La Chine dévalue le yuan une troisième fois en trois jours

 |   |  497  mots
Pékin ambitionne d'obtenir son inclusion dans les Droits de tirage spéciaux (DTS), l'unité de compte du Fonds monétaire international actuellement composé de quatre devises (dollar, euro, livre et yen).
Pékin ambitionne d'obtenir son inclusion dans les Droits de tirage spéciaux (DTS), l'unité de compte du Fonds monétaire international actuellement composé de quatre devises (dollar, euro, livre et yen). (Crédits : reuters.com)
Le cours pivot de la monnaie chinoise face au dollar a été abaissé de 1 %, jeudi. Pékin veut relancer ses exportations, en baisse de 8,3% en juillet. Mais une dépréciation prolongée et importante du yuan peut encourager les fuites de capitaux hors de Chine.

La plus brutale dépréciation enregistrée par la monnaie chinoise depuis plus de deux décennies. Après avoir abaissé le taux de référence du yuan face au dollar de 2%, mardi 11 août, puis de 1,6% mercredi, Pékin a récidivé. Jeudi 13 août, la banque centrale chinoise (PBOC) a fait reculer le taux de référence du yuan face au dollar de plus de 1%. Désormais, 6,4010 yuans valent un dollar, contre 6,3306 yuans mercredi.

Une convertibilité du yuan avec un surcroît de flexibilité

La banque centrale chinoise avait assuré mardi qu'elle opérait simplement un "ajustement une fois pour toutes" de la façon de calculer le taux-pivot du yuan pour prendre davantage en compte les fluctuations du marché des changes.Et que les dépréciations successives ne seraient que la conséquence de ce nouveau mécanisme. La Chine continue d'encadrer étroitement la convertibilité du yuan, mais en lui accordant un surcroît de flexibilité, la PBOC pourrait chercher à renforcer ses chances de lui faire intégrer le club fermé des grandes monnaies mondiales.

Pékin ambitionne ainsi d'obtenir son inclusion dans les Droits de tirage spéciaux (DTS), l'unité de compte du Fonds monétaire international actuellement composé de quatre devises (dollar, euro, livre et yen).

Elle espère également mettre fin à la baisse de ses exportations, qui ont reculé de 8,3% sur un an. Pékin espère importer de la croissance qui permettra de créer un socle "sain" pour l'investissement tout en réduisant le poids de la dette par la reprise de l'inflation.

    Lire >> La Chine entre dans la guerre des monnaies

Mais une dépréciation prolongée et importante du yuan pourrait être à double tranchant, en encourageant les fuites de capitaux hors de Chine, en renchérissant le coût des importations du pays et en gonflant le poids des dettes en dollars des entreprises chinoises.

"Si c'est nécessaire, la banque centrale est pleinement capable de stabiliser le taux de change (du yuan) via des interventions directes sur le marché", a d'ailleurs affirmé un économiste de la PBOC, cité par la presse officielle

Les Bourses européennes ont dévissé

Ces dévaluations ont été largement perçues comme un puissant effort de Pékin pour revigorer son commerce extérieur et stimuler une activité en plein ralentissement, et a intensifié brusquement les inquiétudes sur la santé vacillante de l'économie chinoise.

Cela a fait l'effet d'un coup de tonnerre pour une partie des places boursières mondiales et les marchés des matières premières, qui ont trébuché de concert, angoissés de voir caler un pays moteur de l'économie mondiale. Ainsi, la Bourse de Paris a lâché 3,4% à 4.925 points, mercredi 13 août, et le Dax a perdu 3,27%.

