Royaume-Uni : la "facture" du Brexit fait hurler les eurosceptiques

 |   |  295  mots
Philip Hammond, ministre chargé des Finances, a pris ses distances vis-à-vis des prévisions de l'OBR.
Philip Hammond, ministre chargé des Finances, a pris ses distances vis-à-vis des prévisions de l'OBR. (Crédits : TOBY MELVILLE)
Selon une étude indépendante, Londres devrait emprunter 59 milliards de livres en cinq ans pour compenser le Brexit.

L'Office de responsabilité budgétaire (OBR) a relancé mercredi le débat sur le coût de Brexit. Cette institution indépendante,chargée de publier des prévisions de croissance, de recettes fiscales et d'endettement du gouvernement, a annoncé que le Brexit allait forcer les pouvoirs publics à emprunter quelque 59 milliards de livres supplémentaires en cinq ans (69 milliards d'euros).

L'institut a mis en avant "l'incertitude" générée par le Brexit pour les entreprises qui va nuire aux investissements, une stagnation du pouvoir d'achat entraînée par une hausse de l'inflation et une moins bonne tenue du commerce extérieur pendant dix ans du fait de la sortie de l'UE.

Le chiffre a immédiatement déclenché une cascade de protestations : "C'est encore le scénario de la catastrophe totale", a ironisé Iain Duncan Smith, leader eurosceptique et ancien ministre conservateur, dans les colonnes du Daily Telegraph. Pour Jacob Rees-Mogg, député conservateur pro-Brexit, l'OBR ne vaudrait pas mieux que les "experts, devins et astrologues".

Le gouvernement prend ses distances

Même le chancelier de l'Échiquier (ministre des Finances), Philippe Hammond, s'est montré très prudent vis-à-vis des chiffres de l'OBR. "La prévision économique n'est pas une science exacte et l'OBR souligne lui-même clairement dans son rapport qu'il y a un fort degré d'incertitude en raison des circonstances" a-t-il expliqué sur la BBC Radio 4.

A la question de savoir s'il contestait les chiffres de l'office, il a répondu: "Nous devons l'étudier comme l'une des multiples possibilités à laquelle nous devons nous préparer". Pour prévoir l'évolution des finances britanniques, l'OBR a notamment jugé que la croissance du pays n'atteindrait que 1,4% en 2017, soit bien moins que les 2,2% prévus encore en mars dernier.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2016 à 13:20 :
Quand on voit les réactions des pro-bexit, et le niveau général du débat en UK, on a une certaine fierté du dernier débat de la primaire de droite (celui sans Sarko qui avait le même niveau que ces ploucs brexiters)
a écrit le 24/11/2016 à 19:45 :
Je viens de passer une semaine en Ecosse chez des amis français et j'ai beaucoup parlé avec leurs amis écossais. Je peux vous dire que les Ecossais deviennent fous furieux devant l'un des premiers effets du Brexit : l'augmentation de tout, nourriture (en grande partie importée), vêtements pour l'hiver (en grande partie importés), etc. Le Royaume-Uni a de forts risques de devenir le Royaume désuni, les Ecossais veulent clairement l'indépendance pour devenir un Etat européen avec l'euro comme monnaie.
a écrit le 24/11/2016 à 14:43 :
En même temps, si le Brexit est une catastrophe pour le Royaume-Uni, les britanniques ne peuvent pas tellement reprocher à un organisme prospectif de le prédire...

Pour l'instant rien n'a été signé, les discussions n'ont même pas encore commencé, et pourtant les premiers signes économiques négatifs apparaissent déjà.
a écrit le 24/11/2016 à 13:41 :
Normal, toutes les activités financières du pays sont contrôlées par l'oligarchie qui ne voulait pas sortir de l'UE et du gros gâteau qu'elle représentait pour la city.

Nous ne voyons d'ailleurs toujours pas de milliers de financiers partir par bateaux vers des contrées plus vertes hein... Dommage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :