Brexit : le nombre de jeunes Anglais prêts à s'expatrier bondit (+123%)

 |   |  646  mots
Bien que les jeunes électeurs ont massivement voté en faveur du Remain (pour rester dans l'UE), le taux d'abstention des 18-24 ans était paradoxalement parmi les plus élevés comparé aux autres classes d'âge.
Bien que les jeunes électeurs ont massivement voté en faveur du "Remain" (pour rester dans l'UE), le taux d'abstention des 18-24 ans était paradoxalement parmi les plus élevés comparé aux autres classes d'âge. (Crédits : Reuters/Dylan Martinez)
[Graphique] Depuis le référendum de juin 2016 signant le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne, la jeunesse anglaise pense de plus en plus à s'expatrier. Pour des raisons financières, selon les résultats d'un récent sondage réalisé à l'échelle européenne.

A la suite des résultats du Brexit, de nombreux sondages ont indiqué que 75% des jeunes électeurs âgés de 18 à 24 ans avaient voté pour le maintien du pays dans l'Union européenne. Au regard des chiffres publiés, beaucoup d'observateurs ont souligné qu'il y avait une véritable fracture générationnelle. Mais aussi que, paradoxalement, dans le même temps, les jeunes constituent le groupe d'électeurs qui s'est le moins déplacé le jour du vote.

Outre ces éléments à prendre en compte, le site Quartz fait remarquer que leurs voix n'ont pas été très écoutées dans les mois qui ont suivi. Pour tenter de comprendre les volontés de cette population à la suite d'un tel scrutin, Intrum Justitia a publié les résultats d'une récente enquête d'opinion menée en Europe qui indique qu'une plus grande partie de la jeunesse anglaise voudrait partir du Royaume-Uni pour s'installer dans un pays étranger.

Une forte volonté de départ

D'après le sondage mis en ligne par Intrum Justitia, la part des jeunes Anglais qui voulaient quitter le Royaume-Uni pour des raisons financières avait fortement augmenté entre 2015 et 2016. Les résultats de l'enquête indiquent que c'est la seconde plus forte augmentation après la Suède. Alors qu'ils étaient seulement 13% à dire qu'ils voulaient quitter leur pays en 2015, les jeunes répondants seraient désormais 29%, soit une hausse de 123%.

[ Graphique interactif ] Vous pouvez changer d'indicateur grâce au sélecteur situé en haut de l'outil. NB: trois onglets permettent d'observer 1) les réponses obtenues en 2015; 2) en 2016, et 3) la variation des réponses entre 2015 et 2016. Dans le dernier graphique relatif aux variations, tous les pays interrogés n'apparaissent pas en raison des taux inchangés entre 2015 et 2016.

La société en charge des sondages explique que "cette hausse remarquable, comparée au résultat de 2015, pourrait être un effet du vote de la population de Grande-Bretagne qui a décidé de quitter l'UE."

Des situations contrastées en Europe

En moyenne, près d'un quart (24%) des jeunes européens interrogés dans l'enquête voudraient quitter leur pays. Derrière cette moyenne se cachent de fortes disparités. La plus forte diminution concerne les jeunes Polonais qui étaient 41% à vouloir partir en 2015 contre 26% en 2016, soit une baisse de 36%. En Hongrie, alors qu'ils étaient 60% à vouloir s'expatrier en 2015, ils n'étaient "plus que" 46% en 2016, soit une baisse de plus de 23%.  Les jeunes Belges (-23%) et Tchèques (-17%) seraient également de moins en moins nombreux à vouloir partir.

En Grèce, plus de 43% des jeunes répondants ont déclaré en 2016 qu'ils souhaitaient partir de leur pays contre 32% en 2015, soit une hausse, soit une hausse de 34%. A la fin du second semestre 2016 le taux de chômage était de 49% pour les 15-24 ans selon Eurostat. Du côté de la France, les jeunes ont répondu qu'ils étaient 24% en 2015 à vouloir s'expatrier contre 30% en 2016, soit une augmentation de 25%.

Bien que de plus en plus de jeunes répondants au Royaume-Uni ont annoncé qu'ils souhaitaient partir, beaucoup devraient attendre les prochaines échéances du processus de retrait du pays de l'UE, sachant que cela devrait prendre du temps. Les départs devraient donc être moins nombreux que ceux annoncés dans les sondages.