Nénmoins, du côté des Bourses américaines, le Dow Jones n'a presque pas bougé et le Nasdaq a gagné 0,15% à la clôture, mercredi 12 août.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2015 à 21:51 :
Toute nation qui s'inscrit dans le système monétaire/bancaire international finira inexorablement broyée, car une "Nation" est un "problème" pour ce système.
Évidemment les plus faibles sont broyés les premiers (Grèce vs Allemagne) mais au bout tout le monde doit en crever.
Si les politiques ferment les yeux et croient qu'ils tiennent les manettes, ça accélère juste un peu le mouvement.
Bon courage !
a écrit le 13/08/2015 à 16:08 :
Et si l'on utilisait cette construction que s'appelle "Union Européenne" pour essayer d'enrayer la mondialisation incontrôlable au lieu de la transformer en machine à imposer la rigueur et la moins-disance sociale?
Réponse de le 13/08/2015 à 23:43 :
Les plus riches, soit ceux qui gouvernent vraiment, ne le veulent surtout pas. Et ce n'est pas de la jalousie : simplement du constat. Ils préfèrent notre destruction plutôt que la leur. Bizarre, non..??
a écrit le 13/08/2015 à 14:46 :
les chômeurs a longue durée = pas de vacances,
hahahaha
a écrit le 13/08/2015 à 13:09 :
C'est si facile d'administrer l'économie quand tout va bien...
a écrit le 13/08/2015 à 10:48 :
Donc, c'est très mauvais pour le Made In France libelle en Euros à l'export ...vu que le Made In China en Yan a l'import sera forcément moins cher ...d'autant que le dispositif "amortisseur " du précédent gouvernement , fut annulé par les socialistes...
Réponse de le 13/08/2015 à 13:32 :
arrete le pipo ; le système sarko aurait été invalidé par le conseil constitutionnel et l'europe . De plus les français qui n'ont pas de sous auraient de toute façon acheté le moins cher ( chinois).
a écrit le 13/08/2015 à 10:16 :
Les Chinois testent grandeur nature leur stratégie, ils observent, ensuite ils agiront vraiment. Le combat est politique entre les US et la Chine, le dollar et le yuan sur fond de crise économique et territoriale en mer de Chine. Grosso modo...sur fond de guerre.
Réponse de le 13/08/2015 à 14:24 :
La guerre pour moi, n'est qu'un hold up entre pays. Mais je suis assez d'accord avec vous. Le combat est surtout entre les USA et la Chine qui craint notamment:
- la mainmise des USA sur tout le Pacifique et les pays de l'ocean indien
- les consequences de l'accord TAFTA qui pourrait lui faire perdre son 1er client, en source de revenus: l'Europe
Pour cela, elle s'arme (achat recent de batteries AS 400 russes => virtuellement pouvant abattre n'importe quel avion decollant de Taiwan) et diplomatiquement se rapproche de la Russie (petrole/gaz)tout en courtisant les pays emergeants d'Afrique et d'Amerique du sud et dealant un maximun avec les pays d'Asie Centrale. C'est une strategie mondiale qui a pour but d'affaiblir (avec l'aide des russes et autres) les USA, l'Europe elle, n'etant a ses yeux, rien de plus qu'une vache a lait.....
a écrit le 13/08/2015 à 10:07 :
J'avais annonce le 1er sur ce journal, mardi dernier que ce ne serait pas fini et que l'on pouvait s'attendre a un 2em re-ajustement en Octobre. Finalement, la PBoC remet ce jour le couvert. Decidemment elle va bcp plus vite que moi!
Cela dit je maintiens mon estimation entre 6.6 / 6.7 rmb pour 1 Usd a la fin de l'annee. Les impacts sur les Stes de Luxe (LVMH - L'Oreal) seront nulles l'Etat chinois ayant baisse fortement ses droits de douanes et taxes interieures tres recemment et eux-memes ayant ici des centres de production. Cela n'impactera pas ou tres tres marginalement leur clientele ici. Et une bonne bonne partie de leur croissance est faite sur le marche chinois en pleine expansion. Franchement je ne comprends pas les traders qui bradent ces valeurs.... comme d'autres (PSA etc...). Ils devraient avoir un peu plus de recul...
Réponse de le 13/08/2015 à 11:20 :
en fait les autorités chinoises ont lu ton commentaire de la semaine derniere et ont suivi ton analyse en l'amplifiant
je passe tout de suite un ordre d'achat en bourse sur Peugeot avant que les traders de toutes les banques du monde ne suivent ton nouveau post
tu es trop fort
a écrit le 13/08/2015 à 9:57 :
Et tous les "experts" qui gobent les chiffres du gouvernement chinois. La Chine a connu une croissance forte ces 15 dernières années, de l'ordre de 3 à 4%, mais loin des 8% annoncés sur la période.
Réponse de le 13/08/2015 à 10:53 :
et chez nous, tous les experts français qui gobent les chiffres bidouillé du dernier gouvernement entièrement socialiste en UE, sont a coté de la plaque ou au mieux confortent le mensonge d'état .....d'ailleurs, c'est aisément vérifiable sur 3 ans......
Réponse de le 13/08/2015 à 20:08 :
En fait, habitant la Chine depuis 20 ans, je pense que c'est plus complique que cela.
Avant 2008 les chiffres etaient plus autour de 10-11% et le parti affichait 8,5 % (Comme pour l'immobilier 2001-2009 Hausse reelle de 500% de l'immobilier a Pekin sur cette periode lors de cette periode mais 10 a 20 % annuelle selon les chiffres officiels).
L'Apres 2008 a ete une periode ou j'ai pu commence a noter une sorte de ralentissement, avec une croissance de 7-8% par an.
Par contre je vous suis sur les 2-3 dernieres annees ou l'on a vraiment senti un ralentissement brutal, probablement du a la conjoncture mondial, au depart des investisseurs dans la zone ASEAN (Plus propice aux investissements manufacturiers) et egalement aux mesures anti-corruption du gouvernement.
a écrit le 13/08/2015 à 9:48 :
Il faut impérativement revoir les paramètres variables de la compétitivité . Pour nous c est le prix du travail , pour les chinois la valeur de la monnaie . Qui va gagner ?

Avec le recul je penche pour la Chine .
a écrit le 13/08/2015 à 8:23 :
Pour la chine une baisse de 4% du yuan risque de faire augmenter le cout des importations et une fuite des capitaux et gonfler le poids de la dette en dollars
mais pour l'Euros qui a perdu 20% vis à vis du dollar c'est tout bénéfice rien de tout cela ne peut lui arriver.Alors le double langage des économistes comme ça arrange le politique français ça suffit.
Réponse de le 13/08/2015 à 8:46 :
Et bien oui, les entreprises chinoises s'endettent en dollars alors que les entreprises européennes s'endettent essentiellement en euros, donc l'impact de la baisse de l'euro n’est pas le même que celui de l'impact du RMB. Sur l'autre point, le RMB n’étant pas librement convertible et son taux étant contrôlé étroitement par l'état, effectivement les capitaux vont partir pour être changés en une des monnaies de réserve (USD essentiellement mais aussi EUR, GBP ou JPY). Ce n'est pas un double langage, c'est de l'économie de base...
Réponse de le 13/08/2015 à 9:35 :
déjà la différence c'est que l'on emprunté en euro et pas en dollar donc la dette ne bouge pas contrairement aux chinois.
Et les importations et exportations c'est partout pareil devaluation de la monnaie réenrechissement des importations facilitation des exportations du a la baisse de la monnaie et inversement. mais cela aussi dépend du type de marchandise et de contrat
Réponse de le 13/08/2015 à 9:44 :
a Réponse de @yoyo: Ou avez-vous vu que les entreprises chinoises s'endettaient en USD? C'est vraiment mal connaitre les regles de change, et celles sur les emprunts ici, et surtout celles de la PBoC! N'importe quoi!
Réponse de le 14/08/2015 à 9:20 :
@JDShanghai Oh pardon monsieur l'expert, c'est vrai que toutes les entreprises chinoises cotées n'empruntent qu'en kwai... c'est vraiment mal connaître le fonctionnement de l'économie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :