La parité au travail sera une réalité dans... deux siècles

 |   |  480  mots
L'écart entre le salaire entre une salariée et son homologue masculin est encore de près de 51%.
L'écart entre le salaire entre une salariée et son homologue masculin est encore de près de 51%. (Crédits : Reuters)
Si les inégalités de salaire entre hommes et femmes ont un peu diminué en 2018, la parité à des postes à responsabilité ou dans des domaines dans lesquels les hommes sont surreprésentés est encore très loin, selon le Forum économique mondial (WEF).

La route vers la parité au travail et l'égalité salariale homme-femme est encore longue. Très longue. Pour cause, selon un rapport du Forum économique mondial (WEF) divulgué ce mardi 18 décembre, au rythme actuel, il faudra pas mois de 200 ans pour atteindre cet état de fait.

Dans le détail, le rapport annuel sur la parité, qui porte sur 149 pays, examine la situation dans quatre domaines : éducation, santé, politique et monde du travail. Après des années de progrès constants en matière d'éducation, de santé et de représentation politique, la place des femmes a reculé dans ces trois domaines cette année, relève le WEF. Au rythme actuel, les inégalités entre hommes et femmes, dans la plupart des domaines, ne seront pas éliminées avant au moins cent huit ans. Et il faudra deux cent deux ans pour réduire l'écart au travail, souligne le WEF.

Les femmes sous-représentées dans le secteur des sciences

Dans le monde du travail, des progrès ont été enregistrés, mais pas de façon extraordinaire puisque l'écart entre les salaires est encore de près de 51%. Et la part des femmes dans les postes de direction s'élève désormais à 34% dans le monde. Mais l'étude montre qu'il y a désormais proportionnellement moins de femmes que d'hommes sur le marché du travail, en raison notamment de l'impact de l'automatisation sur des postes traditionnellement occupés par des femmes.

Parallèlement, les femmes sont sous-représentées dans les secteurs d'activité en croissance qui nécessitent des compétences et des connaissances en sciences, en technologie, en ingénierie et dans les mathématiques. "Les femmes ne représentent actuellement que 22% des effectifs spécialisés en intelligence artificielle", déplore ainsi le rapport.

La France se classe douzième mondial

La situation de la parité diffère toutefois selon les pays et les régions. Alors que les pays d'Europe de l'ouest sont susceptibles de combler l'écart hommes-femmes d'ici 61 ans, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, cela prendra 153 ans, estime le WEF. Une fois de plus, ce sont les pays nordiques qui se classent dans le haut du tableau. La parité la plus élevée se retrouve en Islande, en Norvège, en Suède et en Finlande.

En revanche, la Syrie, l'Irak, le Pakistan et le Yémen enregistrent le plus grand niveau d'inégalités entre hommes et femmes. Parmi les 20 plus grandes économies du monde, la France termine en tête, à la 12e place mondiale, suivie de l'Allemagne (14e), de la Grande-Bretagne (15e), du Canada (16e) et de l'Afrique du Sud (19e). De leur côté, les Etats-Unis continuent à reculer, passant de la 49e à la 51e place, le rapport relevant "une diminution de la parité hommes-femmes aux postes de ministres".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2018 à 22:32 :
Il est en effet scandaleux qu'une caissière à mi temps gagne moins qu'un cadre à 60h00 par semaine.
a écrit le 18/12/2018 à 18:58 :
2 siècles ?
C’est parceque les humains le veulent «  ainsi »
Ou sont les «  pondeurs » de lois et décret , et arrêtés à la chaîne ?
C’est «  un bon sujet » de sélection du prochain candidat à l’élection...
a écrit le 18/12/2018 à 15:12 :
"L'écart entre le salaire entre une salariée et son homologue masculin est encore de près de 51%"

Ça ne concerne pas les smicards quoi en sommes... Comme d'habitude l'inégalité est un principe infusé dans la tête de la filiation oligarchique aussitôt que possible, femmes, pauvres et étrangers en paieront toujours le prix fort, alors je ne vous dis pas quand on est les trois à la fois.

LE jour où on saura que l'on est tous égaux, le pouvoir de ces gens là s’effondrera comme un château de cartes et ils le savent parfaitement, nous avons donc une culture de la stigmatisation, du complexe de supériorité et donc de l'entretien des inégalités au sein de notre caste dirigeante vieille de plusieurs milliers d'années.

Deux siècles ? Ça me semble optimiste...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :