Pékin arrête la politique de l'enfant unique, l'industrie du lait se frotte les mains

 |   |  380  mots
L'annonce de Pékin a satisfait les actionnaires de Danone. L'action du groupe prenait 1,82% à 12h32.
L'annonce de Pékin a satisfait les actionnaires de Danone. L'action du groupe prenait 1,82% à 12h32. (Crédits : © Kim Kyung Hoon / Reuters)
Les couples chinois pourront avoir un deuxième enfant, a annoncé Pékin. Cela pourrait donner un nouveau souffle au marché du lait infantile, qui profitera notamment à des entreprises agroalimentaires comme Danone, dépendantes du marché chinois.

Une décision historique. La fin de la politique de l'enfant unique a été actée par Pékin, une règle en vigueur depuis la fin des années 1970. Le Parti communiste chinois a annoncé officiellement jeudi 29 octobre que tous les couples chinois pourront avoir deux enfants, selon un communiqué du Parti communiste rapporté par l'agence Chine nouvelle. L'objectif: corriger l'inquiétant déséquilibre hommes-femmes (116 hommes pour 100 femmes) et enrayer le vieillissement de la population: pour la première fois en 2012, la population en âge de travailler a baissé en Chine.

La décision a été prise lors du 5e plénum du comité central du PC chinois, qui s'est conclu jeudi, selon l'agence officielle, après quatre jours de travaux consacrés à l'adoption du 13e plan quinquennal (2016-2020).

L'action Danone grimpe

Cette annonce a satisfait les actionnaires des industries présentes dans le secteur du lait infantile en Chine. Nestlé, en recul en début de séance, prenait plus de 1% à 11h24.

L'action de Danone prenait 1,82% à 12h32. "Danone monte après les annonces selon lesquelles la Chine permet à tous les couples d'avoir deux enfants", a commenté un trader en poste à Paris, rapporte Reuters. Le marché chinois est particulièrement important pour le groupe français.

La division Nutrition infantile de Danone a vu ses ventes augmenter de 12,3% (10,9% en données comparables) à 1,2 milliard d'euros au troisième trimestre, avec un retour à la croissance sur le marché chinois. La performance du marché chinois "continue à être soutenue par le succès des marques internationales" de lait pour bébés, explique Danone. Le groupe assure être revenu à une part de marché de 15%.

Danone revient de loin. Pour rappel, la coopérative néo-zélandaise Fonterra, un des fournisseurs de Danone , avait lancé en 2013 une fausse alerte au botulisme sur certains produits vendus en Asie. Cela avait eu pour effet de dégrader le marché des laits pour bébés en Chine. Danone en avait particulièrement souffert et peinait à remonter la pente.

Le retour d'une croissance à deux chiffres ?

En février, le cabine Advancy estimait que le marché chinois du lait infantile devrait progresser de 7% par an, loin des "des croissances de 18 % qu'on a connues".

Mais la fin de la politique de l'enfant unique pourrait bien changer la donne...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2015 à 8:54 :
La question est de savoir comment nous allons nourrir tous ses enfants? Et ensuite comment nous nourrirons le milliards d'homme qu'il y aura en plus.... Mais le plus drôle s'est de savoir que vas faire le partis communiste de ses 500 000 jeunes homme dans 20 ou 30 ans.... Les tentions sur les matière premières serons encore plus importante, cela ne pressage rien de bon....
a écrit le 30/10/2015 à 11:15 :
C EST UNE BONNE CHOSSE POUR QU IL Y EST EGALITE DES SEXES DANS CE PAYS ?MAIS DANS 20 ANS I Y AURAS T ILS ENCORE AUTANT DE TRAVAIL EN CHINE CAR DAUTRES PAYS VONT DEVENIR MOINS CHERS QUE LA MAIN D OEUVRE CHINOISE???
a écrit le 30/10/2015 à 7:59 :
Quelques données à rappeler:
- on estime à 400 millions le nombre de naissances évitées par la politique de l'enfant unique;
- à l'école, en 1975, j'apprenais que la population de l'Afrique était de 400 M hab; le milliard est dépassé depuis 2010 et plus de 4 attendus avant 2100;
- on nous a présenté les printemps arabes comme des souffles de liberté; en fait ils trouvent généralement leur origine dans une crise des prix alimentaires, dans des pays qui ont probablement définitivement perdu leur autonomie dans ce domaine;
- on peut en déduire que le problème des migrants n'a en fait pas encore commencé...
a écrit le 29/10/2015 à 15:23 :
la majorité des couples chinois ne veulent pas avoir plus d'un enfant car cela revient cher. c'est la même chose dans les pays asiatiques développés (Corée Sud, Taiwan, Singapour, HK...). en France, on a de la chance (trop ?).
Réponse de le 30/10/2015 à 1:16 :
Tout à fait d'accord avec vous ! Les nouveaux couples de la classe moyenne ne veulent plus qu'un enfant (et parfois aucun). Le taux de natalité des pays avoisinant n'est que de 1.1 ou 1.2 enfants par femme.
Quelques minorités pauvres vont en avoir plus mais en globalité ça va rester proche de 1.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :