L'OMS avertit que les cigarettes électroniques sont aussi "nocives"

 |   |  400  mots
(Crédits : Reuters)
Les cigarettes électroniques sont "incontestablement nocives" et devront être régulées, selon un rapport présenté vendredi à Rio de Janeiro par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui déconseille ces dispositifs à ceux qui veulent arrêter de fumer.

Le vapotage consiste à inhaler des vapeurs créées par le chauffage à haute température d'un liquide à l'intérieur de la cigarette électronique. La plupart du temps, ces liquides contiennent de la nicotine. Leur popularité grandissante depuis leur apparition sur le marché, au milieu des années 2000, surtout auprès des jeunes, inquiète les législateurs et autorités sanitaires du monde entier, qui craignent que le vapotage ne conduise les jeunes à fumer du tabac.

Bien que ces dispositifs exposent l'utilisateur à moins de substances toxiques que les cigarettes combustibles, elles présentent aussi des "risques pour la santé", assure le rapport de l'OMS, qui évalue les résultats des mesures gouvernementales (MPOWER) préconisées par la convention-cadre de l'institution pour endiguer l'épidémie (CMCT).

Les six stratégies pour décourager l'usage du tabac sont les suivantes: contrôles de la consommation de ces produits et politiques de prévention, protection du public contre la fumée, aides pour cesser de fumer, mises en garde contre les dangers du tabac, faire respecter des interdictions de publicités, promotion ou sponsorisation, et enfin augmentation des taxes.

"Aucun impact positif"...

"Bien que le niveau de risque associé aux SEAN (système électroniques d'administration de nicotine) n'ont pas été mesurés de manière concluante, les SEAN son incontestablement nocifs et devront donc être régulés", indique l'OMS.

Elle souligne également qu'il n'y a pas assez de preuves que les e-cigarettes soient efficaces pour arrêter de fumer.

"Dans la plupart des pays où elle sont disponibles, les utilisateurs (d'e-cigarettes) continuent en général de fumer des cigarettes combustibles en même temps, ce qui présente très peu, voire aucun impact positif" sur la réduction des risques sanitaires, selon le rapport présenté au Museu do Amanha (Musée de Demain).

... et "menace réelle"

L'OMS met aussi en garde contre la "menace actuelle et réelle" que représente la désinformation véhiculée par l'industrie du tabac sur les vapoteuses.

Fin juin, la très libérale ville californienne de San Francisco est devenue la première métropole américaine à interdire sur son territoire la vente des cigarettes électroniques. La Chine, qui compte le plus grand nombre de fumeurs au monde, envisage de durcir sa réglementation.

La consommation de tabac fait chaque année quelque 8 millions de morts dans le monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2019 à 13:10 :
Curieusement, dans mon entreprise, en une poignées d'années presque tous les fumeurs sont passés à la cigarette électronique, en arrêtant de fumer (avec des améliorations sur la santé dans les 15j qui suivaient), puis certains d'entre-eux ont carrément tout arrêté naturellement !

De toutes les mesures anti-tabacs qui ont été prises depuis la loi Evin, les taxes sur le tabac associées à la cigarette électronique (et son plus faible coût) ont été les plus efficaces que j'ai jamais vu !
a écrit le 27/07/2019 à 23:36 :
On se demande à quel point le travail de journaliste ne se résume pas à "recopier un communiqué AFP". Bravo Messieurs !
Ce fameux rapport de l'OMS de 109 pages sur "l'épidémie du tabac", ne contient que 2 pages consacrées à la cigarette électronique.
L'OMS a déclaré que la cigarette électronique est "incontestablement nocive"... mais admet qu'il n'y a en l'état aucune preuve concrète de cette nocivité...
C'est un rapport Mondial qui généralise donc l'usage de la cigarette électronique notamment dans des pays où peu de contrôles sont présents. Ce qui n'est pas le cas de la France qui est très à cheval là dessus.
Bref encore une fois on lance un papier avec un titre accrocheur sans connaître son sujet ! Les médias français sont à la ramasse.
a écrit le 27/07/2019 à 19:31 :
J'ai arrêté de fumer grâce à la cigarette électronique, juste un miracle vu de ma fenêtre

Cet avis me parait donc complètement idiot
C'est la différence entre ceux qui ont une vue théorique voire sectaire des choses, et ceux qui les ont réellement pratiquées
a écrit le 27/07/2019 à 18:26 :
l'OMS a aussi chapeauté l’étude Seralini, ce qui prouve que sa parole n'est pas évangile.

En l’occurrence on se demande bien ce qu'ils ont fumé avant de rendre ce rapport.

De l'avis universel des médecins tabacologues, rien n'est pire que la fumée issue de la combustion du tabac.
Le sevrage est facilité par la prise de composés nicotiniques, que ce soit par patchs, comprimés ou par vapotage.

Cette attaque en règle mais confuse contre le vapotage est totalement vide de sens.

Continuer à fumer en prenant des comprimés ou un patch est aussi dangereux que de vapoter, sauf qu'on a rarement une cigarette et un vapoteur en bouche, alors qu'on peut oublier un patch.

A l'évidence le vapotage n'est pas l'arme ultime de sevrage, parce qu'il n'y en a pas, et il vaut bien mieux qu'un ex-fumeur vapote plutôt que de rechuter.

Pour terminer, il faudrait qu'ils indiquent leurs sources, en France le sevrage par vapotage (et le matraquage fiscal) fonctionne et la consommation de tabac a décru de façon significative ces dernières années.
a écrit le 27/07/2019 à 14:26 :
L'oms...infiltrée par les lobbys. Pourtant y en a des etudes dans tous les sensbsans protocoles, financé par big tobbaco et rien, tj pas le début d'un risque. Alors oui y en a surement un, mais surtout continuer de polluer, voitures, usines, bois de chauffage. Cancérigène certain mais encouragé. Pour les raccourcis facile y a du monde, ben oui ma povre dame vaper c est fumer ca se voit ! On fait pas d etudes mais on est pas bête... Alors autant fumer va.
a écrit le 27/07/2019 à 10:31 :
Envoyer dans ses poumons autre chose que de l'air a nécessairement des conséquences. Il y a déjà suffisamment d'occasion de respirer de l'air pollué sans en rajouter en fumant toutes sortes de substances nocives.
a écrit le 27/07/2019 à 10:31 :
Envoyer dans ses poumons autre chose que de l'air a nécessairement des conséquences. Il y a déjà suffisamment d'occasion de respirer de l'air pollué sans en rajouter en fumant toutes sortes de substances nocives.
a écrit le 27/07/2019 à 10:30 :
Ils manquent de données à l'OMS ?
En voici une de plus : j'ai stoppé 'net' grâce à le vapoteuse ! (depuis 7 ans)
Une autre ... : mon épouse à stoppé 'net' également.
Il va falloir leur transmettre les données nous même, vu que c'est Philip Morris qui semble s'en charger ... :-)
a écrit le 27/07/2019 à 10:29 :
Affirmer que les cigarettes électroniques sont nocives sans mesurer de manière concluante qu'elles le soient ne peut que jeter le discrédit sur l'OMS.
C'est une position idéologique et non scientifique.
a écrit le 27/07/2019 à 9:18 :
Pas mal floue cette information puisque nous ne savons pas en fait ce qui est nocif là dedans si ce n'est son incapacité à faire arrêter les gens de fumer, ce qui n'est pas une nocivité en soi.

On aimerait que l'OMS se penche plutôt sur ce que l'on mange, ce que l'on boit, nos produits ménagers, les colles et autres utilisées dans la construction de meubles et maisons, les plastiques et-c...

Tant que ce travail indispensable n'est pas fait difficile de se vouer en son sein.
a écrit le 27/07/2019 à 9:13 :
la cigarette électronique ne peut être nocive que par le type de produit que l'on vapote. Une législation intelligente sur ces produits est sans doute nécessaire.
a écrit le 27/07/2019 à 8:59 :
"Bien que le niveau de risque associé aux SEAN (système électroniques d'administration de nicotine) n'ont pas été mesurés de manière concluante, les SEAN son incontestablement nocifs et devront donc être régulés", indique l'OMS."
Traduction : on n'en sait rien mais pas grave on va dire que c'est dangereux.
L'OMS se décrédibilise totalement !
Réponse de le 27/07/2019 à 11:34 :
Oui mais ça permet de taxer ou de crier au loup, ce que les français, en rappelant qu’il y en a un à la tête de l’oms, adorent faire.
a écrit le 27/07/2019 à 8:10 :
Pas besoin d'etre grand clerc pour deviner que vapoter est nocif.
Comme si hinaler de la vapeur d'eau chargee de produits divers etait naturel ?
a écrit le 27/07/2019 à 4:59 :
Le tabac c'est plus de 400 produits chimiques réputés pour être mortels , l e cigarette c'est 1 seul produit chimique non mortel.
La différence? le tabac rapporte plus de 16 milliard d euro par an à l etat, l e cigarette ne rapporte rien.
Il leur faut donc trouver un prétexte pour mettre la main sur ce marché juteux de l e cigarette ....
Réponse de le 27/07/2019 à 11:03 :
Premièrement, ce rapport émane de l'Organisation Mondiale de la Santé. Aucun rapport avec l'état français.

Deuxièmement, le coût du tabagisme pour la société est estimé en 2014 à 47,7 milliards d'euro.
Donc non, les fumeurs ne rapportent pas d'argent à l'état. Au contraire, ils le ruine.
a écrit le 27/07/2019 à 0:55 :
Par contre et ça j'en suis certain, la cigarette electronique est très nocive sur l'industrie du tabac.
a écrit le 26/07/2019 à 22:42 :
D’après Freud : fumer c’est le symbolisme de la tétée du sein de la maman...
La solution serait de proposer une tétine bio- dégradables dans la bouche à la vitamine D en remplacement de tous ces produits nocifs ( électronique, cigarettes, chicha...)

C’est une idée comme une autre , non?
a écrit le 26/07/2019 à 22:29 :
"Bien que le niveau de risque associé aux SEAN (système électroniques d'administration de nicotine) n'ont pas été mesurés de manière concluante, les SEAN son incontestablement nocifs et devront donc être régulés". C'est la médecine de Molière. l'OMS dont les recommandations doivent reposer sur des réalités expérimentales et scientifiques, se décrédibilise complètement et devient une institution à la botte des gouvernements qui favorisent un certain commerce. Mieux vaudrait dire que fumer soulage un conflit d'étouffement et de manque d'espace vitale, dont la manifestation psychosomatique est le cancer du poumon ou la tuberculose. Mais alors le tabac perdrait son principal motif de condamnation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :