Merkel : l'époque "où on pouvait compter les uns sur les autres est quasiment révolue"

 |   |  259  mots
La chancelière allemande, visiblement remontée contre Donald Trump, veut renforcer la relation entre les chefs d'Etat européens, et particulièrement celle avec Emmanuel Macron.
La chancelière allemande, visiblement remontée contre Donald Trump, veut renforcer la relation entre les chefs d'Etat européens, et particulièrement celle avec Emmanuel Macron. (Crédits : FABRIZIO BENSCH)
L'échec du G7, principalement sur la question environnementale, doit pousser les européens à prendre leur destin en main, selon la chancelière allemande.

Le G7, qui s'est déroulé ces derniers jours à Taormina, en Sicile, a visiblement laissé des traces... La chancelière allemande Angela Merkel en tire un constat amer :

"L'époque où nous pouvions entièrement compter les uns sur les autres est quasiment révolue. C'est mon expérience de ces derniers jours", a dit Mme Merkel lors d'un meeting à Munich, dans le Sud de l'Allemagne.

"Nous, Européens, devons prendre notre destin en main", a-t-elle ajouté. "Nous devons nous battre pour notre propre destin", a poursuivi la cheffe du gouvernement allemand, selon qui les relations avec le président français Emmanuel Macron doivent être d'autant plus étroites.

Angela Merkel s'exprimait dans la capitale bavaroise au lendemain d'un sommet du G7 (Allemagne, France, Italie, Japon, Canada, Etats-Unis, Royaume-Uni) où l'unité des sept pays parmi les plus riches du monde s'est brisée face à un Donald Trump refusant de s'engager en faveur de l'accord de Paris contre le réchauffement climatique. La chancelière allemande avait d'ailleurs jugé les discussions de vendredi et samedi sur le climat "pas du tout satisfaisantes".

Lire aussi : G7-Climat: Macron relativise l'échec, Merkel pas du tout satisfaite

Au cours du premier voyage à l'étranger de sa présidence, M. Trump s'est également rendu à Bruxelles où il a infligé une sérieuse déconvenue à ses alliés de l'Otan en refusant de s'engager explicitement en faveur de leur défense collective. Il y a aussi qualifié les pratiques commerciales des Allemands de "mauvaises, très mauvaises", selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2017 à 14:05 :
Merkel en a pris plein son grade surtout face aux américains
a écrit le 30/05/2017 à 0:36 :
Faut se procurer des parapluies blindés. Mme Merkel tombe des nues. elle vient de découvrir que l'on ne peut pas compter sur les autres. Les peuples du Sud de l'Europe le savent bien depuis 7 ans. Les autres vont le découvrir bientôt. Encore d'autres précipitations venant des nues. Faut commencer aussi à porter le casque!
Réponse de le 31/05/2017 à 11:22 :
Les peuples du sud ont bien compris qu'il vallait mieux rester dans l'Euro car la solidarité européenne est intense contrairement à ce que vous croyez - fonds structurel, monnaie forte permettant une inflation limitée, marché unique.
Réponse de le 31/05/2017 à 23:27 :
Vu vos inepties que j'ai vues -tant ici que dans vos autres commentaires- je crois que c'est compètement inutile de continuer le débat avec vous.
a écrit le 29/05/2017 à 22:32 :
Franchement les Allemands sur les zônes de conflit comme l'Afganistan, on ne les a pas croisés beaucoup, sans doute restés à jouer avec leurs tanks dans leurs plaines de choux raves.
Et nous donner un coup de main en Afrique sub saharienne ça leur viendrait pas l'idée? La paix venue, ça ne les gênera pas d'y envoyer, toute honte bue, des machines
Nous nous avons encore une bonne armée expérimentée et peu besoin du parapluie américain, et franchement vaut mieux quitter l'otan qui est une enveloppe vide comme De Gaulle l'avait fait.
a écrit le 29/05/2017 à 19:49 :
Le président des Etats Unis est difficile à comprendre d'autant que ses services et notamment l'USGS (service géologique américain) était très engagé sur le projet "Gobal change" dès les années 1980.
Signé: Un géologue Français qui a participé à un consortium sur ce sujet.
a écrit le 29/05/2017 à 13:41 :
L'indigence intellectuelle des patrickb, citoyen frustré, dom et autre adolescents me donne envie reagir.
Pendant que nous nous endettons pour maintenir un systeme d'assistanat et les fonctionnaires qui vont avec, les Allemands se sont endetteé pour redresser la RDA et cessent d'emprunter plus a present, mieux, les impots rentrent plus maintenant ! L'Allemagne n'a pas non plus le stupide droit du travail anti-entreprise que nous avons. C'est la les seules raison pour lesquelles ce pays se porte bien : maturité, clairvoyance et travail pendant nous avons ces commentateurs et autes gauchistes qui se cachent derriere le verbiage melenchoniste pour cacher leur couardise a ne pas vouloir faire d'effort, tellement plus confortable 'accuser la societe, les actionnaires, les patrons, le complot mondial.



D'ailleurs le simple fait qu'on ne trouve pas en Allemagne ce type de commentaire a ras les paquerettes en dit long sur le fossé de competitivité et d'avenir qui se creuse entre la France et l'Allemagne.
Réponse de le 29/05/2017 à 16:23 :
@Steph: encore un bac+2 qui a séché les cours ! Si tu avais pris des cours d'histoire, notamment, et si ta famille s'était battue au lieu de collaborer, tu saurais de quoi je parle :-) "We shall never surrender !"
a écrit le 29/05/2017 à 13:35 :
elle qui a refuse voir traine des pieds
pour une armee europeenne
la voici avec vingt ans de retard apres avoir aspire toute l'ecconomie
de l'Europe la crise greque comme la sortie des anglais sont en grande partie de sa responsabilite de son intransigeance de son egoisme
combien de modification des regles de bruxelles a telle contourne
pour favorise son industrie au dépends des autres nations
voir le charbon et autre secteur poluant sans etre penalise
a écrit le 29/05/2017 à 13:15 :
Merkel va nous la jouer naïve ! c'est trop comique !
Le pangermanisme économique va trouver ses limites ? alléluia.
Réponse de le 30/05/2017 à 4:29 :
Je travaille bcp avec l'Allemagne, aussi avec la France.
Avec les allemands, zero pb. Jamais un laius.
On ne peut pas en dire autant des francais. Travail souvent bacle, a remettre a plus tard.
Votre refus d'evoluer, de vous adapter aux nouvelles technologies va vous couter
Cher.
Le monde peut tres bien se passer de la presence francaise deja bien mise a mal pour ne pas dire inexistante dans les affaires du monde.
Sortez un peu de votre hexagone. Frottez-vous a l'export, vous apprendrez a etre pragmatique.
a écrit le 29/05/2017 à 13:08 :
Le repli sur soi des états unis illustré par le G7 représente un manque à gagner en matière de développement économique orienté sur l'environnement.
La mondialisation de cette orientation ne séduira pas la cupidité des investisseurs qui favorise toujours les zones les moins contraignantes .
Sauf à convaincre ces acteurs de l'opportunité que peut représenter l’environnement en matière d'affaires rentables.
L'Europe ne doit pas attendre les États Unis pour investir sur le développement environnemental.
Cette situation est peut être, même, une opportunité d'en devenir le leader mondial en la matière.
Mais l’Europe sera-t- elle prête à jouer les investisseurs en libérant leurs contraintes budgétaires.
C'est à voir.
La Chine n'attendra pas.
a écrit le 29/05/2017 à 10:00 :
Compter sur les autres pourquoi ?
C'est surtout cela la question.
Jusqu'à présent, la RFA et Mme Merckel ont tenu une politique commerciale avec leurs partenaires, dont américains, d'un expansionnisme quasi impérialiste. La RFA est gagnante sur tous les tableaux et connaît une balance excédentaire sans précédent. Sa situation est très atypique et son industrie très éloignée de celle des autres. Nous savons tous aussi que l'écologie en RFA a de nombreuses décennies d'avance sur les autres pays.
Die Grünen ont été un mouvement très précoce, agissant, répandu et puissant. Ce mouvement très structuré ne ressemble en rien à ce que peut être le mouvement français dont les utopies ainsi que l'organisation et le fonctionnement brouillons empêcheront toujours leur percée tant qu'il se comportera comme un sale gosse. Les évolutions écologiques en RFA sont sans commune mesure avec celles de beaucoup d'autres pays.

Ainsi Mme Merckel voudrait que toute la planète rejoigne ses vues sur l'évolution des choses dans un monde qui ne modifie en rien l'équilibre que son pays a trouvé.
C'est d'ailleurs la même chose vis à vis des Etats membres de l'UE. Il faut en passer par les volontés allemandes.
Il y a très certainement beaucoup de choses censées dans ce qu'elle propose, mais je n'oublie pas les gros couacs qu'elle a provoqué dont le plus marquant qui était celui de l'accueil irraisonné des migrants qu'elle (ainsi que François III et Manuel Ier) voulait imposer à toute l'Europe. Ce qui peut également signifier qu'elle ne détient pas systématiquement la vérité de la parole divine.
C'est, entre parenthèse, le premier danger qui pourrait guetter tous les Etats membres de l'UE en cas de renforcement du modèle fédéraliste.

On peut dire tout ce que l'on veut de Donald Trump, il a parfaitement compris que la mondialisation et l'utra-libéralisme économique signifiait la perte de millions d'emplois industriels aux USA. Il a été élu pour limiter la casse. Il ne faut donc pas s'étonner qu'il soit très circonspect sur ce qui peut encore accentuer ces pertes.
Il faut surtout remarquer qu'il n'a pas opposé un non catégorique. Cela signifie qu'il reste ouvert au dialogue et à une voie médiane. Il ne faut donc pas désespérer d'autant plus qu'un grand nombre de grandes entreprises américaines ont pris toute la mesure des risques environnementaux encourus et sont prêtes à orienter les choses dans le bon sens.

Je crois donc que la réaction de Mme Merckel est plus dictée par du dépit et sa mésentente avec le Président américain que par la réalpolitik des blocs. Je crois que Mr Macron porte une vision plus fine et ajustée.
a écrit le 29/05/2017 à 9:36 :
Par delà les questions environnementales il y a en effet l’économie et la défense.
"America First" était le slogan de campagne de D.Trump et cela reste plus que jamais à son programme. Les USA restent et resteront notre allié, mais le dirigeant actuel a clairement confirmé ses priorités et ils s'inscrit d'autant plus dans un rapport de force économique que l'UE représente justement une puissance économique. On subit une pression du côté de Poutine, peut être pas économiquement, mais stratégiquement et militairement parlant c'est la 2e puissance militaire mondiale.

Cela confirme l’intérêt de continuer à bâtir une Union Européenne forte. Nous sommes condamnés à nous entendre et à collaborer pour surmonter les obstacles, dans ce contexte de concurrence économique mondiale, de conflits montants et de lutte contre le terrorisme.
Cette mise au point de la part de Trump devrait aussi inciter les "passagers clandestins" de l'Europe à clarifier leurs positions. A savoir, choisir entre la voie des coalitions et des collaborations à tendance plutôt démocrate et centriste, ou celle des nationalismes et des risques extrêmes. Je ne vois pas comment on peut bâtir une union avec des égoïstes ou des ultra-nationalistes, il faudra choisir.

Les forces en présence.
Malgré sa toute puissance retrouvée, cela incitera l'Allemagne à se montrer plus conciliante vis à vis des mauvais élèves de l'Europe et à travailler à un programme militaire commun. Elle est déjà 7e puissance militaire, juste après la France.
La Grande Bretagne aurait aussi tout intérêt à restée liée à l'UE, mais ils semblent pris dans une espèce de spirale et il faut leur laisser du temps pour se rendre compte de qui sont leurs vrais partenaires. Le pragmatisme devrait l'emporter.
Quand à la France, si on se renferme on a tout y perdre, avec la dette actuelle, face aux marchés on ne tiendrait pas longtemps.

Alors restons unis.
a écrit le 29/05/2017 à 8:45 :
Merkel qui parle de solidarité, c'est à mourir de rire ! Les Allemands ont profité du parapluie américain pour devenir une puissance mondiale et jusqu'à présent, ils n'ont fait que montrer qu'ils voulaient absorber les autres économiquement puisque cela n'avait pas réussi militairement :-)
a écrit le 29/05/2017 à 8:39 :
Il est temps que l Europe se prenne en main !!toujours compter sur les USA pour financer ceci ou cela c est fini avec Trump et il a bien raison !!!Je comprends que ceci agace et gêne les Allemands qui enfin vont devoir mettre la main à la poche
a écrit le 29/05/2017 à 8:31 :
Le point commun entre TRUMP et POUTINE c'est dézinguer l'Europe ainsi que l'euro !
a écrit le 29/05/2017 à 7:23 :
Globalement le monde se verrouille de tous les cotés ... rien de bon !
a écrit le 28/05/2017 à 20:57 :
Et oui, les allemands vont devoir payer pour leur defense et n'ont plus seulement d'engranger les contrats economiques
a écrit le 28/05/2017 à 20:49 :
Les américains ne demandent que ça : que l'Europe se prenne en charge, notamment en matière de défense. Ca risque de nous coûter très cher et je ne suis pas sûr que des pays comme la Pologne, la Hongrie ou la Grande Bretagne soient prêts à suivre Merkel Entre les USA et Bruxelles, je pense que leur cœur penche pour les USA!
Réponse de le 31/05/2017 à 11:08 :
Les polonais et les hongrois sont lucides, et leur seul chance de résister à l'ogre russe c'est de s'appuyer sur une europe forte.
Ils savent très bien qu'ils ne peuvent pas compter sur les USA - souvenez de le Georgie, abandonnée par les USA avec pourtant un gouvernement moins "America First" qu'aujourd'hu.
Réponse de le 31/05/2017 à 12:38 :
@danusse: n'importe quoi ! 1) Les Américains ont installé des missiles en Pologne soit disant pour arrêtrer d'éventuels missiles iraniens, mais personne n'est dupe, c'est contre la Russie. 2) La Pologne se sert de l'UE à des fins revanchardes vis-à-vis de la Russie, notammnet l'accroissement des sanctions. 3) Le conflit en Géorgie découle de l'invasion géorgienne de ses voisins :-)
a écrit le 28/05/2017 à 20:48 :
Elle ne manque pas d'air !
Elle dirige une Allemagne parfaitement égoïste, qui accumule des excédents commerciaux monstrueux, sur le dos de ses voisins et "amis", par des moyens douteux (voir VW et le contrat sans adjudication des sous-marins). Une Allemagne impitoyable avec la Grèce, exigeant sa dette jusqu'au dernier drachme, alors que l'Allemagne n'a JAMAIS payé ses dettes (ni envers la France en 1918 et en 1945, ni envers la Grèce).
Angela n'a aucune leçon à donner, mais beaucoup à en recevoir.
Réponse de le 29/05/2017 à 10:24 :
On peut penser que ce discours est à destination principalement interne.

Mme Merkel prépare psychologiquement ses électeurs en leur disant ce que nous et même les américains leur répétons plus ou moins publiquement depuis des années.

Ensuite, au delà des mots rassurants auxquels les allemands nous ont habitués, il faudra voir s'ils sont enfin suivis de gestes, tous douloureux pour les allemands car actant la fin de leur confortable situation actuelle.
a écrit le 28/05/2017 à 20:16 :
M. Trump est une chance pour avoir enfin une Europe digne de sa puissance mais aussi une Europe qui met fin à sa mollesse qui met fin à tout attendre des US pour sa défense mais aussi et SURTOUT enfin une Europe qui aura une puissance diplomatique pas forcément calquée au millimètre à celle des américains. M. Obama a su endormir l'Europe M. Trump pourrait enfin la réveiller. Pour cela nous devons avoir nos propres actions comme par exemple envers la Russie, la Chine mais également l'Iran car la visite de M. Trump en Arabie dans le contexte actuel laisse peu de chance à des relations européennes indépendantes avec l'Iran. Nous devons également combattre les américains sur leur imposition de sanctionner les états ou entreprises qui veulent commercer avec des pays boycottés par les US. J'ai toujours en travers de la gorge l'affaire de PSA/Chrysler en Iran mais aussi l'amende infligée à la BNP. Un bras de fer est indispensable avec les US nous avons trop laissé ce pays nous dicter ses règles internationales. Les US ne sont pas un ennemi mais un partenaire pas un ami qui nous veut du bien, fini l'ami les années 40/45. Les politiques européens seront ils à la hauteur ou toujours couards????
Réponse de le 29/05/2017 à 0:32 :
@une chance - Le problème, ce n'est pas les USA. Le problème, c'est la Pologne, la Hongrie, les Pays-Bas, la Suède...
Réponse de le 29/05/2017 à 8:28 :
En phase 5 sur 5. Les déclarations de Merkel sont très encourageantes et effectivement l'attitude de Trump, un bon catalyseur.
A l'épreuve, le choix de la Pologne ne fera guère de doutes s'il y a une locomotive européenne.
Réponse de le 29/05/2017 à 13:24 :
Il NE peut PAS y avoir une armée européenne : nous sommes tous soumis à l'otan.
a écrit le 28/05/2017 à 19:47 :
Enfin ... il était temps.
Je propose que nous ayons une défense européenne en sus de l'OTAN, que nous ayons un programme spatial ambitieux qui nous envoie d'ici 2025 sur la lune y construire une base puis en 2035 sur Mars pour une exploration humaine, que nous mettions en place un grand réseau énergétique européen basé sur les énergies renouvelables et durables et enfin que nous interdisions l'acquisition des fleurons européens à 100% par des compagnies étrangères qui ne devraient pas pouvoir monter à plus de 49% au capital de nos entreprises et dans tous les cas que les nation étrangères n'aient jamais le contrôle de nos entreprises.
En dernier lieu un grand chantier de sécurisation des infrastructures informatiques européennes devrait être lancé sans délai pour éliminer l'espionnage militaire et industriel qui nous coûte tant de contrat malgré notre R&D reconnue dans le monde entier.
En dernier lieu de grande compagnie d'ordinateurs et de smartphone devraient renaître en Europe pour éviter de se faire refourguer des équipements contenants déjà des logiciels d'espionnage par les Chinois et les Américains.
Nous devrions également devenir la première puissance mondiale concernant les DataCenters et le cloud, il est plus que temps que nous ne dépendions plus des infrastructures informatiques non européennes.
Bref de nombreux chantiers à attaquer immédiatement avec nos partenaires afin de consommer européen, de sécuriser l'Europe et de mener une politique qui serve nos intérêts tout autant que ceux de nos partenaires fiables.
Réponse de le 29/05/2017 à 8:35 :
Voilà une bonne définition du patriotisme et du protectionnisme sans nul besoin de le désigner d' "intelligent" puisqu'il s'agit seulement de nos intérêts en tant que citoyens français :)
a écrit le 28/05/2017 à 19:29 :
En effet l'UE voit bien qu'elle ne peut plus compter sur l’Allemagne et franchement à quoi sert une union européenne si les uns ne sont pas solidaires avec les autres ?

Alors il est évident que les prêtres néolibéraux vont faire dire à cette déclaration tout et n'importe quoi alors que cette déclaration de merkel est l'aveu d'une faille béante et qu'elle est devrait avant tout être interprétée comme la fin de l'union européenne future.

A quoi cela sert que les peuples européens souffrent encore alors que l’Allemagne, du moins ses dirigeants, ne croient plus dans le concept européens ?

A engraisser les actionnaires milliardaires, donneurs de gros chèques aux politiciens, bien entendu.
Réponse de le 31/05/2017 à 11:06 :
Mais que racontez vous ?
L'Allemagne est largement solidaire des autres, c'est le plus gros contributeur net au budget de l'UE. On peut toujours demander d'avantage, mais il ne faut pas non plus les prendre pour des pigeons. Vous avez peut être remarque que c'est l'Allemagne qui a fait un effort d'accueil des réfugiés syriens, ce qui a enlevé une grosse épine du pied de nombreux pays européens.
L'Allemagne croit en l'Europe, même si il y a des désaccords entre les pays sur des règles internes, le concept n'est pas remis en cause.
Enfin, l'Allemagne n'a pas d'actionnaires milliardaires, en tout cas dans des proportions nettement plus faible que les USA/UK.
VOus délirez complètement
Réponse de le 31/05/2017 à 11:30 :
"Vous avez peut être remarque que c'est l'Allemagne qui a fait un effort d'accueil des réfugiés syriens"

Parce que leur déficit démographique est catastrophique et que le pays est ultra vieillissant ils n'avaient pas d'autres choix, donc cela n'a rien à voir avec de la solidarité cela à seulement avoir avec leurs intérêts, ils font donc tout par intérêt.

"L'Allemagne croit en l'Europe"

Non l'allemagne profite de l'europe:"L'Allemagne gênée par son excédent commercial" https://www.lesechos.fr/09/02/2017/lesechos.fr/0211787598128_l-allemagne-genee-par-son-excedent-commercial.htm

"Enfin, l'Allemagne n'a pas d'actionnaires milliardaires, en tout cas dans des proportions nettement plus faible que les USA/UK"

Dans la même phrase vous dites un truc et juste après son contraire mais pas étonnant de la part d'un prêcheur néolibéral.

Amen mon père, merci pour la messe mais je suis athée.
a écrit le 28/05/2017 à 19:13 :
C'est vrai, Les Grecs ont tellement pu compter sur l'Allemagne... Et François HOLLANDE a tellement obtenu de l'Allemagne, du temps où l'un de ses conseillers s'appelait Macron...
Réponse de le 29/05/2017 à 13:34 :
Oui, les Grecs ont pu compter sur l'Allemagne qui est le premier pays preteur dont 100 milliards sur 170 sont à 0% pendant 50 ans, c'est une faveur et rien d'autre ! En contrepartie, il a ete demandé aux Grecs de revenir à l'equilibre, effectivement c'est intolerable !

Commentaire immature.
a écrit le 28/05/2017 à 19:09 :
"L'époque où nous pouvions entièrement compter les uns sur les autres est quasiment révolue.". Ca doit lui faire plaisir, en tant que femme de droite...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :