La pollution règne toujours à Pékin

 |   |  641  mots
La pollution continue de sévir à Pékin
La pollution continue de sévir à Pékin (Crédits : Reuters)
Malgré la circulation alternée a été décrétée pour les véhicules privés, les Pékinois s'interrogent sur l'efficacité de ces mesures drastiques.

Après le déclenchement d'une seconde "alerte rouge" - de niveau maximal - à la pollution, Pékin était plongée samedi dans un brouillard toxique, sans toutefois revivre les pics des dernières semaines. L'"alerte rouge" décrétée par la municipalité est entrée en vigueur samedi à l'aube et persistera jusqu'à mardi. Mais les habitants s'interrogeaient sur l'efficacité des mesures drastiques mises en place.

Le bureau municipal chargé de l'environnement a ordonné des fermetures d'usines et la mise en place d'une circulation alternée pour les véhicules privés afin de limiter l'expansion du smog. Les écoles devront suspendre leurs cours. De fait, dans les avenues du centre-ville, d'ordinaire bloquées par des embouteillages endémiques, le trafic automobile paraissait singulièrement réduit samedi en journée, la moitié des 4,4 millions de véhicules de la métropole étant privés de sortie (selon le dernier chiffre pair ou impair de la plaque d'immatriculation).

Certes, un brouillard blanchâtre à l'odeur charbonnée réduisait la visibilité et estompait les contours des immeubles voisins, mais la concentration de microparticules toxiques était très loin des inquiétants sommets enregistrés ces dernières semaines. La densité de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5), particulièrement dangereuses pour la santé, car elles pénètrent profondément dans les poumons, a dépassé samedi matin 260 microgrammes par mètre cube, selon les niveaux de référence mesurés par l'ambassade américaine.

Ce qui n'a pas empêché des personnes âgées de braver la pollution pour faire leur gymnastique matinale sur plusieurs places et parcs. Certains Pékinois ont écrit sur la plateforme de messagerie WeChat leur intention de rester ce week-end calfeutrés chez eux, pour ce troisième épisode d'"airpocalypse" en moins d'un mois. Mais la concentration polluante était retombée en milieu d'après-midi à 140 microgrammes par mètre cube. Cela reste très au-dessus du plafond maximal recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (de seulement 25 microgrammes pour une exposition de vingt-quatre heures), mais on est encore bien en deçà des pics de pollution à plus de 600 enregistrés début décembre... qui n'avaient alors entraîné aucune alerte rouge.

La coupable utilisation du charbon

Dans ces conditions, et même si la situation devrait s'aggraver les jours prochains, certains Pékinois dénonçaient les restrictions à la circulation "adoptées seulement par principe". "Que je conduise ou pas ma voiture à essence n'a pas grand-chose à voir avec les principaux facteurs du smog", a lancé un internaute sur la plateforme de microblogs Weibo, assurant qu'il était prêt à payer l'amende prévue.

La pollution est exacerbée par l'utilisation accrue du charbon pour la production d'électricité durant l'hiver, et par les émissions nocives des régions industrielles entourant Pékin. "Si jamais la circulation alternée est efficace pour contrôler les accès de smog, pourquoi n'est-elle pas mise en place de façon permanente ?" se demande toutefois un autre internaute. Les autorités pékinoises avaient annoncé pour la toute première fois le 7 décembre une alerte rouge, couplée à une batterie de mesures, quelques jours après avoir été durement critiquées pour leur réponse jugée insuffisante face à un épisode de smog plus gravissime encore.

Achats effrénés de masques

Cette "alerte maximale" très médiatisée avait fait l'effet d'un électrochoc dans la capitale, provoquant notamment des achats effrénés de masques ou encore d'appareils purificateurs d'air, rapidement en rupture de stock. Les hôpitaux avaient connu une ruée de parents inquiets pour la santé de leurs enfants. La Chine, dont la production d'électricité vient à quelque 70 % du charbon, est le premier pays pollueur de la planète ,mais s'est engagée à plafonner ses émissions de CO2 "autour de 2030".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2015 à 13:46 :
La pollution à Pékin n'est pas directement lié à la circulation qui reste uniquement un phénomène aggravant.
Pour faire disparaître cette pollution il faudra déménager les usines localisées autour de la ville et dans le sens des vents dominants qui ramène la pollution vers Pékin.
D'autre part il faudra massivement reverdir la ville et reboiser afin d'assainir un peu l'atmosphère mais surtout augmenter le taux d’oxygène et modifier l'albedo de cette mégapole.
Il devient évident que les centrales à charbon et au fuel dans un rayon de 200km autour de pékin vont devoir être remplacé par centrale nucléaires et des énergies renouvelables afin d'assainir massivement la ville.
Enfin la création de lacs artificiels autour de Pékin permettrait d'absorber une partie du CO² émis par la mégapole cela permettrait de créer un micro climat s'orientant vers un refroidissement ainsi le climat pékinois pourrait légèrement changer pour plus de précipitation ce qui lessiverait un peu la pollution.
Il va également falloir interdire les feux de bois à foyer ouvert pour les particuliers qui vivent dans l’agglomération au profit d'un chauffage électrique ou thermique à haute efficience et basse pollution (Plus on chauffe fort moins il y a de résidus dans ces systèmes).
Pour les transports Pékin devrait utiliser sa recherche et son industrie qui sont parmi les meilleures au monde pour favoriser du transport urbain électrique et à hydrogène de masse afin de se départir du pétrole et de la pollution qu'il génère au moins pour les transports en commun. Des pistes cyclables devraient également être aménagées dans toute l'agglomération.
Des réseaux de micro algues captant le CO² et les polluant courant sur toutes les autoroutes et le périphérique permettrait d'absorber une partie de la pollution là ou l'on ne peut pas reboiser et cela permettrait d’obtenir du biocarburant pour pas très cher.

La végétalisation des toits et des immeubles sera un pré-requis indispensables de cette agglomération dans le futur pour absorber à moindre frais les polluants présent dans l'air et faire baisser la température de la ville.

Bref n y mettant un minimum de 5-7 milliard d'investissement sur les projets cités ci-dessus Pékin pourrait diviser sa pollution par deux en 5 ans.
Bien entendu il conviendrait d'installer des unités de mesures permanentes au quatre coins de l'agglomération avec une véritable équipe de professionnels s'assurant de l'efficacité des mesures prises.

D'ailleurs nous devrions faire la même chose à Paris mais bon on peut toujours réver ... .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :