La Turquie a bloqué Twitter, le temps d'une photo

 |   |  435  mots
A la requête d'Ankara, Twitter avait fermé au bout de quelques heures les comptes concernés et retiré les photos de l'otage.
A la requête d'Ankara, Twitter avait fermé au bout de quelques heures les comptes concernés et retiré les photos de l'otage. (Crédits : © Kacper Pempel / Reuters)
Les autorités turques ont mis fin lundi soir au blocage du réseau social, décidé en raison de la diffusion sur les réseaux sociaux de photos d'un procureur d'Istanbul détenu par des militants d'extrême gauche, la semaine dernière. Les autorités turques ont ensuite levé le blocage de YouTube.

Publié le 07/04/2015 à 08:45. Mis à jour le 07/04/2015 à 09:11.

Le blocage de Twitter en Turquie n'aura duré que quelques heures. Un procureur avait réclamé le blocage du réseau social de micro-blogging, ainsi que de la plateforme Youtube mais aussi de Facebook, en déclarant que certaines organisations de presse avaient agi "comme si elles propageaient de la propagande terroriste". Ces derniers avaient diffusé des photos du  procureur d'Istanbul, Mehmet Selim Kiraz, détenu par des militants armés d'extrême gauche la semaine dernière, quelques heures avant qu'il ne soit tué. Les autorités turques avaient ainsi bloqué lundi 6 avril l'accès à Twitter et à YouTube.

À la requête d'Ankara, Twitter avait fermé au bout de quelques heures les comptes concernés et retiré les photos de l'otage, a déclaré un responsable turc en annonçant la fin du blocage.

Le blocage de Youtube finalement levé

A l'instar de Twitter, Facebook et 150 autres sites internet, YouTube est resté inaccessible pendant plusieurs heures. A 6 heures GMT (7 heures en France), mardi, la plateforme vidéo était de nouveau accessible.

Lundi soir, un tribunal d'Istanbul avait enjoint à Google de retirer les contenus mis en cause, faute de quoi l'accès à ses services serait bloqué.

De son côté, Facebook, qui a vu son accès rapidement rétabli, a annoncé s'être plié à la demande de la justice turque.

"Ces photos se sont retrouvées partout"

Le procureur Selim Kiraz est mort de ses blessures mardi 31 mars après l'assaut donné par les forces de sécurité contre les locaux du palais de justice d'Istanbul où il était retenu en otage par des militants du groupe d'extrême gauche DHKP-C. Ses deux ravisseurs ont également été tués dans l'assaut.

Le DHKP-C avait diffusé une photo de Kiraz avec un revolver sur la tempe et avait affirmé qu'il le tuerait si ses revendications n'étaient pas satisfaites.

"L'épouse et les enfants du procureur Kiraz ont été profondément affectés. Ces photos se sont retrouvées partout", avait déploré un haut responsable turc.

"La demande a été faite à Twitter et YouTube pour qu'ils retirent ces photos mais cela n'a pas été accepté, aucune réponse n'a été donnée. C'est pourquoi cette décision a été prise par voie de justice", avait-il alors ajouté.

Les autorités turques avaient déjà temporairement bloqué Twitter et YouTube lors de la campagne pour les élections locales en mars 2014, après la fuite et la diffusion sur ces plates-formes d'enregistrements audio censés illustrer la corruption dans l'entourage du Premier ministre d'alors, Recep Tayyip Erdogan, aujourd'hui chef de l'État.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :