Obama nomme une afro-américaine à la justice en pleines tensions interraciales

 |   |  538  mots
Nommée en novembre par Barack Obama, Loretta Lynch aura attendu l'approbation de sa nomination par le Sénat américain plus longtemps que ses sept derniers prédécesseurs réunis.
Nommée en novembre par Barack Obama, Loretta Lynch aura attendu l'approbation de sa nomination par le Sénat américain plus longtemps que ses sept derniers prédécesseurs réunis. (Crédits : © Kevin Lamarque / Reuters)
Loretta Lynch, procureure fédérale du district Est de New York, a été nommée jeudi Attorney General, malgré l'opposition des républicains. Elle commencera à exercer lundi.

En tant que femme, elle a bien une -seule- prédécesseure: Janet Reno, nommée Attorney General en 1993 par Bill Clinton. Et en tant que Noire, elle arrive également deuxième, après Eric Holder, procureur général des Etats-Unis depuis 2009, à qui elle succède. Mais Loretta Lynch est la première ministre de la Justice des Etats-Unis à cumuler ces deux qualités: la première femme noire à occuper le poste.

Choisie par Barack Obama en novembre, elle a obtenu la confirmation de sa nomination -requise par la loi américaine pour les membres du cabinet présidentiel- par le Sénat jeudi 23 avril, par 56 voix contre 43, après une bataille de plus de cinq mois entre la majorité républicaine et la minorité démocrate. Elle était depuis 2010 procureure fédérale du district Est de New York.

Procureure depuis 1990

Née en 1959 dans la Caroline du Nord d'une bibliothécaire et d'un pasteur de l'Eglise baptiste, Loretta Lynch obtient son premier diplôme d'études supérieure à Harvard en 1981 puis, dans la même prestigieuse université, son doctorat en droit en 1984.

Elle rejoint le parquet fédéral en 1990, où elle traitera tout au long de sa carrière d'importantes affaires de corruption, de crime organisé voire de terrorisme. Elle quitte néanmoins les fonctions judiciaires entre 2001 et 2010 -durant la présidence de George Bush- pour rejoindre le cabinet d'avocats Hogan & Hartson. Entre 2002 et 2007, elle travaille également comme conseillère spéciale du procureur du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Attendue sur les dossiers des droits civiques

Loretta Lynch obtient le poste de ministre de la Justice quelques mois après les vives protestations contre les violences de la police, accusée de racisme, qui ont secoué les Etats-Unis en décembre 2014. Elle jouera un rôle essentiel dans la définition de la position de l'Etat dans les dossiers très sensibles des droits civiques. Le sénateur démocrate Patrick Leahy a ainsi résumé l'espoir qu'elle suscite:

"Comme Attorney General, je suis sûr qu'elle puisera dans son enfance et la lutte de ses grands-parents et arrière-grands-parents pour répondre aux manifestations actuelles contre la perte de trop de jeunes vies humaines dans nos rues".

Barack Obama l'attend notamment sur le dossier prioritaire de la réforme du système pénal, a-t-il souligné.

 "Capable de dire au président"?

Mais vis-à-vis de l'opinion publique Loretta Lynch devra également démontrer le non fondé des inquiétudes des républicains. Ceux-ci craignent que sa nomination n'entérine la tournure politique qu'Obama aurait donné à la justice américaine par la décision, en novembre, de régulariser provisoirement des millions de sans-papiers -et que Loretta Lynch avait approuvée. Marco Rubio, candidat républicain à la présidentielle, a ainsi publiquement partagé sa préoccupation:

Loretta "Lynch n'a pas montré que, si elle était confirmée, elle serait capable de dire au président qu'il y a des choses qu'il n'a tout simplement pas le pouvoir constitutionnel de faire.

Celle qui selon la sénatrice démocrate Dianne Feinstein a toutefois la capacité de combiner "l'acier et le velours" pourra commencer à faire ses preuves dès lundi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2015 à 0:03 :
Il semblerait donc que cette femme noire soit attendue sur les problèmes civiques. Soit. Bien que la présentation de la chose soit pour le moins surprenante, puisque justifiant en somme une justice dépendante de son ministre, nom pas au sens de ses qualités, mais de son sexe et de sa race... Etonnant. Tout aussi étonnant, le fait que cette procureur spécialiste de WS n'en fasse pas une priorité. Ni que les libertés semble se résumer à en croire l'article aux droits civiques. Là encore, c'est pour le moins dérangeant. Quand je lis les Bravo Obama pour cette nomination, je ne peux que me dire que le précédent ministre de la Justice est noir et que la situation concernant les droits civiques s'est bien détériorée sous son mandat.
a écrit le 25/04/2015 à 16:11 :
tres bonne initiative,bravo Mr OBAMA
Réponse de le 26/04/2015 à 9:28 :
déjà avant cette article vous ne saviez même pas qui elle était. Normalement on nomme quelqu'un en fonction de ses compétences, je ne porte pas de jugement sur ce dossier car pour moi c'est une illustre inconnue. Mais vous vous savez déjà que c'est une bonne initiative. Votre boule de cristal donne t'elle les chiffres du loto dans ce cas ça m'intéresse.
a écrit le 24/04/2015 à 20:15 :
Afro-américain, mais qui a inventé ce mot ?
a écrit le 24/04/2015 à 19:49 :
Ils font de plus en plus dans la façade, les cowboys...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :