La confiance, cette denrée si fragile qui risque de manquer en sortie de crise

 |   |  753  mots
Photo d'illustration. Le moral des ménages a subi en avril sa chute la plus brutale depuis 48 ans que cet indicateur existe, selon l'Insee.
Photo d'illustration. Le moral des ménages a subi en avril sa chute la plus brutale depuis 48 ans que cet indicateur existe, selon l'Insee. (Crédits : CAITLIN OCHS)
Si la confiance ne revient pas, l'épargne "forcée", accumulée durant la période de confinement, risque de se transformer en épargne de précaution, bloquant ainsi tout espoir de relance économique par la consommation et l'investissement.

Face à la récession sur fond de pandémie, le retour de la confiance des ménages et des entreprises est nécessaire à une reprise économique tirée par la consommation et l'investissement, expliquent des économistes à l'AFP.

"La confiance est essentielle à cette reprise pour éviter l'épargne de précaution des ménages et des entreprises", souligne Ludovic Subran, économiste de l'assureur Allianz.

Or, le moral des ménages a subi en avril sa chute la plus brutale depuis 48 ans que cet indicateur existe, selon l'Insee.

Et durant les huit semaines de confinement, les ménages français ont accumulé une épargne "forcée" supplémentaire évaluée à quelque 60 milliards d'euros, que le gouvernement aimerait aujourd'hui voir soutenir la consommation. Mais elle risque de se transformer en épargne de précaution face aux incertitudes sur l'avenir à court et moyen terme.

Lire aussi : L'épargne, un moteur aussi puissant qu'incertain pour la reprise en Europe

Car "la crise sanitaire et le confinement qui en a découlé vont entraîner une récession sans précédent en temps de paix", rappelle Emmanuel Jessua, de l'institut Rexecode, proche du Medef.

Selon lui, "ce fait objectif, lié à l'hibernation de nombreux secteurs d'activité pendant près de deux mois et au caractère graduel du déconfinement, explique à lui seul l'appréhension vis-à-vis de l'avenir de la part des ménages et des entreprises".

D'après une étude publiée la semaine dernière par la banque publique Bpifrance, à peine un tiers des PME qui nourrissaient des projets d'investissement avant la crise comptent les maintenir, la moitié envisageant de les reporter.

Lire aussi : Les industriels prévoient une chute de leurs investissements en 2020

"La confiance ne suffira pas, il faudra bien un plan de relance pour que les carnets de commande, l'investissement, et la consommation repartent", affirme M. Subran. Lundi, la France et l'Allemagne ont proposé un tel plan de 500 milliards d'euros.

Offrir des perspectives

Car la reprise est aussi menacée par la désorganisation de nombreuses chaînes de production ou par des faillites.

"D'un seul coup, une partie de l'offre va disparaître pour des raisons de profitabilité, de soutenabilité, de défauts de paiement", craint Philipe Waechter, économiste chez Ostrum Asset Management.

Il note que "dans le secteur industriel, on observe qu'il y a des délais de livraison considérablement allongés, et qui posent de vrais problèmes et créent des embouteillages".

Et au-delà de l'aéronautique, de l'automobile et du tourisme, ciblés par des mesures de soutien sectorielles du gouvernement, "il y a toute une série d'entreprises dans le secteur des services qui sont au bord de la rupture", toujours selon M. Waechter qui cite en exemple l'enseigne d'ameublement Conforama ou le groupe textile Orchestra.

Lire aussi : Comment le gouvernement veut relancer les secteurs les plus touchés par la crise du Covid-19

M. Jessua constate que "plusieurs secteurs auront des difficultés à récupérer leur rythme d'activité d'avant-crise en raison des fermetures administratives (restaurants par exemple), de la hausse des coûts et de la baisse de productivité liés aux contraintes sanitaires sur les lieux de travail, et de potentielles difficultés sur les chaînes d'approvisionnement".

"Le 'en même temps' économique, mesures d'offre et de demande, est aujourd'hui plus qu'essentiel", résume Ludovic Subran.

