PIB : la Chine dit vouloir s'attaquer aux statistiques falsifiées

 |   |  371  mots
La Chine vise une croissance autour de 6,5% en 2017 - en léger retrait par rapport à son rythme de 2016, de 6,7%.
La Chine vise une croissance autour de 6,5% en 2017 - en léger retrait par rapport à son rythme de 2016, de 6,7%. (Crédits : FABRIZIO BENSCH)
Régulièrement critiqué pour la fiabilité de ses indicateurs, Pékin promet de lutter contre les statistiques falsifiées en confiant à un organisme national la publication de l'ensemble des chiffres du PIB en 2019.

La Chine veut s'attaquer à un de ses vieux serpents de mer : ses statistiques de croissance falsifiées. A partir de 2019, l'agence nationale chinoise des statistiques publiera elle-même les chiffres du PIB - nationaux comme régionaux, a annoncé son vice-directeur Li Xiaochao dans une interview publiée lundi, alors que des doutes récurrents sur la fiabilité des indicateurs de Pékin circulent.

Des experts en Chine et à l'étranger s'interrogent régulièrement sur la fiabilité des indicateurs officiels -à teneur hautement politique- et soupçonnent des manipulations en cascade au niveau local pour faire apparaître la situation économique sous un jour meilleur. Et pour cause : depuis plusieurs années, la croissance globale du PIB chinois, calculée par le Bureau national des statistiques (BNS), est nettement inférieure au total des données fournies par chaque province et région. Cette année, la deuxième économie mondiale vise une croissance autour de 6,5% - en léger retrait par rapport à son rythme de 2016, établi à 6,7%... le plus faible en 26 ans !

Redonner de la "crédibilité" aux statistiques

"L'écart entre le total des PIB régionaux et le PIB national n'est pas négligeable", a déclaré Li Xiaochao, un commentaire aux allures d'euphémisme. Selon lui, le problème complique l'identification des grandes tendances régionales et la mise en place de contrôles adaptés au niveau macroéconomique. "Cela nuit également à la crédibilité des statistiques gouvernementales", a-t-il martelé.

La carrière des responsables politiques en Chine a longtemps dépendu principalement des performances économiques de leur région. Une règle qui les a poussés à embellir les statistiques pour maximiser leurs chances d'avancement professionnel. En janvier dernier, le gouverneur de la province du Liaoning (nord-est) a reconnu que les chiffres locaux de la croissance économique avaient été falsifiés de 2011 à 2014Selon une enquête de la cour des comptes, un district avait même fait état en 2013 de revenus gouvernementaux dépassant la réalité de 127% ! L'actuel Premier ministre Li Keqiang avait d'ailleurs reconnu, en 2007, alors qu'il dirigeait la même province, que les chiffres du PIB étaient "fabriqués artisanalement", selon un mémo diplomatique révélé par Wikileaks.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :