Chine : la croissance ralentit légèrement, franche accélération de la production industrielle

 |   |  554  mots
Si les efforts gouvernementaux pour endiguer la spéculation immobilière et accélérer le désendettement sont susceptibles d'avoir affecté la croissance de la deuxième économie mondiale, l'activité a été soutenue par une progression meilleure que prévue du commerce et des prêts bancaires.
Si les efforts gouvernementaux pour endiguer la spéculation immobilière et accélérer le désendettement sont susceptibles d'avoir affecté la croissance de la deuxième économie mondiale, l'activité a été soutenue par une progression meilleure que prévue du commerce et des prêts bancaires. (Crédits : Thomas White)
La croissance chinoise a, comme attendu, ralenti légèrement au troisième trimestre, mais témoigne toujours d'une performance économique robuste. Pékin vise une croissance autour de 6,5% en 2017, en léger retrait par rapport à son rythme de 2016, de 6,7%, le plus faible en 26 ans.

L'économie chinoise a progressé de 6,8% au troisième trimestre en rythme annuel, montrent les statistiques officielles publiées jeudi, une croissance en ligne avec les attentes, en léger recul par rapport au précédent trimestre, selon un chiffre publié jeudi en plein congrès quinquennal du Parti communiste au pouvoir, accompagné d'une salve d'indicateurs encourageants pour septembre.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient une expansion de 6,8% du produit intérieur brut (PIB) chinois sur la période juillet-septembre, après une croissance annuelle de 6,9% au deuxième trimestre. Le chiffre, exactement conforme à la prévision médiane de 14 analystes sondés par l'AFP, reflète le refroidissement du secteur immobilier, visé par des restrictions de plus en plus drastiques; ainsi que l'essoufflement de la production industrielle durant l'été, à mesure que fermaient des capacités excédentaires.

Si les efforts gouvernementaux pour endiguer la spéculation immobilière et accélérer le désendettement sont susceptibles d'avoir affecté la croissance de la deuxième économie mondiale, l'activité a été soutenue par une progression meilleure que prévue du commerce et des prêts bancaires. Pékin vise une croissance autour de 6,5% en 2017, en léger retrait par rapport à son rythme de 2016, de 6,7%, le plus faible en 26 ans.  En rythme trimestriel, le PIB chinois a progressé de 1,7%, contre 1,8% au deuxième trimestre (révisé en hausse depuis 1,7%)

 Vers une croissance "axée sur la qualité" et "l'innovation"

Lors d'un discours-fleuve mercredi, Xi Jinping a vanté la transition d'une "croissance rapide" à un développement économique "axé sur la qualité", tiré par "l'innovation" et plus respectueux de l'environnement, mais assez robuste pour favoriser la réduction d'inégalités sociales criantes.

| Lire Pollution : la Chine bloque la construction de grands projets industriels

Selon le BNS, la production industrielle a progressé le mois dernier de 6,6% sur un an: c'est mieux qu'attendu par les experts sondés par Bloomberg Newswires (+6,5%) et ceux sondés par Reuters (+6,2%), et une franche accélération après l'essoufflement d'août (+6%) et de juillet.  Et ce alors même que se poursuivent de drastiques réductions de capacités excédentaires dans l'industrie lourde, ciblant particulièrement des groupes étatiques sidérurgiques ou miniers, en vue notamment de réduire la pollution atmosphérique dans le nord-est du pays durant l'hiver.

Même regain de vigueur pour les ventes de détail, le baromètre de la consommation des ménages: elles ont gonflé en septembre de 10,3% sur un an, plus qu'anticipé par le marché (10,2%), et croissent à un rythme plus rapide après deux mois de ralentissement.

Nette décélération des investissement

En revanche, les investissements en capital fixe, jauge des dépenses dans les infrastructures et l'immobilier, ont gonflé de 7,5% sur un an sur la période janvier-septembre, moins qu'escompté par les experts (+7,7%), soit une décélération très nette.

La croissance de l'investissement privé, qui représente environ 60% du total de l'investissement en Chine, a ralenti et s'inscrit à 6,0% en janvier-septembre, contre 6,4% sur les huit premiers mois de l'année, d'après le Bureau national de la statistique. Les grandes métropoles continuent en effet de restreindre les conditions d'achat et de vente des logements pour endiguer spéculation et flambée des prix, largement alimentées à crédit.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2017 à 9:51 :
" Vers une croissance "axée sur la qualité" et "l'innovation""

Dixit un pays dans lequel 2 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution. Prière de nettoyer devant sa porte svp.
Réponse de le 20/10/2017 à 20:59 :
la pollution de la Chine est venue de l'Europe, le vente aux alentour de 45e parallèle souffle toujours vers l'est, toutes les pollutions de l'Europe sont parties en Chine, on peut voir pourquoi il n'y a pas de pollution dans le sud de la Chine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :