Le gouvernement de la Corée du Sud est prêt à dialoguer avec Pyongyang

 |   |  305  mots
Le président sud-coréen a demandé aux ministres des Sports et de l'Unification de prendre rapidement des mesures pour permettre la venue d'athlètes nord-coréens.
Le président sud-coréen a demandé aux ministres des Sports et de l'Unification de prendre rapidement des mesures pour permettre la venue d'athlètes nord-coréens. (Crédits : POOL)
Séoul a répondu à la main tendue par Kim Jong-un. Le président contesté de la Corée du Nord a évoqué, dans ses voeux, la possibilité d'une participation d'une délégation de Pyongyang aux JO d'hiver. Si elles ont lieu, ces discussions intercoréennes seraient les premières depuis décembre 2015.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a estimé mardi qu'une amélioration des relations intercoréennes passait par une résolution de la question nucléaire en Corée du Nord, en réponse à l'offre de dialogue formulée la veille par Kim Jong-un.

A l'ouverture d'un conseil des ministres à Séoul, Moon Jae-in a néanmoins accepté la main tendue par le dirigeant nord-coréen qui a dit envisager une participation d'une délégation de Pyongyang aux Jeux olympiques d'hiver qui se tiendront en février à Pyeongchang, en Corée du Sud.

Le président sud-coréen a demandé aux ministres des Sports et de l'Unification de prendre rapidement des mesures pour permettre la venue d'athlètes nord-coréens.

Une grande première depuis 2015

Le ministre de l'Unification, Cho Myong-gyon, a annoncé un peu plus tard qu'il avait proposé la tenue de discussions avec des responsables nord-coréens mardi prochain dans le village frontalier de Panmunjom.

"Nous sommes impatients de discuter avec franchise des intérêts des deux parties en face à face avec la Corée du Nord", a déclaré Cho Myong-gyon. "Je le répète, le gouvernement est ouvert au dialogue avec la Corée du Nord, quel que soit le lieu, le moment ou la forme", a-t-il dit.

Les discussions intercoréennes, si elles ont lieu, seront les premières depuis une rencontre ministérielle en décembre 2015.

Lundi, dans ses voeux du Nouvel an, Kim Jong-un a prévenu les Etats-Unis qu'il disposait d'un "bouton nucléaire" prêt à être utilisé en cas de menace contre son pays, tout en tendant la main à la Corée du Sud avec laquelle il s'est dit prêt à dialoguer.

Lire aussi : Pour la Corée du Nord, "la guerre est inévitable" face aux menaces américaines

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2018 à 14:39 :
On ne discute pas avec un malade mental. On le soigne. Et les Américains sont les seuls à pouvoir lui apporter les soins nécessaires pour le calmer.
a écrit le 02/01/2018 à 18:40 :
Si tous les dirigeants du monde etait aussi efficace sue kim bachar et poutine cela fait longtemps que la paix serait assurée dans le monde. Mais la paix ni la grance ni l amerique n en veulent car on doit vendre nos armes
a écrit le 02/01/2018 à 18:13 :
Un pas vers la paix, c'est une bonne nouvelle, espérons que les lobbys ne vont pas tout faire capoter.
Réponse de le 05/01/2018 à 14:20 :
Je vois que vous n'avez rien à dire sur le fond de mon commentaire, comme à chaque fois en fait, je vous remercie donc de confirmer mes propos.
Réponse de le 05/01/2018 à 14:21 :
Je vois que vous n'avez rien à dire sur le fond de mon commentaire, comme à chaque fois en fait, je vous remercie donc de confirmer mes propos.
a écrit le 02/01/2018 à 16:57 :
Le Président Moon Jae-in sait parfaitement ce qu'il fait. Il veut faire retomber la tension entretenue par le Japon et les USA. Le sud ne veut pas d'une guerre. La Corée du Nord serait anéantie et la réunification qui s'en suivrait ruinerait le Sud. Tout cela bénéficierait au Japon qui souffre de la concurrence économique de la Corée du Sud. Pour des raisons de calcul (stratégique et sans doute économique) les USA jouent le jeu du gentil Japon menacé par les missiles de la Corée du Nord. Le sud réagit intelligemment à une main tendue, plus finement qu'on ne le pense, par la Corée du Nord. A cela il faut ajouter la critique récente, par Séoul, de l'accord sur les coréennes prostituées de force par l'occupant japonais durant la dernière guerre. En résumée, les Corée se rapprochent subtilement. Le surnom de la Corée est "Le pays du matin calme". Face à l'agitation japonaise et américaine le contraste est saisissant. Jusqu'à présent, on se demandait pourquoi la Corée du Nord jouait les provocateurs (en apparence), au risque d'une guerre qu'elle est sure de perdre. Nous avons, peut-être un début de réponse avec cette ébauche de rapprochement... calme. Finalement Kim Jong-un n'est peut être pas aussi fou qu'on le dit. Cela va-t-il décoiffer Trump? A suivre.
Réponse de le 03/01/2018 à 3:46 :
L'expression idoine est " Le pays des matins calmes".En Coree du Sud personne n' espere une eventuelle "reunion" des deux parties, hormis les quelques vieux encore en vie, une minorite a ce jour, ceux qui ont vecu cette guerre inique des annees 50. D'abord la Chine n'acceptera jamais le voisin americain au nord-Est de sa frontiere, le Sud, quant a lui n'a pas du toutl' envie, ni les moyens de regler la facture de cette reunion.
Je passe sur le cote culturel et economique qui est plus qu'un abyme entre ces deux entites. Enfin, la grande majorite de la jeunesse du Sud s'en tape de la "question" du Nord. Bonne annee 2018. Cordialement.
a écrit le 02/01/2018 à 9:16 :
Sale coup pour les va-t-en guerre de l'Ouest. Qui aimeraient tant faire un bon coup de fric avec un petit conflit "régional".
Ecrire que Kim Jon-un est un président contesté relève de l'affirmation péremptoire, qui est la première couche de la propagande.
Réponse de le 02/01/2018 à 10:02 :
on pourrait dire exactement la meme chose a propos de l'Iran.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :