La Chine ressemble aux Etats-Unis juste avant la crise de 2008, selon Soros

 |   |  338  mots
Une grande partie de l'argent que les les banques fournissent est nécessaire pour maintenir les entreprises (chinoises, Ndlr) ployant sous les mauvaises créances et accusant des pertes en vie, insiste Georges Soros.
"Une grande partie de l'argent que les les banques fournissent est nécessaire pour maintenir les entreprises (chinoises, Ndlr) ployant sous les mauvaises créances et accusant des pertes en vie", insiste Georges Soros. (Crédits : reuters.com)
Le célèbre investisseur américain s'inquiète du montant croissant des crédits chinois en mars. Il compare la situation du pays à l'avant-crise des subprimes aux Etats-Unis en 2007-2008.

George Soros a fait une sortie alarmiste sur la la deuxième économie mondiale, lors d'un événément organisé par Asia Society a New York, mercredi 20 avril. Les chiffres de la croissance des prêts en Chine en mars devrait être vus comme un signal d'alarme, a lancé l'investisseur milliardaire, dans des propos rapportés par Bloomberg.

"Ce qui est en train de se passer en Chine ressemble étrangement à ce qui s'est passé aux Etats-Unis en 2007-2008, qui était de façon similaire alimenté par la croissance des crédit", assure le célèbre financier américain.

Ensuite le marché des crédits américain s'était effondré, car les ménages ayant souscrit aux subprimes (crédits hypothécaires risqués) n'ont plus était capables de rembourser leur emprunt lorsque le marché immobilier s'est retourné dans le pays. Cela avait provoqué une récession globale.

Dépendance de la Chine à la dette

Bloomberg estime que les chiffres des prêts accordés le mois dernier montrent une dépendance grandissante de la Chine à la dette et que le pays privilégie la croissance à la maîtrise de la dette. Les nouveaux crédits ont quasiment doublé sur un an à 2,34 trillions de yuan (320 milliards de dollars) en mars.

 "Une grande partie de l'argent que les les banques fournissent est nécessaire pour maintenir les entreprises (chinoises, ndlr) ployant sous les mauvaises créances et accusant des pertes en vie", insiste Georges Soros.

La dette des entreprises locales chinoises est la plus élevée au monde à 15.000 milliards d'euros en 2015, soit 160% du PIB. Cet endettement augmenterait encore de 77% durant les cinq prochaines années pour atteindre 28.800 milliards de dollars, estime l'agence de notation Standard & Poor's.

Moody's et Fitch s'inquiètent de la dette galopante, publique et privée du pays, et pointent une "hausse prévisible des créances douteuses". Moody's a fait passer la dette souveraine chinoise en perspective négative mais la maintient à Aa3. Cette note reste toutefois la quatrième plus forte note possible.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2016 à 19:21 :
Soros est un danger pour la Société. Qu'il débarrasse le plancher ASAP.
a écrit le 21/04/2016 à 15:21 :
C'est une version positive, en version negatif : la chine c'est l'espagne X100
a écrit le 21/04/2016 à 15:21 :
C'est une version positive, en version negatif : la chine c'est l'espagne X100

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :