Les États-Unis vont construire quatre prototypes de mur frontalier avec le Mexique

 |   |  289  mots
Le gouvernement a aussi lancé un appel d'offres pour des prototypes dans des matériaux autres que du béton.
Le gouvernement a aussi lancé un appel d'offres pour des prototypes dans des matériaux autres que du béton. (Crédits : REUTERS/Jose Luis Gonzalez.)
Quatre contractants ont présenté des prototypes coûtant entre 400.000 et 500.000 dollars, après l'appel d'offres lancé en mars par l'administration Trump.. Ces édifices font neuf mètres de haut et neuf mètres de large et seront testés à l'automne à San Diego, au sud des États-Unis, non loin de la frontière mexicaine..

Le budget du mur frontalier que Donald Trump veut faire construire pour séparer le Mexique des États-Unis n'a pas encore été alloué mais le président américain prépare déjà le terrain. L'administration Trump a sélectionné quatre sociétés du bâtiment afin de construire des prototypes, indique le service des douanes et de la protection des frontières (CPB) jeudi.

Ces quatre entreprises sont Caddell Construction de Montgomery dans l'Alabama, Fisher Sand & Gravel de Tempe en Arizona, Texas Sterling Construction de Houston et W.G. Yates & Sons Construction Company de Philadelphie. Ces sous-traitants avaient participé à l'appel d'offre lancé en mars par le service fédéral des douanes et de protection de la frontière, à la suite d'un décret signé par le président américain dès son arrivée au pouvoir.

Un "essai" à deux millions de dollars

Les quatre contractants ont présenté des prototypes coûtant entre 400.000 et 500.000 dollars. Ces édifices font neuf mètres de haut et neuf mètres de large et seront testés à l'automne à San Diego, ajoute le CBP. Les prototypes mesureront entre 5,50 et 9 mètres de hauteur. Leur architecture n'a pas été présentée, mais ils incluront des éléments "anti-escalade", selon Ron Vitiello, numéro deux de l'agence fédérale.

Le gouvernement a aussi lancé un appel d'offres pour des prototypes dans des matériaux autres que du béton, et dont le résultat sera annoncé la semaine prochaine. Le budget pour le projet n'a pas été annoncé, et devra être négocié avec le Congrès, qui prépare actuellement le budget pour l'année budgétaire commençant le 1er octobre prochain.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2017 à 9:45 :
Il manque une donnée, la longueur de ces démonstrateurs pour avoir un ordre de grandeur du coût final.
a écrit le 01/09/2017 à 15:25 :
Bientôt des champions de saut à la perche de 9m ? :-)
Une fois fabriqués, ils vont les démolir ? C'est encombrant, ces démonstrateurs.
a écrit le 01/09/2017 à 14:06 :
Leur gouvernement actuel n'a pas trouvé plus urgent à faire en ce moment ? Par exemple réparer les dégâts de la tempête, construire des digues, des routes, des ponts...
a écrit le 01/09/2017 à 11:10 :
Il parait que ça n'est pas le coût des blocs mais la somme donnée pour les proposer (création artistique, réalisation, ...), à savoir le prix final de l'ensemble, parait qu'il y a des passages délicats à gérer, et déjà trouver l'argent.
Mur en bois, ça serait écologique, séquestre le fichu CO2 (les vieux arbres n'en absorbent presque plus, les garder sur pieds n'est pas utile).
a écrit le 01/09/2017 à 10:46 :
Combien de travailleurs Mexicains vont bosser sur ce mur?
a écrit le 01/09/2017 à 10:11 :
ET ce sont encore les plus pauvres qui vont payer directement la criminalité de leurs dirigeants, au lieu de s'acharner sur ceux qui n'ont rien les services de renseignements américains feraient mieux d'éliminer les mafieux qui grouillent dans ce pays en en faisant une économie du moyen age:

"En Arizona, le mur de Donald Trump existe déjà" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/08/ROBIN/57766

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :