La Californie défie Trump et promet une électricité "100% propre" d'ici 2045

La Californie s'est officiellement engagée, lundi 10 septembre, en faveur de la production d'énergie "100% propre" d'ici l'an 2045. Une politique volontariste en opposition aux convictions climato-sceptiques affichées par le président Donald Trump.

5 mn

Le gouverneur de Californie Jerry Brown se réjouit de cette nouvelle législation.
Le gouverneur de Californie Jerry Brown se réjouit de cette nouvelle législation. (Crédits : ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

La Californie fait, encore une fois, office de pionnière dans le domaine environnemental. L'État américain, cinquième puissance économique mondiale et fer de lance de la lutte contre le changement climatique, s'est officiellement engagé, lundi 10 septembre, à produire une énergie "100% propre" d'ici 27 ans. Dans le détail, la loi adoptée par les élus californiens prévoit que toute l'électricité passant par le réseau de l'État aura un "bilan carbone neutre" d'ici l'an 2045.

Lire aussi : La Californie se veut verte jusqu'en 2030 au moins

Par ailleurs, d'ici 2025, 50% de sa production électrique devra provenir de sources d'énergie renouvelables (solaire, éolien, géothermie...) et 60% d'ici 2030. Le reste de la production d'énergie pourrait aussi être fourni par d'autres sources à condition qu'elles ne rejettent pas de gaz à effet de serre dans l'atmosphère (nucléaire, centrales au gaz dotées de systèmes de récupération du CO2 émis...)

Un État leader dans la lutte contre le réchauffement climatique

"Avec cette loi, la Californie est sur les rails pour remplir les objectifs de l'accord de Paris et même aller au-delà", s'est félicité Jerry Brown, gouverneur démocrate de l'État de la côte ouest et écologiste convaincu, avant de signer la loi adoptée par les parlementaires californiens. "Ce ne sera pas facile, ce ne sera pas immédiat, mais ce doit être fait", a souligné le gouverneur de la Californie, deuxième État américain - après Hawaï directement menacé par la montée des eaux du Pacifique induite par le changement climatique -  à se doter d'une politique aussi volontariste.

--

"La Californie, en tant qu'économie des plus prospères, passe à l'attaque sur le changement climatique. J'espère que la France et l'Allemagne relèveront aussi leurs ambitions, car nous devons tous faire davantage."

--

À travers cette décision, l'État le plus peuplé des États-Unis (40 millions d'habitants) s'inscrit encore davantage comme le chef de file de la résistance écologique contre Donald Trump. Pour cause, au niveau fédéral, l'administration républicaine du président américain s'est officiellement retirée en 2017 de l'accord de Paris qui avait été formellement signé l'année précédente par son prédécesseur démocrate Barack Obama. Cet accord sur le climat, signé en décembre 2015 par près de 190 pays, vise à limiter l'augmentation de la température de l'atmosphère en deçà de 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle. Objectif : éviter des catastrophes climatiques à grande échelle.

Des créations d'emplois à la clé

Sous l'influence de Jerry Brown, défenseur des énergies renouvelables depuis son premier mandat de gouverneur dans les années 1970, la Californie - épaulée par seize autres États - a réagi à la décision de Donald Trump en reprenant le flambeau de la lutte contre le changement climatique. Le territoire a ainsi décidé de réduire coûte que coûte les émissions de gaz à effet de serre des États-Unis quitte à poursuivre en justice l'administration fédérale.

Lire aussi : La Californie veut cinq millions de voitures vertes d'ici à 2030

"La Californie sera toujours à la pointe de la lutte contre le changement climatique, quelle que soit la personne qui occupe la Maison Blanche", a prévenu le sénateur Kevin de Leon, l'un des porteurs de cette loi.

Outre la protection de l'environnement, cette nouvelle législation va aussi "doper l'économie" de la Californie et "créer des dizaines de milliers d'emplois", précise-t-il.

"Il y a déjà dix fois plus d'emplois dans ce secteur pour la seule Californie que dans l'exploitation des mines de charbon pour l'ensemble des États-Unis", a-t-il ajouté.

La production d'électricité représente à l'heure actuelle 16% des émissions de gaz à effet de serre de la Californie.

(Avec AFP)

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 12/09/2018 à 9:52
Signaler
Sous la principale raison de "défier trump", les états unis investissent à fond dans l'énergie renouvelable donc. Les américains sont des génies ! On est vraiment à des lieux de la pensée binaire de notre consortium financier européen hein. V...

à écrit le 11/09/2018 à 17:02
Signaler
La Californie défie Trump? Mais Trump n'oblige pas a polluer!

à écrit le 11/09/2018 à 14:16
Signaler
Le mix énergétique vers lequel veut tendre l’Etat de Californie semble effectivement être très raisonnable et réaliste comparé aux utopies des Écolos Français !!!

à écrit le 11/09/2018 à 11:28
Signaler
Ce sera une excellente idée pour la France aussi et sortir du nucléaire en même temps. Cet investissement créerait des dizaine de milliers d'emploi dont la France a besoin.

le 11/09/2018 à 17:27
Signaler
Les gens refusent les éoliennes, sur mer ou sur terre, on fait quoi ?? Les enterrer pour ne pas les voir ? J'ai campé près du pied d'une grande éolienne en Suède, à part le bruit d'air coupé (genre fouet) rien senti de spécial. Vous avez mis des pan...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.