Les taux de la Fed inchangés ? Des économistes en doutent en 2022

 |  | 495 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Reuters)
61% des personnes interrogées pensent que les risques d'inflation sont plus importants qu'au cours des deux dernières décennies. En cause, une campagne de vaccination éclair et le plan massif de 1.900 milliards de dollars de Joe Biden pour relancer l'économie américaine.

La Banque centrale a assuré qu'elle n'augmenterait pas ses taux d'intérêt de sitôt, mais de nombreux économistes américains, dans un sondage publié lundi, pensent qu'elle pourrait être obligée de les relever dès l'année prochaine.

La National Association for Business Economics (NABE) rapporte que 46% des participants interrogés estiment que la Réserve fédérale (Fed) va augmenter ses taux en 2022, tandis que 28% pensent qu'elle le fera en 2023, bien qu'une majorité des membres votants de la Réserve fédérale (Fed) aient indiqué la semaine dernière qu'ils ne comptaient pas les relever avant 2023.

Seuls 12% pensent que le taux sera modifié après 2023.

Lire aussi : Portée par la vaccination, la reprise s'installe aux États-Unis, la Fed maintient ses taux


L'enquête NABE est le dernier signe que les économistes tablent sur une accélération de l'inflation, consécutive au déploiement du paquet de mesures de 1.900 milliards de dollars adopté par le Congrès qui succèdent à d'autres injections massives d'argent frais dans l'économie américaine pendant la pandémie.

Certains économistes redoutent désormais une surchauffe de l'économie avec une montée en flèche des prix.

En mars 2020, alors que la pandémie entraînait la paralysie totale de l'économie, la Banque centrale avait abaissé ses taux.

Son président Jerome Powell a indiqué la semaine dernière qu'elle les maintiendrait dans cette fourchette comprise entre 0% et 0,25% tant que le plein emploi durable ne serait pas atteint et jusqu'à ce que l'inflation atteigne un niveau soutenu de 2,0%.

Cependant, les économistes sont sceptiques.

Vers une inflation certaine

L'enquête NABE rapporte ainsi que 61% des personnes interrogées pensent que les risques d'inflation sont plus importants qu'au cours des deux dernières décennies.

L'enquête a été menée avant même l'approbation au Congrès du plan de sauvetage de Joe Biden.

Les économistes se sont en outre montrés divisés sur la perception de la réponse budgétaire à cette crise puisque 33% des personnes ayant répondu ont déclaré que la réponse du gouvernement était adéquate - en légère diminution par rapport à l'enquête précédente d'août 2020 -, tandis que 37% ont déclaré qu'elle était insuffisante, également légèrement en baisse.

Pour, 18%, cette aide est excessive, en légère hausse par rapport au mois d'août.

Les Etats-Unis ont dépensé plus de 5.000 milliards de dollars en aides depuis le début de la pandémie, ce qui va faire grimper cette année le déficit budgétaire à son deuxième niveau le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale cette année, selon l'office du budget du Congrès.

La dette nationale atteindra, elle, 102,3% du PIB.

Selon la NABE, 88% des sondés sont préoccupés à des degrés divers par le niveau de la dette.

Lire aussi : Plan Biden: entre retombées positives et risques financiers

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2021 à 22:46 :
Qui est prêt à acheter les obligations d'État pourries ? Pas grand monde. En plus de ça les entreprises, les émergents et autres offrent de meilleurs rendements. Donc la pression de la concurrence va faire le boulot pour la FED.
a écrit le 22/03/2021 à 11:46 :
L’inflation?Mais elle est déjà la,comme une évidence...et depuis 3 ans,au moins
a écrit le 22/03/2021 à 9:51 :
Les économistes à savoir ces gens qui se trompent régulièrement depuis des décennies, qui nous affirment qu'il n'y a pas d'alternative qu'il faut aller dans le mur nous annoncent qu'on va dans le mur ? Passionnant...

Il serait temps ici de lire les analyses de Frederic Lordon, à savoir le seul véritable économiste crédible du fait de sa capacité à se projetter par delà cette dictature financière tenant tout ces économistes en laisse.

Par ailleurs c'est un gars du CNRS qui mérite donc amplement notre attention. Et même si ça choque le bourgeois forcément hein mais bon le bourgeois il ne nous sert pas à grand chose actuellement.

"Si vous ne trouvez plus rien, cherchez autre chose" B. Fontaine
a écrit le 22/03/2021 à 9:08 :
augmenter ses taux en rachetant tout et n'importe quoi, ca fait un peu sourire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :