dont les échanges sont fondés principalement sur des monnaies virtuelles ne pourront pas négocier sur le marché boursier à Tel-Aviv", a-t-il dit.

Il a également prévenu que "les activités de sociétés existantes dont l'essentiel de l'activité est basée sur le bitcoin seront suspendues".

"Nous poursuivrons cette politique jusqu'à ce que nous trouvions un cadre réglementaire approprié pour ces transactions", a précisé Shmouel Hauser.

Il a par ailleurs expliqué que cette décision est destinée à protéger le public dans ce domaine.

La commission de contrôle israélienne des valeurs mobilières a indiqué mardi vouloir interdire le commerce de cryptomonnaies dans le pays tant que les transactions impliquant ces monnaies n'étaient pas réglementées.

Lire aussi Israël veut en interdire le commerce de bitcoin

La bulle Bitcoin près à exploser ?

Des responsables de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Réserve fédérale américaine (Fed) ont aussi récemment exprimé des craintes sur le sujet, tandis que la Banque centrale de Singapour a recommandé aux investisseurs d'agir avec "une extrême prudence" vis-à-vis du Bitcoin.

Les États membres de l'Union européenne et les parlementaires européens se sont mis d'accord mi-décembre pour renforcer la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme sur les plates-formes d'échange du Bitcoin et autres monnaies virtuelles. Parmi les mesures prises, figurent la fin de l'anonymat des transactions sur les plates-formes de monnaies virtuelles, y compris avec des cartes de prépayées. Certains enquêteurs ont estimé que de tels moyens de paiement avaient pu être utilisés pour financer des attentats.

Les platesformes de transaction du bitcoin et les fournisseurs de "portefeuilles" qui détiennent la cryptomonnaie pour le compte de clients devront identifier leurs utilisateurs. Ces mesures doivent encore être formellement approuvées par les États membres et les députés européens avant de prendre force de loi dans chacun des pays de l'UE dans les 18 mois.

Lire aussi Un G20 pour réguler le Bitcoin en 2018

Mercredi 20 décembre, le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, avait pressé les autorités de régulation européennes de moderniser urgemment les règles financières pour faire face à la volatilité du Bitcoin. Janet Yellen, la présidente de la banque centrale américaine (Fed), avait estimé que le Bitcoin "ne constitue pas une devise officielle" et enjoint aux institutions financières de s'assurer que leurs transactions en bitcoins ne violent pas les lois sur le blanchiment d'argent.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2017 à 19:36 :
Le Bitcoin est le concurrent directe et bien plus performant que les paradis fiscaux. Or ces paradis fiscaux appartiennent à nos multinationales de la finance et comme les politiciens appartiennent aux actionnaires milliardaires aussi propriétaires des multinationales et bien il faut éliminer ce concurrent qui devient bien trop gênant.

Conséquence de la monopolisation des outils de productions et des capitaux entre quelques mains, plus rien ne peut naitre, la mort par cet immobilisme économique y étant au final la seule issue.
Réponse de le 30/12/2017 à 19:56 :
P.S.: Votre autre article concernant la baisse massive d'impôts des états unis nous informe également que du coup cela fait beaucoup à perdre pour les paradis fiscaux dans les années à venir et forcément ceux qui placeront leur argent dans ces endroits seront de plus en plus montrés du doigt.

Vous ne verrez pas les états unis dénoncer le bitcoin...

Voilà pourquoi cette baisse massive d'impôts est dénoncée par des gens qui nous affirment être libéraux, guignols éternels.

L'UE est un échec total parce que son oligarchie, pour laquelle elle a été créée, est bien trop bête.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :