Inégalité salariale : Google visé par une plainte du gouvernement américain

 |   |  473  mots
En 2015, les femmes représentaient seulement 31% des employés du géant américain Google.
En 2015, les femmes représentaient seulement 31% des employés du géant américain Google. (Crédits : © Peter Power / Reuters)
Le département américain du Travail accuse Google d'inégalités salariales "systémiques" entre les hommes et les femmes, observées en 2015.

À l'image de la Silicon Valley, Google doit encore progresser en matière de parité. Le département américain du Travail a porté plainte contre le géant de la tech pour des inégalités salariales observées entre les hommes et les femmes au sein de l'entreprise. "Nous avons trouvé des disparités de rémunérations systémiques contre les femmes sur l'ensemble de la main-d'œuvre", a déclaré vendredi le Département américain du travail auditionné par le tribunal de San Francisco, rapporte le Guardian. L'enquête, qui est toujours en cours, s'est basée sur des données de 2015. Cette année-là, les femmes représentaient alors seulement 31% de la main d'oeuvre de la firme de Mountain View, soulignait à l'époque Reuters.

"L'analyse du gouvernement indique déjà une discrimination assez extrême contre les femmes chez Google, même pour l'industrie" de la tech, affirme au Guardian Janet Herold, avocate du Département américain du travail. Les différences de salaires observées n'ont pas été communiquées. L'accusation a été démentie par la firme de Moutain View. Début avril, le moteur de recherches se réjouissait même sur Twitter "d'avoir supprimé l'écart de rémunération entre les sexes à l'échelle mondiale."

     | Lire Silicon Valley, French Tech : où sont les femmes et les minorités ?

Des demandes "dépassées" pour Google

Google est sous contrat avec le gouvernement fédéral pour "au moins 50.000 dollars ou plus", assure le Département dans sa plainte. Conséquence : la firme doit rendre accessible au gouvernement ses données concernant ses employés. Le Département s'assure ainsi que ses collaborateurs sont en conformité avec des lois de 1973 et 1974, "interdisant les entrepreneurs et les sous-traitants de passer des contrats avec le gouvernement fédéral en discriminant à cause du genre [...], de la religion, d'un handicap". Google aurait pourtant refusé de transmettre ses données malgré une demande du Département en septembre 2015, poursuit la plainte.

Suite au dépôt de la plainte, un porte-parole de Google assurait que l'entreprise avait fourni "des centaines de milliers de documents" au gouvernement et que les demandes énoncées dans la plainte étaient "dépassées", rapporte le Guardian.

La Silicon Valley est régulièrement pointée du doigt pour ses discriminations à l'embauche envers les femmes. Selon les données de onze entreprises majeures de la tech (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft...), les femmes représentaient seulement 29,1% des employées dans ce secteur en 2015, contre 59% de la population active américaine, rapportait CNET.

>> Lire aussi La Silicon Valley est-elle sexiste ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2017 à 8:29 :
Sauf que la version originale en anglais ne dit pas la même chose ! Le DoL serait intervenu suite au refus de Google de communiquer des informations jugées à caractère privée par l'entreprise. C'est le problème actuel de relais des médias, chacun, notamment en France, extrait ce qui pourrait améliorer son discours partisan. C'est d'autant plus facile que 1) les bac +2 ne savent ni lire, ni écrire correctemet (merci Jospin) et sont donc peu à même d'analyser les choses 2) peu de gens parlent suffisamment une autre langue pour diversifier les sources d'information, 3) les organes d'information étrangers sont souvent absents :-)
a écrit le 10/04/2017 à 23:56 :
Vaste blague : ils ont BESOIN de gogole pour avoir des infos sur la populace. La preuve : ils les paient pour avoir leurs infos.
a écrit le 10/04/2017 à 16:35 :
Tiens tiens nos méga super cool hyper branchés milliardaires du net sont aussi conservateurs que les autres en fait, tout n'est que communication

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :