La Finlande, voisine sur 1.300 kilomètres de la Russie, fait un pas de plus vers une adhésion à l'Otan

Les tractations entre le gouvernement finlandais et les diplomates de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord seraient sur le point de se conclure sur la prochaine entrée de la Finlande qui partage 1.300 kilomètres de frontière avec la Russie. La Suède pourrait être le prochain Etat à demander à devenir membre. Le Kremlin n'a pas tardé à réagir suite à cette nouvelle avancée. Moscou risque aussi de redéployer ses forces dans la région.

7 mn

(Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)

[Article mis à jour jeudi 12 mai à 14h00 avec la réaction de la Russie]

La Finlande, va-t-elle quitter son statut de pays neutre pour rejoindre l'Otan ? En pleine guerre menée par la Russie en Ukraine qui trace de nouvelles alliances géopolitiques, cette adhésion, - à laquelle Vladimir Poutine est farouchement opposée -, devient de plus en plus plausible. Ce jeudi, le président et la Première ministre de la Finlande se sont dits favorables à une adhésion "sans délai" à l'Otan, un immense pas vers une candidature devant être officialisée dimanche.

"Oui et oui : ils vont faire une demande d'adhésion et ils se la verront accordée", a déclaré un diplomate de haut rang qui préfère conserver l'anonymat. "C'est un moment béni : la Russie n'est pas en mesure d'attaquer (les pays nordiques)", a renchéri un troisième diplomate de l'Otan.

De leurs côtés, les alliés de l'Organisation devraient en retour rapidement donner leur approbation, ont confirmé cinq diplomates et responsables. Cela pourrait se faire avant le sommet de l'Otan prévu les 28 et 30 juin prochains à Madrid.

La fin de la neutralité de la Finlande

Le Kremlin a immédiatement réagi en affirmant qu'une adhésion du pays nordique à l'alliance militaire occidentale constituerait "assurément" une menace contre la Russie.

Moscou s'était logiquement préparée à cette éventualité. Le porte-parole de la Russie Dmitri Peskov s'était abstenu mercredi de faire un commentaire sur la manière dont la Russie pourrait réagir mais les intentions sont prévisibles : "Evidemment nous observons avec la plus grande attention tout ce qui serait susceptible de modifier d'une manière ou d'une autre la configuration de l'alliance près de nos frontières", a-t-il déclaré. "C'est un sujet d'analyse très, très minutieux. Pour l'instant, nous ne pouvons pas en dire plus."

Il y a un mois, une première mise en garde avait déjà été formulée par Moscou. « Dans ce cas, il ne pourra être question d'une Baltique non-nucléaire », avait déclaré l'actuel numéro deux du Conseil de sécurité de Russie dans un message sur Telegram.

Fin décembre, avant le déclenchement de la guerre, Vladimir Poutine avait fait de la sécurité de la Russie (et donc de la neutralité de la Finlande) une condition sine qua non au maintien de la paix dans la région.

"Si nous adhérions (à l'Otan), ma réponse (à la Russie) serait: +c'est vous qui avez causé cela, regardez-vous dans le miroir+", a dit  le président finlandais Sauli Niinistö  lors d'une visite du Premier ministre britannique Boris Johnson.

Soumise à une forme de neutralité forcée par Moscou durant la Guerre froide, l'ancienne province russe (1809-1917), envahie par l'Union soviétique en 1939, avait adhéré à l'Union européenne et au Partenariat pour la Paix de l'Otan après la chute de l'Union soviétique, mais était restée non membre de l'alliance.

Un possible déploiement

Le pays nordique, qui partage une frontière de plus de 1.300 kilomètres avec la Russie, a progressivement renforcé sa coopération avec l'Otan depuis que son grand voisin a annexé la Crimée en 2014. Plusieurs pays nordiques - la Norvège, le Danemark et les Etats baltes - sont déjà membres de l'Otan.

Aussi, pendant l'année de ratification de leur adhésion, les alliés assureront une présence accrue de troupes dans la région nordique, organiseront davantage d'exercices militaires et de patrouilles navales en mer Baltique et feront éventuellement passer des forces américaines et britanniques par la Finlande et la Suède, ont-ils précisé.

Conséquence directe de l'invasion de l'Ukraine par Moscou, la candidature finlandaise devrait aller de pair avec une demande d'adhésion suédoise, attendue elle aussi dans les prochains jours. Les sociaux-démocrates au pouvoir à Stockholm devraient décider dimanche s'ils reviennent sur des décennies d'opposition à une adhésion.

La Finlande et la Suède ne bénéficieront toutefois pas de la clause de défense collective de l'Otan - selon laquelle une attaque contre un allié est une attaque contre tous - tant que les parlements des 30 Etats membres n'auront pas ratifié la décision.

L'opinion finlandaise sur cette question a rapidement évolué depuis l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février dernier.

Selon un sondage réalisé par la chaîne de télévision publique YLE, 76% des Finlandais se déclarent favorables à une adhésion à l'Alliance atlantique, et seulement 12% s'y disent opposés. Avant le début du conflit ukrainien, seulement 25% des Finlandais étaient favorables à une adhésion à l'Otan.

A Helsinki, le gouvernement et le Parlement doivent également donner sous peu leur approbation.

Créée au début de la Guerre froide, l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) est devenue la principale organisation militaire commune de défense, avec 30 pays membres en Europe et en Amérique du Nord.

Depuis le déclenchement de la guerre, en plus d'un important soutien militaire en Ukraine, elle a eu recours à des sanctions. Son espace aérien, ainsi que celui de l'UE, est par exemple fermé aux avions russes.

Lire aussi 4 mnLa Russie menace la Finlande et la Suède sur leur potentielle adhésion à l'Otan

_______________

ZOOM : l'Otan en 12 dates

  • Fondée le 4 avril 1949 à Washington, l'Otan compte 12 pays fondateurs: 10 pays européens, les Etats-Unis et le Canada. L'Organisation s'élargit progressivement: la Grèce et la Turquie (1952), la République fédérale allemande (RFA) en 1955 et l'Espagne (1982).
  • L'URSS réplique en 1955 avec le Pacte de Varsovie, une alliance militaire avec les pays socialistes de l'Europe de l'Est.
  •  La France, sans sortir de l'Otan, quitte son commandement militaire intégré en 1966 (elle le réintègre en 2009).
  • En 1977, l'URSS déploie des missiles à têtes nucléaires plaçant l'Europe occidentale sous son "feu nucléaire". L'Otan réplique en 1979 avec des missiles Pershing en RFA. La crise se résout en 1987 par la signature du Traité sur l'élimination des forces nucléaires intermédiaires.
  • L'Otan ouvre la première fois le feu le 28 février 1994, abattant quatre avions serbes dans une zone d'exclusion aérienne imposée par l'ONU en Bosnie-Herzégovine.
  • Le 16 décembre 1995, elle conduit sa première opération terrestre en Bosnie avec 60.000 hommes.
  • Le 24 mars 1999, l'Otan mène des bombardements aériens pour arrêter la répression serbe contre la population albanaise du Kosovo. Elle accueille les premiers pays de l'ancienne Europe communiste: la République tchèque, la Hongrie et la Pologne.
  • En mars 2004, sept pays d'Europe de l'Est rejoignent l'Otan: la Slovaquie, la Slovénie, la Bulgarie, la Roumanie et trois anciennes républiques soviétiques (Lituanie, Estonie, Lettonie), dont l'arrivée irrite particulièrement Moscou.
  • En 2010, ils sont rejoints par l'Albanie et la Croatie, en 2017 par le Monténégro.
  • En 2011, l'Otan prend le commandement de l'intervention occidentale en Libye, mise en oeuvre sous mandat de l'ONU au nom de la protection des civils, qui conduira au renversement de Mouammar Kadhafi.
  • En 2014, elle suspend sa coopération avec Moscou après l'annexion de la Crimée et le soutien russe aux séparatistes de l'est de l'Ukraine.
  • En novembre 2020, la Macédoine du Nord devient le 30e membre de l'Otan.

(Avec AFP et Reuters)

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 13/05/2022 à 11:26
Signaler
Dire que la Suède et la Finlande étaient neutres était un abus de langage : ce sont des pays, anciennement proches du 3ème Reich, qui n'ont jamais cessé d'être hostiles à l'URSS (puis à la Russie) et qui sont clairement dans le camp américain (Olaf P...

à écrit le 12/05/2022 à 20:38
Signaler
La "décision souveraine" de la Finlande est aussi respectable que celle de l'Ukraine. Évidemment, on a bien vu où cela conduisait "souverainement" les Ukrainiens... Et c'est triste.

à écrit le 12/05/2022 à 14:03
Signaler
Tout peut se voir dans deux sens : protection vis à vis d'un voisin dangereux (qui en fait dit faire le "bien" en libérant partout (tour à tour) les russes d'un régime qui ne leur convient pas voire leur voudrait du mal, russophone = russophile (vu d...

à écrit le 12/05/2022 à 9:22
Signaler
Il suffit de faire peur pour augmenter les adhésions et les crédits aux grands profits de l'armement US!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.