___

Méthode : cette étude a été réalisée en ligne auprès d'un panel de 21.317 internautes dans 21 pays entre le 12 et le 26 septembre 2016. Le sondeur assure que plus de 1000 personnes ont répondu au questionnaire en ligne dans chaque pays. Les résultats ont été pondérés pour que les réponses soient représentatives de chaque Etat. Compte tenu des conditions de réalisation du sondage et des précisions apportées dans la méthodologie, les résultats sont à prendre avec précautions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2016 à 10:09 :
J'adore les sondages, surtout ceux qui s'occupent du monde à refaire ou à le projeter dans l'avenir. Moi je veux bien prendre une petite Anglaise mignonne pour lui apprendre à vivre à la Française. La seule condition, il ne faut pas qu'elle ait les dents avancées par le "the"
a écrit le 24/11/2016 à 9:54 :
"En moyenne, près d'un quart (24%) des jeunes européens interrogés dans l'enquête voudraient quitter leur pays".

De quelle classe sociale ?
a écrit le 24/11/2016 à 8:47 :
C'est un sondage d'intentions ...... sans AUCUN intérèt autre que de noircir du papier !
( 98% des français sont prèts a ...... gagner a l'Euromillion ....... et 100% sont prèts a ne pas déceder tout de suite ! )
Parlez nous de pratiques réèlles !!!
a écrit le 24/11/2016 à 8:36 :
Marrant, je connais plein de jeunes français disposés à s' installer en GB !
a écrit le 24/11/2016 à 7:10 :
Etes-vous sûr de votre interprétation ?
En lisant le rapport, je ne vois pas 30% de jeunes souhaitant partir mais bien 13% + 17% d'indécis...

D'autre part l'étude se fait sur des 18 et + non ?
D'autre part, l'étude parle de méthode des quotas mais sans prendre en compte la classe socio professionnelle... Or les réponses peuvent varier par CSP, par niveau de vie ...

Enfin, calculer une évolution sur un pourcentage est très risqué à mon avis...

Exemple biaisé pour montrer le biais de tels calculs sur des pourcentages sans revenir aux volumes:

Si avec une population de 10, le RU à 90% de gens souhaitant partir l'année 1, alors 9 personnes partent et reste 1 personne au RU...
La deuxième année, cette personne, un peu seule, souhaite rejoindre les autres. 100% du RU souhaite partir... Une augmentation de 10% par rapport à l'année précédente...

CQFD ?
a écrit le 23/11/2016 à 19:39 :
Qu'ils viennent en France. Mais surtout qu'ils prennent la précaution de ne pas êtres SDF. Sinon cela n'est pas la peine de venir. Ils n'auront droit à rien.
a écrit le 23/11/2016 à 19:09 :
Partir pour aller où ?

"ya pas de pays pour les vauriens les poètes et les baladins"

Non il faut rester et lutter contre la dictature de l'argent, partout où vous irez les situations se dégraderont de toutes façons.

Même si on comprend et qu'on est solidaire avec tous les jeunes hongrois, là je pense que l'on peut lancer un vaste plan de récupération massive des jeunes et de leur intégration au sein de notre pays.

Courage.
Réponse de le 23/11/2016 à 21:06 :
Evidemment le Brexit ferme de nombreuses perspectives et horizons pour les jeunes britanniques. Là où je vous rejoins c'est qu'il faut qu'ils restent pour tenter de renverser la vapeur. Inévitablement l'actuel exécutif conservateur ne parviendra pas à faire entériner le brexit par un parlement qui lui est majoritairement hostile. Donc il y aura des législatives anticipées. A moins d'une union électorale entre UKIP et la partie pro-brexit des tories pour présenter des candidatures uniques, on peut penser qu'il y aura une poussée électorale des lib-dems (pro-européens) et du Labour, autrement dit un parlement encore plus anti-brexit que l'actuel compte-tenu du mode de scrutin britannique, on peut même penser que divisés, les conservateurs perdront la quasi-totalité de leur représentation parlementaire.
Réponse de le 24/11/2016 à 9:28 :
En effet ce serait étonnant que tout ces politiciens, compromis de nature, respectent l'opinion de leur peuple.
a écrit le 23/11/2016 à 19:08 :
"de nombreux sondages" bon tout est dit , ça nous donne .. le contraire :-))))) sinon 18 24 ans hahahaha l'age ou l'on est 100% indépendant et on travail à plein temps, tout le monde le sait hahahaha. Papa Maman à vos chéquiers, finalement c'est drôle tout ça !
a écrit le 23/11/2016 à 18:45 :
Et dire que certains pensaient que seuls les jeunes Français voulaient quitter notre très beau pays !
a écrit le 23/11/2016 à 17:23 :
alors que le taux d'émigration est déjà bien plus élevé que chez nous, d'après l'OCDE (Etude "Connecting with emigrants 2015").

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :