Le patron de Goldman Sachs "n'investirait pas en Chine en ce moment"

 |   |  191  mots
Les dirigeants (chinois) savent où se situent les problèmes et sont intelligents à ce propos, mais c'est très difficile de mettre en œuvre les changements nécessaires, estime le patron de Goldman Sachs.
"Les dirigeants (chinois) savent où se situent les problèmes" et "sont intelligents à ce propos", mais "c'est très difficile" de mettre en œuvre les changements nécessaires, estime le patron de Goldman Sachs. (Crédits : Reuters)
Lloyd Blankfein a vivement critiqué la façon dont la Chine a géré la crise de ses marchés boursiers, estimant que les autorités n'ont beaucoup d'expérience dans ce domaine.

Des décisions "maladroites" et "confuses"... Lloyd Blankfein, le directeur général de Goldman Sachs, a sévèrement admonesté l'action de Pékin sur sa gestion de la crise boursière, rapporte le Wall Street Journal, mercredi 16 septembre, en faisant référence au rachat massif de titres effectué par un organisme public.

"Ils n'ont pas beaucoup d'expérience pour gérer ce genre de situation sur les marchés", a-t-il renchéri. Et lui-même "n'investirait pas en Chine juste en ce moment"

"Très difficile" de mettre en œuvre les changements nécessaires

Il a toutefois nuancé ses propos:

"Les dirigeants (chinois) savent où se situent les problèmes" et "sont intelligents à ce propos", mais "c'est très difficile" de mettre en œuvre les changements nécessaires.

Ces derniers jours les marchés ont connu un effet yo-yo. Lundi et mardi, les indices de Shenzen et Shanghai ont connu leurs pires séances sur les trois dernières semaines, avant de rebondir mercredi, certainement en raison d'une intervention de l'Etat. Ce jeudi, la Bourse de Shanghai a a connu un nouveau repli de 2,1%, celle de Shenzen de 1,48%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2015 à 16:10 :
aprés avoir mis la Grèce en faillite grace à ses conseils et s'être enrichiesur son dos en étant à l extrème limirte de la légalité, goldman et sach se permettent de donner des conseils sur la gestion des crises !!! consternant...
a écrit le 17/09/2015 à 22:05 :
Le patron de GS qui donne des leçons à la Chine sur la gestion des crises!!! c'est vrai que en matiére de création de crises ils sont experts! pour les resolutions, je ne suis pas sûre qu'ils soient les meilleurs!!!! ahahahah
a écrit le 17/09/2015 à 18:32 :
Hier soir, à la Business Roundtable, devant un parterre constitué des plus importants PDG américains, le Président Barack Obama a déclaré : "Si la Chine prend souvent le dessus dans des négociations, ou si la stratégie de Poutine est bien meilleure que la nôtre, ce ne sont pas nos problèmes. Notre problème, c'est nous-mêmes".
Un aveu – et qu'un Président français, complexe oblige, jamais ne ferait – qui est surtout dirigé aux entrepreneurs américains, certes, mais aussi à une certaine classe de journalistes qui, dans leurs éditoriaux, prétendent toujours que l'économie américaine est intouchable, et que son armée est encore la plus redoutable de la planète. Obama a tiré la sonnette d'alarme. Mais, dans leur cécité politique, auront-ils compris le message du Président ? rien de moins sûr.
a écrit le 17/09/2015 à 18:11 :
Il faut toujours comprendre l'inverse de Goldman Sucks
a écrit le 17/09/2015 à 17:59 :
Quoique l'on dise les Chinois sont plus malins peut etre que le patron de G.S. ? ca existe.
a écrit le 17/09/2015 à 15:19 :
Il faut se réjouir de cette réaction. Ce spéculateur sans scrupule n'apprécie certainement pas d'y avoir perdu sa culotte. Espérons qu'il y perdra bientôt sa langue.
Réponse de le 17/09/2015 à 16:28 :
@Corso
Je ne crois que GS a perdu a culotte car les marchés de la Chine continentale sont en très grande majorité réservés aux locaux mais je peux me tromper. J'ai lu qu'il y a une limite en capital sur le total des actions cotées à Shanghai pouvant être détenues pas des étrangers. Cette limite est très faible par rapport à la capitalisation boursière du marché. Les transactions peuvent être effectuées via la plateforme "connect" entre Shanghai et Hong-Kong qui a été mise en place fin 2014. En plus de cela, il y a le problème de sortie des capitaux.
Il est toutefois intéressant de remarquer que l'explosion à la hausse du marché de Shanghai (+150% jusqu'à juin 2015) s'est produite à partir de la mise en place de "connect".
Cordialement
Réponse de le 17/09/2015 à 20:41 :
Rappel : Il avait annoncé la chute de l'or.

Qu'il puisse avoir raison ou pas, la plupart le suive, n'oubliez pas, il est préférable de se tromper avec le marché que d'avoir raison seul...
a écrit le 17/09/2015 à 14:23 :
En venant de lui, l'ami de Hillary Clinton, cela ne m'étonne pas, du tout. Par contre il doit préconiser qu'on doit investir en Ukraine (le trou de la corruption) ou aux États-Unis (le trou en perdition). Bref, quoi de neuf ?….

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :