Le gouvernement au secours du secteur automobile

 |  | 232 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : Benoit Tessier)
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé lundi qu'il présenterait "sous 15 jours" un plan de soutien au secteur automobile, qui favorisera ". l'achat de véhicules propres", et un autre pour l'aéronautique avant le 1er juillet.

Le gouvernement français entend voler au secours du secteur automobile, rudement touché par la crisé liée à la pandémie de coronavirus. "J'annoncerai un plan de soutien au secteur automobile sous 15 jours, et le plus vite sera le mieux, de façon à relancer la consommation et la transformation vers un modèle plus durable", a déclaré le ministre, qui a réuni récemment les responsables de cette filière, sur France Info.

Lire aussi : Automobile: pour sauver le marché du neuf, il faudra aussi traiter le marché de l'occasion

Accélérer la transition écologique

"Cela veut dire soutien à l'achat de véhicules propres. Il faut que l'on fasse de cette crise un levier pour accélérer la transition écologique et pour encourager les Français à acheter des véhicules qui sont encore aujourd'hui trop chers pour eux", a-t-il souligné.

M. Le Maire a, par ailleurs, précisé qu'il annoncerait également, "avant le 1er juillet, un plan sectoriel de soutien au secteur aéronautique et les centaines de milliers d'emplois qui vont derrière dans la région de Toulouse et ailleurs".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2020 à 16:41 :
Au secours ! que ce gouvernement ne se mêle plus des entreprises ! on sait trop ce que le dirigisme peut apporter au cortège des malheurs des entreprises en donnant d'une main ce qu'il récupère bien plus lourdement de l'autre !
a écrit le 18/05/2020 à 15:51 :
Le gouvernement fait tout pour nous dégoûter de la voiture et puis il s'étonne que les automobiles ne se vendent plus. Voudrait il que nous jetions, en cette période difficile, notre argent par les fenêtres qu'il n'en ferait pas plus, surtout avec la crise du covid 19 et l'empêchement que l'on a de nous éloigner à plus de 100 km de notre domicile. Le 80 Km/h en a également rajouté une couche. Si l'on pouvait, on ressortirait les Dauphine, 4 CV et autres deux Pattes. On laisse les 205 GTI, Golf GTI au garage, trop dangereuses pour nos 12 points !!!
a écrit le 18/05/2020 à 12:38 :
désolé mais Renault doit revoir sa position fiscal
c'est ou les pays bas ou la France
actuellement c'est les pays bas
tout comme Peugeot avant de toucher des subvention il doit clarifié son futur
car ce n'est pas aux italien et aux Français de consolider les pertes us
et une futur fiscalité pays bas
a écrit le 18/05/2020 à 11:14 :
çà tarde à venir : depuis l'avis de la Cour de Karlsruhe la BCE semblerait en panne d'où un certain nombre d'hésitations voire de fébrilité au plus haut niveau d'où aussi les reports de RV du 6 mai prévu vers la fin du mois En fonds propres comme d'autres Etats la France n'a pas ce qu'il faut: on promet aux soignants mais on n'a pas l'argent correspondant en propre d'où les réunions qui facilitent les reports de versements (juin?); nationaliser avec quel argent pour les rachats?
J'espère de tout cœur que les milliards promis pour renflouer les entreprises et les plans de soutien à l'aéronautique ou l'automobile arriveront sinon ce sera la catastrophe. Se poseront alors les questions : est-ce que la crise économique tuera plus que la crise sanitaire? et les décisions étaient-t-elles les bonnes sans masques et sans tests?
a écrit le 18/05/2020 à 11:13 :
çà tarde à venir : depuis l'avis de la Cour de Karlsruhe la BCE semblerait en panne d'où un certain nombre d'hésitations voire de fébrilité au plus haut niveau d'où aussi les reports de RV du 6 mai prévu vers la fin du mois En fonds propres comme d'autres Etats la France n'a pas ce qu'il faut: on promet aux soignants mais on n'a pas l'argent correspondant en propre d'où les réunions qui facilitent les reports de versements (juin?); nationaliser avec quel argent pour les rachats?
J'espère de tout cœur que les milliards promis pour renflouer les entreprises et les plans de soutien à l'aéronautique ou l'automobile arriveront sinon ce sera la catastrophe. Se poseront alors les questions : est-ce que la crise économique tuera plus que la crise sanitaire? et les décisions étaient-t-elles les bonnes sans masques et sans tests?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :