Chine : 50 morts et 701 blessés dans les explosions de Tianjin

A Tianjin, le bilan du nombre de victimes et de blessés ne cesse de s'alourdir ce jeudi soir, après les deux explosions survenues la veille dans un entrepôt de produits chimiques de cette ville portuaire, au nord-est de la Chine. Cet accident relance la question de la sécurité des sites industriels à hauts risques dans le pays.
Le souffle de l'explosion équivalent à 3 tonnes de TNT d'après des experts sismologues a été ressenti à plusieurs kilomètres à la ronde.
Le souffle de l'explosion équivalent à 3 tonnes de TNT d'après des experts sismologues a été ressenti à plusieurs kilomètres à la ronde. (Crédits : Reuters)

Article publié le 13 août à 09:39, réactualisé à 19:00

Tout au long de la journée, le bilan n'a cessé de s'alourdir. Au moins 50 personnes ont été tuées et 701 blessées dans la série d'explosion qui se sont produites mercredi soir dans un entrepôt de produits inflammables de la ville portuaire de Tianjin, à 140 km de Pékin.

Pour le moment, aucun élément n'a été communiqué sur les raisons de ces deux détonations meurtrières. Mais selon plusieurs médias chinois, les responsables de la firme propriétaire de l'entrepôt, Rui Hai International Logistics, auraient été arrêtés par la police.

Boule de feu

Des témoins et la presse ont fait état d'une boule de feu et de flammes. Un journaliste de l'AFP a observé des débris de verre sur quelque trois kilomètres autour du site, tandis que six heures après les explosions, des panaches de fumée étaient toujours présents au-dessus des immeubles de la ville.

"La boule de feu était énorme, peut-être 100 mètres de haut", a indiqué Huang Shiting, 27 ans, dont l'habitation est proche de la zone portuaire où ont eu lieu des explosions.

Le Quotidien du peuple a indiqué que les personnes avaient été tuées lorsqu'une cargaison d'explosifs a explosé dans l'entrepôt où ils étaient stockés.

Sur son compte de microblogging Weibo, l'organe officiel a noté qu'un grand nombre de personnes étaient piégées à proximité de l'explosion par un gigantesque incendie.

Impossible de chiffrer le nombre de patients

D'après les images de la télévision d'Etat CCTV, une boule de feu et des colonnes de flammes ont jailli, éclairant le ciel et propulsant des nuages de poussière à des dizaines de mètres dans les airs. Deux explosions consécutives se sont produites, la première vers 23h30 (16h30 GMT) mercredi.

Entre 300 et 400 personnes blessées sont arrivées dans un hôpital, selon le journal local Les Nouvelles de Pékin, tandis qu'un employé d'un autre hôpital, cité par le même quotidien, a témoigné de l'afflux d'un nombre impossible à chiffrer de nouveaux patients.

Selon les médias locaux, l'incendie causé par les explosions était désormais sous contrôle. Deux pompiers sont portés disparus, a indiqué l'agence Chine Nouvelle.

Sur des photos diffusées par le réseau social chinois Weibo, des personnes erraient dans les rues ou étaient couchées à même le sol couvertes de sang, d'autres portaient des enfants emmitouflés dans des couvertures, mais l'authenticité de ces images n'a pas pu être confirmée dans l'immédiat.

Plus tard dans la journée, l'AFP rapporte également de nombreux dégâts matériels. Environ 10.000 voitures neuves fraîchement importées ont été détruites par le feu, dont près de 2.750 véhicules de l'allemand Volkswagen, selon le journal Qilu Wanbao. Le constructeur français Renault, contacté par l'AFP, a lui fait état de 1.500 véhicules détruits.

Équivalent à la détonation de 3 tonnes de TNT

Des photos obtenues par l'AFP montrent des habitants de cette grande ville certains à moitié dévêtus courant dans des rues jonchées de débris en quête d'un refuge.

Selon le compte Weibo authentifié du Centre chinois des réseaux de surveillance des séismes, la magnitude de la première explosion équivalait à la détonation de trois tonnes de TNT, tandis que la seconde explosion avait une puissance de l'équivalent de la détonation de 21 tonnes de cet explosif.

Tianjin, qui se situe à 140 km au sud-est de Pékin, est l'une des plus grandes villes du pays, avec près de 15 millions d'habitants, selon les chiffres de 2013.

Ville manufacturière et l'un des principaux ports du nord de la Chine, Tianjin est l'une des quatre seules villes du pays à avoir obtenu le statut de province avec Pékin, Shanghaï et Chongqing.

Problèmes de sécurité récurrents

Les normes de sécurité dans les complexes industriels restent problématiques en Chine, les propriétaires ne respectant pas les réglementations en vigueur pour économiser des frais et préférant payer des inspecteurs corrompus pour éviter des contrôles trop pointus.

