"Le coût d'une démondialisation serait immense"

 |   |  1506  mots
(Crédits : Reuters)
À l'heure où Donald Trump durcit sa politique commerciale et les populismes gagnent du terrain sur les deux rives de l'Atlantique, les États et les entreprises s'interrogent sur l'avenir de la mondialisation. Dans un entretien accordé à La Tribune, l'économiste spécialiste du commerce international Sébastien Jean revient sur les enjeux de ces différentes mutations à l'échelle mondiale.

La multiplication des mesures protectionnistes et des tensions commerciales à l'échelle de la planète suscite beaucoup d'interrogations sur le plan économique. L'escalade des offensives entre les États-Unis, la Chine et l'Europe inquiète les entreprises qui ont des difficultés à élaborer des stratégies claires alors que la politique économique de Donald Trump demeure imprévisible. Pour La Tribune, le directeur du centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII) Sebastien Jean, revient sur les enjeux d'un monde en pleine mutation où le multilatéralisme est de plus en plus remis en question.

Lire aussi : Le monde de demain, entre risques et promesses

LA TRIBUNE - Dans le cadre de la mondialisation, nous avons pu constater quelques métamorphoses importantes avec la montée en puissance des mesures protectionnistes notamment et un repli des puissances occidentales. Pourtant, vous dites que la démondialisation n'aura pas lieu. Comment expliquez-vous cela sur le plan économique et commercial ?

SÉBASTIEN JEAN - On constate une transformation profonde de la mondialisation depuis la crise financière de 2008-2009. Le commerce a ralenti, le rythme des interactions financières a baissé. Mais ce n'est pas un retour en arrière. C'est plutôt la fin d'une phase qui correspondait à une intensification des relations économiques internationales aussi bien sur le plan commercial que financier. On a assisté à une croissance très rapide des flux financiers internationaux, du commerce international, de l'investissement direct international. À l'échelle historique, c'était d'une ampleur hors-norme.

Depuis la crise, cette intensification forte et soudaine des relations économiques internationales a été stoppée. Il s'agit d'une véritable rupture dans la mesure où, dans le même temps, le commerce a ralenti et les interactions financières internationales sont devenues moins intenses. La vision politique de la mondialisation a beaucoup changé. Il y a plus de scepticisme, de défiance, voire de méfiance par rapport à la mondialisation. Ce phénomène n'est plus vu seulement comme une source de croissance potentielle comme c'était le cas au début des années 2000. Il peut être perçu comme une source de tensions. Pour autant, je ne pense pas qu'il faille parler de démondialisation. On change de régime mais je ne pense pas que ni les structures de production et d'échange, ni même les niveaux d'interdépendance économique, vont revenir à ce qu'elles étaient avant le début des années 90. Le commerce a ralenti mais il continue de progresser peu ou prou au même rythme que la richesse au niveau mondial. Le taux d'ouverture du commerce mondial a régressé mais cette baisse reste relativement modérée. L'investissement direct à l'étranger augmente moins vite que précédemment mais son stock croît toujours en proportion du PIB mondial.

Du côté des relations financières internationales, certaines ont régressé mais c'est sur l'activité internationale des banques européennes. Les banques ont nettoyé leur bilan en supprimant une bonne partie de leurs engagements internationaux, particulièrement en Europe, mais il n'y a pas eu réellement de démondialisation financière. Dans le même temps, l'endettement international continue à augmenter, notamment l'endettement en dollars dans les pays émergents.

Pourtant, les États-Unis sont capables de déstabiliser grandement les relations internationales.

Je pense qu'il y aura des résistances très fortes à une démondialisation brutale, même si les États-Unis sont capables de désorganiser les relations internationales. On va rester avec un niveau d'interactions et d'interdépendance internationale relativement élevé même s'il peut baisser. Il y a des intérêts économiques trop importants et le progrès technique ne va pas revenir en arrière. Le développement des technologies de l'information et de la communication a énormément accru les possibilités de coordination existantes de transmission de l'information. Il y a beaucoup d'incertitudes liées aux tensions internationales et aux aspects géopolitiques qui menacent les relations économiques internationales. Il peut y avoir un affaiblissement de l'intensité de la relation. Nous sommes entrés dans une nouvelle ère de relations internationales plus tendues dans le cadre d'un monde multipolaire. La domination des États-Unis est clairement contestée notamment par la Chine. Au delà de duopole, il y a même une multipolarité. Cela va énormément compliquer la gestion des relations économiques internationales dans les années à venir.

Quels sont les principaux changements qui sont intervenus dans le cadre de la mondialisation récemment ?

La nouveauté cette année est la montée de tensions extrêmement fortes dans les relations économiques internationales. On en vient à se demander si le cadre dans lequel sont organisées nos relations économiques internationales n'est pas en train de craquer, voire de s'effondrer sous nos yeux. Cette situation crée énormément d'incertitudes. Le coût d'une démondialisation serait immense pour énormément d'acteurs. Aujourd'hui, on a une politique américaine qui déstabilise l'économie mondiale et les relations économiques internationales. Cela crée beaucoup d'incertitudes sur l'avenir mais de nombreux acteurs ont intérêt à préserver au moins une grande partie des relations économiques internationales et un cadre stable. D'ailleurs, on voit qu'il y a un certain nombre d'accords commerciaux qui continuent d'être signés. L'investissement international a ralenti mais il ne s'est pas arrêté. Tous ces éléments peuvent changer significativement la forme que prend la mondialisation. On pourrait par exemple aller vers une forme plus régionalisée du phénomène.

Le dollar pourrait-il conserver son rôle de monnaie de réserve mondiale ?

Le rôle du dollar pourrait être remis en cause à moyen terme. Est-ce que l'on va continuer à avoir une devise internationale qui soit un tel point de référence pour les transactions internationales ? Le caractère non-coopératif, imprévisible et incohérent de la politique américaine est en train de saper à grande vitesse le capital de confiance et le "soft power" qu'avaient accumulé les Américains. À terme, cela risque de créer les conditions d'un doute de plus en plus grand par rapport à l'opportunité de considérer le dollar comme la monnaie de réserve internationale. Or le système financier international a besoin d'une monnaie de réserve et, actuellement et pour de nombreuses années encore, aucune autre monnaie n'est capable de prendre le relais.

Face à la guerre commerciale qui s'annonce, quelle pourrait être la stratégie de l'Europe ?

Trump est en train de remettre de la politique et de la géopolitique dans les relations économiques internationales. Or, l'Europe est une construction basée sur des règles qui forment un cadre pour les États membres. De ce fait, l'Europe n'a pas intérêt à ce que les règles soient abandonnées ou bafouées au profit d'un rapport de force politique. Je pense que la stratégie de l'Europe doit être d'abord de préserver un ordre multilatéral fondé sur des règles. Le défi de l'Europe est que l'on est face à une Amérique agressive, très difficile à gérer parce que leurs demandes sont imprévisibles et souvent incohérentes. Dans le même temps, l'Europe a un défi extraordinaire à relever avec la Chine qui a acquis une puissance financière et technologique de premier plan et qui a un fonctionnement qui est difficilement compatible avec une concurrence loyale dans le cadre du système actuel. L'urgence est de renégocier des règles pour s'assurer que l'on peut avoir une concurrence internationale loyale.

Quel rôle peut jouer l'économie numérique dans ces transformations ?

L'économie numérique joue un rôle très important en termes de progrès technique et de stratégie y compris pour la défense et le renseignement. Par ailleurs, c'est un domaine dans lequel les coûts fixes sont très élevés et les coûts marginaux très faibles. Il peut y avoir une influence très grande de la taille des entreprises et des subventions allouées. Il y a un défi extraordinaire pour l'Europe à réussir à trouver sa place face aux géants chinois et américains. Pour faire sa place, l'Europe doit imposer le respect de ces principes. En particulier, le principe du respect de la confidentialité des données personnelles et d'une politique de la concurrence pour éviter d'être la victime d'abus de position dominante.

Outre la montée des mesures protectionnistes, quels sont les autres principaux risques qui pèsent sur l'économie mondiale selon vous ?

L'une des menaces les plus importantes est le retournement brutal du cycle économique aux États-Unis, en particulier dans un contexte d'endettement en dollars au niveau international qui pourrait avoir des conséquences graves. Le climat des affaires dans de nombreux pays pourrait être affecté par les tensions commerciales. Si jamais ces tensions prenaient de l'ampleur, une surprise d'inflation pourrait être déstabilisante.

___

+ Lire aussi notre dossier consacré à l'édition 2018 des rencontres d'Aix en Provence : "Les métamorphoses du monde".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2018 à 7:00 :
Quelques journalistes en mal de sensationnel, l'oreille tendue vers les propos alarmistes d'économistes convertis à l'ultra-mondialisme, nous inventent une guerre commerciale qui deviendrait mondiale et qui dévasterait l'économie.

Ayant été formés à l'école de l'ultra-libéralisme et de la nouvelle formule intitulée « multilatéralisme » en remplacement du « mondialisme » qui cristallise tous les mécontentements des populations, ils ne font même pas l'effort de chercher à savoir s'il n'existerait pas une autre économie viable, par exemple celle, beaucoup plus équilibrée et raisonnée qui se basait il n'y a pas si longtemps sur les échanges limités aux produits vitaux déserts et sur la réciprocité ; en somme la voie que veulent réemprunter les USA.