"Les mesures de soutien du gouvernement ne suffiront en outre probablement pas à éviter des faillites et la hausse du chômage, ce qui se traduira par des pertes de capital productif et humain difficilement réversibles pour l'économie", redoute M. Jessua.

Lire aussi : "On ne va pas pouvoir éviter une explosion des faillites": les banques européennes se préparent au choc

M. Waechter estime que face à un "horizon qui est bouché", l'État devrait "poser des jalons sur la façon dont l'économie pourrait évoluer au cours des prochains mois, offrir des perspectives".

Il souhaite ainsi des "annonces sur l'investissement public pour créer une impulsion du côté des entreprises", évoquant notamment "tout ce qui tourne autour de la fibre" et des infrastructures nécessaires aux véhicules électriques, dans le cadre des mesures de soutien au secteur automobile qui doivent être annoncées d'ici 15 jours.

M. Subran plaide lui pour des réformes structurelles comme la mise en place d'une "flexisécurité sur le marché de l'emploi et une protection sociale plus soutenable" afin que "les gens aient confiance en leur retour à l'emploi, et aux filets de sécurité type retraites".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2020 à 19:22 :
En tout cas il y a une corporation qui a vite fait ses calculs ..
Les coiffeurs ..augmentation de la prestation habituelle : plus 10% !! Surement le prix du gel désinfectant..qui augmente leurs charges..
Réponse de le 19/05/2020 à 19:44 :
C'est le prix du temps de désinfection poussée du matériel, du coût du matériel de protection et de la réduction du nombre de sièges disponibles.

10% c'est raisonnable dans ces conditions.
a écrit le 19/05/2020 à 17:29 :
Bof encore une ânerie, l'épargne des français sur laquelle il louche ce sont souvent les économies de toute une vie. Ce n'est pas avec les impôts, les charges importantes qui augmentent sans cesse que les français ont la vie belle. Et ces derniers temps, ils ont mis en place une fiscalité sur l'épargne qui ne permet pas de s'enrichir avec les intérêts inexistants. Ils ont un livret A , à la belle affaire ? des intérets à 0,50 ils vont pas aller bien loin. Quant à l'assurance vie, une épée de Damocles sur la sécurité et la rentabilité. A le ministère de l'économie et notre président n'ont pas épargné les français ces derniers temps (flag tax et autres) . Alors, par pitié laissez les profiter du fruit de leur travail comme ils veulent. S'ils continuent ainsi de détrousser le peu d'argent dont les gens disposent, je pense sincèrement qu'ils vont vider leurs comptes.
a écrit le 19/05/2020 à 10:44 :
il y avait de quoi avoir confiance avant cette crise :
création d'entreprise très dynamique, intentions d'embauche/création de jobs au plus haut, perspectives pour les cadres au plus haut, nombre de postes à pourvoir au plus haut, forte hausse de l'apprentissage, taux d'investissement des entreprises qui grimpait, forte performance de la France dans l'accueil des investissements étrangers notamment dans le manufacturier et la R&D, nombre d'entreprises manufacturières qui augmente alors que ça baisse en Allemagne depuis au moins 2009, progression des salaires réels assez supérieure à la moyenne OCDE, bon taux d'épargne des ménages/épargne à des sommets, baisse significative du surendettement des ménages, ventes de logements anciens qui grimpaient en flèche, demande soutenue de logement neuf, la France est une destination privilégiée des gens quittant le UK, etc...
a écrit le 19/05/2020 à 9:46 :
Où l'on découvre que la politique de l'offre ne fonctionne QUE lorsqu'il il y a en face des consommateurs disposés ET ayant les moyens de consommer.
Où cette crise fait découvrir à de nombreux consommateurs que les lendemains ne chantent pas toujours et que certains "indispensables" ne le sont finalement pas tant que ça.
Les Français épargnent plus, c'est plutôt une bonne nouvelle. Le consumérisme effréné pour entretenir une croissance sans fin est illusoire et déstructeur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :