Les créations d'emplois aux États-Unis très loin des attentes

 |   |  460  mots
L'écart entre les attentes des économistes et la performance du marché américain est énorme.
L'écart entre les attentes des économistes et la performance du marché américain est énorme. (Crédits : © Shannon Stapleton / Reuters)
Les économistes tablaient sur 205.000 créations d'emplois aux États-Unis en septembre, il n'y en a eu que 142.000. Le taux de chômage reste néanmoins stable à 5,1%, soit son plus bas niveau depuis sept ans.

Les créations d'emplois aux Etats-Unis ont été très décevantes en septembre surprenant les attentes des analystes tandis que le taux de chômage est toutefois resté stable, selon les chiffres du ministère du Travail publiés vendredi.

Un énorme écart entre les attentes et la réalité

L'économie américaine n'a créé que 142.000 nouveaux emplois le mois dernier montrant un nouveau fléchissement des secteurs manufacturier et minier. Les économistes tablaient au contraire sur un rebond avec 205.000 embauches nettes. Le ministère a en outre drastiquement révisé en baisse le chiffre du mois d'août à 136.000 contre 173.000 précédemment estimé. Le taux de chômage est demeuré à 5,1% en septembre, son taux le plus bas en sept ans.

Mais la constance de ce taux de chômage cache une autre mauvaise nouvelle: le taux d'activité a encore glissé de deux dixièmes de point à 62,4%, son niveau le plus bas depuis 38 ans en septembre 1977, a précisé un statisticien.

Ce taux d'activité, ou proportion de la population en âge de travailler qui a un emploi ou en cherche un, montre donc que davantage de personnes ont renoncer à chercher un emploi pour des raisons d'âge, de manque de formation ou d'inadéquation des offres d'emplois. Cela a aidé à maintenir le taux de chômage à son niveau le plus faible depuis avril 2008.

Le secteur énergétique très touché

Sur le front des créations de postes, le secteur lié aux industries énergétiques affecté par la baisse des prix du pétrole a creusé ses pertes d'emplois nettes (-10.000). Ce secteur a vu ses effectifs décliner de 102.000 depuis janvier.

Les industries manufacturières ne sont pas en reste avec 9.000 emplois de moins en septembre après -22.000 en août, ce qui reflète l'impact sur les exportations comme les importations, de la faible demande mondiale et du renforcement du dollar.

Les secteurs qui ont le plus embauché sont les services de santé (+34.000), le secteur de l'information (+12.000 et +44.000 sur l'année) et les services aux entreprises (+31.000). Le commerce de détail est resté vigoureux avec 24.000 créations d'emplois.

Autre mauvaise nouvelle, le salaire horaire moyen, très observé par la banque centrale américaine qui voudrait voir les prix et les salaires augmenter davantage, a légèrement reculé (-0,1%) à 25,09 dollars, perdant 1 cent mais il en avait gagné 9 en août.

Le marché bascule dans le rouge

Cette annonce très attendue a d'ores et déjà impacté les marchés. Le CAC 40 est passé dans le rouge en baisse de 0,29% à 4.413 points aussitôt après la publication des chiffres. De son côté, Wall Street a ouvert dans le rouge vif. Le Dow Jones baisse de 1,57% peu après l'ouverture des échanges.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :