Omicron : l'OMS se veut rassurante sur le danger du variant et optimiste sur l'efficacité des vaccins

Selon des premières analyses de l'Organisation mondiale de la santé et des déclarations de la présidence américaine, corroborées par un centre de recherche sud-africain, le variant Omicron ne semble pas plus dangereux que le Delta. Certains vaccins perdraient en efficacité mais il "est fort improbable que le variant puisse échapper totalement à la protection conférée par les vaccins", explique l'OMS.

4 mn

Ces nouvelles déclarations - plus rassurantes - font suite à des premiers discours qui se voulaient plutôt alarmants.
Ces nouvelles déclarations - plus rassurantes - font suite à des premiers discours qui se voulaient plutôt alarmants. (Crédits : STEPHANE MAHE)

Alors que les mesures de restrictions sanitaires se multiplient - comme en France qui ferme pour quatre semaines ses boîtes de nuit - et que les marchés financiers retiennent leur souffle depuis une bonne semaine, l'Organisation mondiale de la santé apporte une lueur d'espoir. Selon l'institution basée à Genève, les vaccins anti-Covid sont a priori efficaces contre Omicron, qui ne semble pas plus dangereux que Delta, le variant qui circule le plus dans le monde, ont déclaré à l'AFP de hauts scientifiques de l'OMS. Des propos tenus également par des représentants américains de la Maison Blanche.

Plus d'anticorps moins de contagion

"Il n'y a aucune raison de douter" du fait que les vaccins actuels protègent les malades contaminés par Omicron contre les formes sévères du Covid-19, a estimé mardi soir Michael Ryan, le responsable des urgences de l'OMS, dans un rare entretien avec l'AFP. "Nous avons des vaccins très efficaces qui ont démontré leur pouvoir contre tous les variants jusqu'à présent, en termes de sévérité de la maladie et d'hospitalisation, et il n'y aucune raison de penser que cela ne serait pas le cas", avec Omicron.

Il a toutefois reconnu que les vaccins pourraient se révéler moins efficaces contre Omicron, qui se distingue par un nombre très élevé de mutations. Mais "il est fort improbable" que le variant puisse échapper totalement à la protection conférée par les vaccins.

Cette analyse semble confortée par une étude menée par l'Africa Health Research Institute. Selon ce centre de recherche, le vaccin développé par Pfizer et BioNTech ne protégerait que partiellement contre le variant Omicron du coronavirus. Toutefois, l'organisme se veut rassurant et estime que les personnes ayant reçu deux doses du vaccin de Pfizer ou ayant déjà contracté le covid-19 étaient en grande partie capables de neutraliser le nouveau variant. "Ces résultats sont meilleurs qu'anticipé. Plus vous avez d'anticorps, plus vous avez de chances d'être protégé contre Omicron", a ajouté Alex Sigal, chercheur au sein de cet institut sud-africain. Les scientifiques n'ont toutefois pas encore réalisé de test sur une population ayant reçu une dose de rappel.

Des recherches encore préliminaires

Du côté de l'OMS, le responsable de l'organisation internationale a souligné que l'on en était au tout début des études d'un variant détecté seulement le 24 novembre par les autorités sud-africaines et qui a depuis été repéré dans des dizaines de pays.

"Le comportement général que nous observons jusqu'à présent ne montre aucune augmentation de la sévérité. De fait, certains endroits en Afrique australe font état de symptômes plus légers", a insisté le médecin, à l'instar de ce qu'avait dit un peu plus tôt Anthony Fauci, conseiller de la Maison Blanche.

Il est "quasiment certain" qu'Omicron ne cause pas de cas plus graves que Delta, a déclaré mardi à l'AFP le scientifique américain, ajoutant qu'il faudrait attendre "deux semaines au moins" pour savoir s'il se révèle même moins dangereux. "Il y a quelques signes montrant qu'il se pourrait même qu'il soit encore moins grave", a-t-il ajouté. Toutefois, Omicron est "clairement hautement transmissible", probablement davantage que Delta, selon le Dr Fauci.

Un discours un peu moins alarmiste

Ces nouvelles déclarations - plus rassurantes - font suite à des premiers discours qui se voulaient plutôt alarmants. Fin novembre, au moment de l'arrivée en Europe de ce nouveau variant détecté initialement en Afrique du Sud, l'agence de santé de l'UE avait notifié qu'il représentait un risque « élevé à très élevé » pour le Vieux Continent alors que le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) soulignait qu'il existait toujours « une incertitude considérable concernant la contagiosité, l'efficacité des vaccins [ou] le risque de réinfection ».

Sur le front économique, cette cinquième vague portée par le variant Delta et les incertitudes liées au variant Omicron ne perturbent pas, pour le moment, la reprise économique. Les entreprises françaises anticipent une hausse de leur activité au mois de décembre selon la dernière enquête menée par la Banque de France juste après l'apparition du variant Omicron. Dans ce contexte sanitaire dégradé, l'institution table sur une hausse de la croissance au mois de décembre sous réserve de l'évolution de la pandémie. Le produit intérieur brut serait en hausse de 0,75 point par rapport à son niveau d'avant-crise. La croissance devrait tutoyer les 6,5% en 2021.

(Avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 09/12/2021 à 9:25
Signaler
Covid-19: le président du Conseil scientifique juge "possible que nous ayons besoin à un moment donné d'une 4e dose" .Ah ,ah

à écrit le 08/12/2021 à 16:42
Signaler
L'OMS c'est un peu comme la queue du chien....

à écrit le 08/12/2021 à 11:29
Signaler
Un virus non dangereux protégé par un vaccin non efficace, ils nous prennent vraiment pour des débiles. Ah ça y est je viens juste moi aussi de créer un vaccin efficace contre un virus non agressif, je peux devenir milliardaire moi aussi svp ? Je peu...

le 08/12/2021 à 13:30
Signaler
Et on ajoute a tout ça un passe sanitaire autorisant les vaccinés contaminé a distribuer le virus... Que voulez vous c'est le en même temps de Macron, il impose pas le vaccin mais il l'impose a tous...

le 08/12/2021 à 13:39
Signaler
Non c'est pas Macron c'est au dessus de lui puisque la folie est mondiale. D'ailleurs on parle de l'OMS ici. Faut arrêter de reprocher aux marteaux de tordre les clous, avançons.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.