Ainsi, en juillet, 15 personnes avaient été tuées et plus d'une dizaine d'autres blessées lors de l'explosion d'un site illégal de stockage de feux d'artifice dans la province du Hebei, dans le nord de la Chine.

En août 2014, au moins 71 personnes avait été tuées dans l'explosion d'une usine de pièces de rechange de voitures à Kunshan près de Shanghaï.

Des catastrophes industrielles, en France aussi

Dans une lettre adressée au maire de Tianjin, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius l'a assuré de "l'émotion profonde" et de "la solidarité" de la France à la suite de la catastrophe.

A Toulouse, la catastrophe d'AZF, survenue il y a quatorze ans, est encore dans les mémoires. Le 21 septembre 2001, une explosion ressentie à des dizaines de kilomètres à la ronde avait soufflé le complexe chimique AZF (AZote Fertilisants, filiale de la société Grande Paroisse, elle-même filiale du groupe Total) et dévasté les alentours. Bilan: 31 morts et 2.500 blessés.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 15/08/2015 à 8:53
Signaler
Quelle que soit l'erreur qui est nécessairement humaine (management) il faut quand même avoir une pensée envers toutes ces familles décimées. Cordialement

à écrit le 14/08/2015 à 10:38
Signaler
Quelles critiques...En Chine les dirigeants du groupe seront sans doute executés pour corruption, en France la quasi-totalité de nos ministres ont dejà été jugés et condamnés pour les même faits ou assimilé, et vous les payez grassement avec les impo...

le 14/08/2015 à 13:12
Signaler
Vous avez raison. Les gens comme Cahuzac, Balkany se sont enrichis par leur traffic d'influence et n'ont jamais déclaré leur fortune. mieux ils se sont évertués à masquer intelligemment celles-ci. La famille Le Pen fait également parti du lot avec s...

à écrit le 14/08/2015 à 10:23
Signaler
Nitrate d'ammonium, un composant d'engrais, chauffé gentiment il dégage du protoxyde azote (gaz hilarant) ou brutalement, il explose. Il me semble qu'un bateau y a peut-être 60 ans ou plus, avait explosé, il contenait du nitrate d'ammonium. Carbure ...

à écrit le 14/08/2015 à 2:00
Signaler
Je trouve les commentaries ahurissants, Des qu'il s'agit de pays faisant mieux que nous sur bien des plans, fleurissent les commentaires acides et imbéciles ( Allemagne, Angleterre, US et aujourd'hui Chine). Il s'agit de morts, d'une catastrophe, d'u...

à écrit le 13/08/2015 à 23:14
Signaler
Hhmm.. vos sources ne sont pas fiables : il y aurait en réalité 3 morts dont un arrêt cardiaque d'octogénaire et un migrant qui avait mis le feu. Le troisième serait un pompier qui passait par là et a été tué par le migrant. Quant au nombre de blessé...

le 14/08/2015 à 9:21
Signaler
Arroser d'eau de tonne de nitrate de sodium n'a absolutment rien de dangereux. C'est quelque chose que je pratique chaque semaine au fond de mon jardin avec ma famille et rien de tel ne s'est jamais produit.

à écrit le 13/08/2015 à 21:58
Signaler
au final, la réalité de la maintenance industrielle apparaît au grand jour

le 13/08/2015 à 23:31
Signaler
Vraiment final. Mettez un terme...

à écrit le 13/08/2015 à 21:58
Signaler
au final, la réalité de la maintenance industrielle apparaît au grand jour

à écrit le 13/08/2015 à 9:57
Signaler
Encore une réalisation des ingénieurs chinois si réputés ... en artifices. Sinon, les ingénieurs indiens sont plus spécialisés en pollution, à priori.

le 13/08/2015 à 10:34
Signaler
Trop facile de critiquer...Vous oubliez qu'on a connu - à Toulouse - l'explosion d'AZF qui a été encore plus violente que celles connues à Tianjin.

le 13/08/2015 à 12:18
Signaler
Peut être, mais chez nous c'est très rare, eux ont eu pas mal de ce genre de problème ....

le 13/08/2015 à 15:32
Signaler
c est pas un probleme d ingenieur mais de corruption ! tant qu il sera moins cher et plus facile de graisser la patte que de travailler dans les regles de l art on aura ce type de probleme (en france ou ailleurs) en chine ca se double d un problem...

le 13/08/2015 à 17:15
Signaler
La critique facile et la méconnaissance du fonctionnement Chinois... Le gouverneur de la Province de Tianjin risque fort de se faire virer! La corruption est prise très au sérieux en Chine. Au contraire de la France ou les Balkany se prélassent po...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.