Panama papers : le président panaméen promet de collaborer pleinement avec l'OCDE

Juan Carlos Varela a annoncé que son pays allait engager une collaboration avec l'OCDE en matière d'informations fiscales. Le président panaméen veut échapper à l'inscription sur la liste noire des paradis fiscaux qui menace son pays après l'affaire dite des "Panama Papers".
Le président Varela veut restaurer l'image du Panama après le scandale dit des Panama Papers.
Le président Varela veut restaurer l'image du Panama après le scandale dit des "Panama Papers". (Crédits : reuters.com)

Le président panaméen, Juan Carlos Varela, en visite au Japon, s'est engagé à coopérer avec l'OCDE après les soupçons de fraudes fiscales révélés par l'enquête des "Panama Papers", selon l'agence de presse japonaise Kyodo News.

Le président Varela a déclaré dans une interview à Kyodo News, lundi, que le Panama avait "décidé de participer aux normes communes de déclaration", se référant au système d'échanges d'informations des autorités fiscales avec l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Echapper à l'inscription sur la liste noire des paradis fiscaux

Le Panama cherche à échapper aux accusations de paradis fiscal soutenant des opérations de blanchiment d'argent après les soupçons de fraudes fiscales révélés par l'enquête des "Panama Papers".

Ces révélations, suite à la fuite de millions de documents du cabinet d'avocats Mossack Fonseca, couvrant 40 ans d'activité, ont déjà entraîné la chute du Premier ministre islandais et du ministre espagnol de l'Industrie.

"Une équipe technique de l'OCDE doit se rendre cette semaine au Panama afin de trouver un accord", a déclaré Varela, qui a prévu de rencontrer le Premier ministre, Shinzo Abe, durant son voyage au Japon.

Plusieurs pays, dont la France ont annoncé qu'ils réinscrivaient le Panama dans leur liste noire des paradis fiscaux.

L'OCDE déjà sollicitée par le Panama

Le secrétaire général de l'OCDE, José Angel Gurria, a déclaré la semaine dernière que la vice-présidente de cet Etat d'Amérique centrale, Isabel De Saint Malo, l'avait appelé pour exprimer sa volonté de coopérer avec son organisation.

La vice-présidente panaméenne, également ministre des Affaires étrangères, a déclaré à l'AFP plus tôt ce mois que son pays allait approfondir les discussions avec l'OCDE sur l'échange d'informations fiscales.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 18/04/2016 à 18:22
Signaler
Qu'il envoie tous les fichiers comptes noms des sociétés et des truands Apres on verra si ca parole vaut le coup

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.