La levée du blocus sur les céréales ukrainiennes est « une question de vie ou de mort », selon Josep Borrell (UE)

Les discussions entre Turcs, Russes, Ukrainiens et l'ONU autour de l'exportation de céréales depuis les ports ukrainiens vont-elles aboutir cette semaine ? Le chef de la diplomatie européenne dit avoir « espoir » que l'accord soit conclu cette semaine pour que 20 millions de tonnes sortent de l'Ukraine par la mer Noire et fournissent des pays confrontées à des pénuries alimentaires dans le monde arabe et en Afrique. Josep Borrell cependant vouloir continuer les sanctions contre la Russie.
Des silos à grain à Odessa.
Des silos à grain à Odessa. (Crédits : Reuters)

Un accord entre Russes, Turcs, Ukrainiens et l'ONU sur l'exportation de céréales depuis la mer Noire semble pointer à l'horizon. C'est ce qu'avait annoncé le ministre turc de la Défense mercredi dernier. Ce lundi, Hulusi Akar évoque une nouvelle rencontre - sûrement à Istanbul - suivie d'une probable officialisation cette semaine. Pour le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, il s'agit ni plus ni moins que d'une « question de vie ou de mort ». Josep Borrell dit avoir « espoir » que l'accord en question soit trouvé cette semaine.

« La vie de (...) dizaines de milliers de personnes dépend de cet accord » en cours de négociation qui pourrait permettre l'envoi par la mer Noire de 20 millions de tonnes de céréales bloquées sur les côtes ukrainiennes par le blocus qu'impose la marine russe à tous les ports ukrainiens.

Crise alimentaire

Dans l'intérêt des Russes, un tel accord devrait faciliter les exportations russes de céréales et d'engrais rendus complexes par les sanctions occidentales sur l'économie russe. L'Union européenne compte toutefois poursuivre sa pression sur Moscou avec de nouvelles sanctions en préparation comme l'a confirmé Josep Borrell. « Certains dirigeants européens ont déclaré que les sanctions étaient une erreur, une faute. Je ne pense pas que ce soit une erreur, c'est ce que nous devons faire, et nous continuerons à le faire », a répliqué Josep Borrell au Premier ministre hongrois Viktor Orban qui considère que l'économie européenne s'est tirée « une balle dans les poumons » avec ses sanctions.

De son côté, Moscou parle d'une version « finale » de cet accord agricole qui sera discutée cette semaine lors d'une réunion organisée par la Turquie. La Russie et l'Ukraine représentent deux immenses producteurs agricoles et particulièrement céréaliers. Ils sont respectivement les deuxième et quatrième exportateurs de blé dans le monde, qu'ils vendent massivement aux pays du monde arabe et en Afrique. La suspension de ces exportations consécutivement à la guerre a fait flamber les cours agricoles et fait craindre des pénuries alimentaires graves dans les régions pauvres et arides du monde.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.