Malgré le contexte mondial, la Maison Blanche vante la « résilience » de l'économie américaine

La Maison Blanche estime que la première puissance mondiale « reste résiliente face aux défis mondiaux » et se porte mieux « que d'autres pays ». Et ce, alors que les organismes internationaux comme l'OMC et l'OCDE craignent une récession mondiale dans les mois à venir. Les États-Unis ont par ailleurs annoncé une nouvelle tranche d'aide à l'Ukraine, assurant leur soutien « à long terme » dans la défense du pays contre l'offensive menée par la Russie.
Les États-Unis sont « en meilleure position que d'autres pays » à l'heure où les avertissements sur une potentielle crise économique mondiale se multiplient d'après la porte-parole du président Biden.
Les États-Unis sont « en meilleure position que d'autres pays » à l'heure où les avertissements sur une potentielle crise économique mondiale se multiplient d'après la porte-parole du président Biden. (Crédits : Tom Brenner)

L'économie américaine encaisse les chocs. L'exécutif américain estime en effet qu'elle « reste résiliente » malgré le contexte mondial, a indiqué la Maison Blanche ce mercredi 28 septembre à l'issue d'une réunion de plusieurs ministres et conseillers autour du président Joe Biden.

L'équipe a jugé « nécessaire de continuer à progresser dans la réduction des prix et dans la mise en œuvre d'investissements publics historiques dans les infrastructures, l'industrie et la transition énergétique » mis sur les rails depuis le début du mandat du démocrate de 79 ans, selon un communiqué.

Lire aussiJoe Biden va recevoir à la Maison Blanche Emmanuel Macron un « allié proche et estimé »

Un peu plus tôt, la porte-parole du président, Karine Jean-Pierre, avait estimé que les États-Unis étaient « en meilleure position que d'autres pays » à l'heure où les avertissements sur une potentielle crise économique mondiale se multiplient. La directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a en effet prédit en début de semaine une « récession mondiale » alors que le monde est en proie à des « crises multiples ».

Quant à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le scénario de la récession mondiale n'est pour le moment pas retenu. Mais l'institution a toutefois nettement dégradé sa prévision de croissance mondiale pour l'an prochain. Elle table sur une progression du PIB mondial de 2,2% contre 2,8% attendus en juin, bien qu'elle ait maintenu sa prévision pour 2022 à 3%. L'organisation internationale a aussi baissé ses prévisions concernant la croissance américaine pour 2023. Elle l'attend désormais à 0,5% contre 1,2% anticipé en juin.

Lire aussi« Une récession mondiale » : la prévision inquiétante de la directrice de l'OMC

Soutien renforcé et dans la durée envers l'Ukraine

Les États-Unis ont par ailleurs aussi annoncé mercredi une nouvelle aide militaire massive, et de long terme, à l'Ukraine. Le Pentagone a indiqué que cette nouvelle tranche d'aide militaire de 1,1 milliard de dollars prendrait principalement la forme de commandes d'armement à l'industrie de défense américaine, et non pas de livraisons immédiates.

Cette nouvelle aide comprend notamment 18 systèmes d'artillerie de précision Himars, des systèmes de lance-roquettes montés sur des blindés légers, qui ont joué un rôle important dans les récentes contre-offensives contre les Russes. Ce qui double le nombre d'équipements de ce genre donnés et promis à Kiev puisque, jusqu'ici, les États-Unis en ont déjà envoyé 16 à l'armée ukrainienne.

L'aide promise comprend aussi 150 véhicules blindés "Humvees", 150 véhicules tactiques tracteurs d'armement, des radars et des systèmes de défense anti-drones, a précisé le ministère de la Défense américain dans un communiqué.

Cette nouvelle tranche porte l'aide militaire américaine à l'Ukraine à 16,2 milliards de dollars depuis le début de l'invasion russe du pays le 24 février et 16,9 milliards depuis l'arrivée du président Joe Biden à la Maison Blanche en janvier 2021.

Lire aussiBanquiers, proches de Poutine, groupe Wagner... les Etats-Unis annoncent de nouvelles sanctions contre la Russie

Les sanctions contre Moscou fonctionnent, assure Washington

En plus d'aider l'Ukraine, les États-Unis, avec les Occidentaux, tentent d'affaiblir l'économie russe depuis le début de la guerre en appliquant des sanctions. Mais plusieurs sénateurs américains ont récemment exprimé leurs doutes sur l'efficacité de ces mesures.

Jim O'Brien, à la tête du bureau des sanctions du département d'État américain, a assuré ce mercredi que la Russie n'est plus en mesure de se procurer « les éléments critiques » dont elle a besoin pour cette guerre.

Selon le diplomate, les sanctions adoptées par l'Occident depuis le début du conflit ukrainien « rendent impossible pour la Russie de se soucier de sa population et de payer ses guerres en même temps », a-t-il affirmé, lors d'une audition devant le Congrès américain.

Jim O'Brien a par ailleurs indiqué que « d'autres trains de mesures » étaient prévus et que les États-Unis travaillaient à « d'autres sanctions ». Pour Elizabeth Rosenberg, la responsable des questions liées aux sanctions économiques au Trésor américain, ces sanctions doivent se concentrer sur l'énergie et un plafonnement des prix du pétrole russe.

Lire aussiSanctions contre la Russie : la Hongrie n'a gelé qu'« un peu plus de 3.000 euros » d'avoirs russes, dénonce Bruxelles

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 29/09/2022 à 13:26
Signaler
La monnaie de réserve mondiale n'est-elle pas le Dollar US, cette hégémonie. Et qui finance en grande partie la dette US au travers de la détention des Bons du trésor? 🤣 OUI, alors sujet clos, article suivant.

à écrit le 29/09/2022 à 12:51
Signaler
Méthode coué. Si ça peut leurs faire plaisir. Je ne parie pas un kopeck sur eux ou plutôt je fais tapis sur leurs descente aux enfers.

à écrit le 29/09/2022 à 12:05
Signaler
De la com pour Wall street tout ça. Les USA ont un problème majeur qu'ils n'arrivenbt pas à maîtriser: il s'appelle Trump. Et il peut faire plus de dégâts que la guerre entre l'ukraine et Vlad ( un chaud partisan de Trump s'il en est). .

à écrit le 29/09/2022 à 11:46
Signaler
le PIB américain est en contraction sur les deux premiers trimestres de cette année, malgré le méga plan Infrastructures signé en novembre dernier et les autres plans de soutien à l'économie. le taux de participation au marché du travail est toujours...

à écrit le 29/09/2022 à 11:28
Signaler
Le plus gros marché du monde, les américains sont dopés au consumérisme, ils ont du fric ils le dépensent, ils ont pas de fric ils cherchent à en gagner, le capitalisme est leur système à eux et eux seuls particulièrement adapté à la "culture" du peu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.