D'un autre côté un nombre sans cesse grandissant de peuples d'une planète chamboulée par cet ultra-libéralisme qui a voulu tisser sa toile à travers un mondialisme surtout boursier et financier rejette cette civilisation déshumanisée où ils ne pèsent plus rien en face d'un hydre anonyme fait d'affairisme et de grand actionnariat multinationaux avides de rendement et de profits.

Ce n'est pas une guerre commerciale ! NON !

Le libre échange et le multilatéralisme existent depuis l'âge de bronze et il durera encore longtemps après cette économie financière internationale qui crée tant d'injustices et fait tant de dégâts.

C'est la réaction que dicte la conscience d'un « no way » et la volonté de retour à des équilibres plus respectueux des peuples, de leurs savoir-faire séculaire, de leur environnement, de la maitrise de leur micro-économie et de leur destinée.

Je disais il y a longtemps déjà que trop de liberté tue la liberté et qu'elle est comme un élastique qui connait son propre point de rupture. La vraie catastrophe serait d'attendre que le point de rupture soit atteint et que tout casse.

Je ne vois absolument aucun mal à l'abandon de cette économie mondiale mortifère même si le changement de cap que cela entraînerait demandait un délai de réadaptation. Comptons sur les besoins vitaux de l'homme et de sa consommation induite pour effacer assez rapidement le choc d'une restructuration. Des siècles d'histoire nous enseignent que l'économie a de tous temps connu des périodes d'emballement et d'autres de stagnation voire de régression pour finir par trouver un équilibre plus approprié aux besoins de l'humanité et aux différentes régions du globe.

Les lois de la nature sont dans l'équilibre naturel et l'autorégulation des espèces. Sauf à se diriger vers leur fin, ce ne sont ni l'être humain ni son économie qui vont en changer les règles. Tout s'accorde à démontrer que l'humanité s'approche dangereusement de l'explosion qui provoquera sa disparition. L'une des principales causes de cette catastrophe annoncée réside dans cette marche forcée de l'économie ultra-libérale et mondiale financière qui nous a lancé sur cette voie du tout à jeter dans une civilisation de surconsommation.
a écrit le 10/07/2018 à 23:53 :
il est vrais que l amerique cherche simplement a avoir des relations commerciales avec les autres pays certain utilisent trop de taxes pour leurs profis d autre utilise leurs monnaies a la hausse ou a la baisse donc chaqu un ce doit d etre raisonnable aux niveaux commerce internationnal , car sinon cela risque de faire une guerre commercial tres grave pouvent declancher une RECETION MONDIAL ET UNE GUERRE MONDIAL///LE FUTUR DEPEND DE CE QUE NOUS FAISONS A PRESENT///GANDHI///
a écrit le 10/07/2018 à 14:36 :
Par honnêteté, vous devriez plancher sur les avantages de la démondialisation, économique, énergétique, et écologique.
a écrit le 09/07/2018 à 16:16 :
Tout cela est très juste mais quel impact de cette crise par rapport à la très probable crise écologique et social qui va venir !!! profitons de cette opportunité pour construire quelque chose de différent et changeons de paradigme au lieu de défendre un système qui va mourir!
a écrit le 09/07/2018 à 16:13 :
"L'urgence est de renégocier des règles pour s'assurer que l'on peut avoir une concurrence internationale loyale." Tout est dit.
a écrit le 09/07/2018 à 13:50 :
réalité :

la démondialisation risque d’appauvrir les plus grands de ce monde : ça n’arrivera pas.
et ce n’est absolument pas dans leurs projets à court ou moyen ou long terme.
jamais, ça c’est «  la réalité » vaut mieux l’accepter, c’est comme ça.
a écrit le 09/07/2018 à 12:37 :
Pour le 1 % qui plume les couches sociales intermédiaires et alors qu' il s' agit de sauver la planète ...?
a écrit le 09/07/2018 à 12:14 :
On sait bien que rien n'est perdu, surtout la monnaie qui n'est qu'un moyen d'échange!
a écrit le 09/07/2018 à 10:30 :
le résultat on le voit maintenant......brexit, Trump, démocraties illégitimes, vote italien......le pire, chez nous, Macron est toujours sur ce logiciel la......alors qu il nous emmène droit dans le mur.....ne parlons même pas de l digitalisation qui on dine encarteea 8mmolliards d individus pour la n enrichir quelques millions....
a écrit le 09/07/2018 à 9:21 :
La mondialisation a servi à importer de la déflation dans les pays développés, pour protéger les revenus des rentiers contre l'inflation, quitte à détruire les emplois des plus pauvres.
Tout ça au nom du libéralisme, ce qui est d'une hypocrisie absolue : les gens qui ont laissé faire ça ne sont pas de libéraux, mais les partisans du retour à la loi de la jungle.
C'est moche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :