Chine : Xi Jinping a désormais le même statut que Mao Zedong

 |   |  350  mots
Le président chinois Xi Jinping vient d'inscrire son nom dans la Constitution, comme Mao Zedong avant lui.
Le président chinois Xi Jinping vient d'inscrire son nom dans la Constitution, comme Mao Zedong avant lui. (Crédits : Reuters/Tyrone Siu)
Pour renforcer son autorité, le président chinois a réussi à inscrire son nom dans la charte du Parti communiste chinois. Xi Jinping devient ainsi le premier dirigeant en fonction à bénéficier de cet honneur depuis Mao Zedong.

Aussi puissant que Mao Zedong. Le président chinois Xi Jinping a réussi inscrire son nom dans la charte du Parti communiste chinois (PCC) à l'issue du 19e Congrès, qui se clôture aujourd'hui. L'homme fort du pays devient ainsi le premier dirigeant à bénéficier de cet honneur alors qu'il est encore en fonction. Ce n'était pas arrivé depuis le règne de Mao Zedong, fondateur de la République populaire de Chine, au pouvoir entre 1949 et 1976. Le dernier leader chinois à avoir vu son nom inscrit dans la constitution du PCC est Deng Xiaoping (au pouvoir entre 1978 et 1992), mais seulement après sa mort en 1997.

L'intérêt ? Accroître considérablement sa légitimité et son pouvoir sur les quelque 80 millions de membres du PCC. L'amendement adopté ce mardi évoque la "Pensée de Xi Jinping sur le socialisme avec les caractéristiques chinoises pour une Nouvelle ère", posée comme l'un des principes directeurs du parti pour le second - et supposé - dernier quinquennat de celui que les Chinois surnomment "Oncle Xi".

| Lire aussi Trois choses à savoir sur le 19e Congrès du Parti communiste chinois

Pleins pouvoirs depuis un an

Le Congrès du PCC, qui se tient tous les 5 ans à huis clos, était l'occasion rêvée pour le président chinois de consolider davantage son pouvoir. Il avait déjà posé les jalons nécessaires lors de son premier mandat, en obtenant l'an passé les pleins pouvoirs. Xi Jinping a été désigné "noyau dur" du PCC - un titre honorifique auquel seul Mao Zedong et Deng Xiaoping avaient eu droit avant lui.

Le leader chinois est donc officiellement chef du parti, président de la République et commandant en chef des forces armées. Souvent comparé au Grand Timonier, il a adopté une vision très centralisée du pouvoir en développant un certain culte de la personnalité. Pour l'épauler au cours de son second mandat, le comité permanent du bureau politique - l'instance suprême du pouvoir en Chine - doit être dévoilé ce mercredi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :