Royaume-Uni : la presse étrangère parle d'un sombre avenir

 |   |  836  mots
La plupart des médias étrangers parlent d'un pari raté pour Theresa May.
La plupart des médias étrangers parlent d'un pari raté pour Theresa May. (Crédits : REUTERS/Toby Melville)
Les résultats des élections législatives ont provoqué une immense déception pour Theresa May et les conservateurs. La Première ministre espérait obtenir une majorité absolue renforcée au Parlement à l'issue de ce scrutin pour pouvoir négocier le Brexit. Les journaux étrangers n'ont pas manqué de souligner "cet échec dramatique pour les Tories", utilisant un vocabulaire très dur pour qualifier ces résultats.

C'est un pari raté pour Theresa May. Alors que la Première ministre britannique voulait renforcer sa majorité au Parlement pour négocier le Brexit avec les mains libres, elle se retrouve fragilisée avec des sièges en moins à Westminster et une majorité relative. Pour le moment,  les Tories y enverraient 318 Members of Parliament (la majorité absolue se situe à 326 sièges) contre 261 pour le Labour. Ces résultats n'ont pas manqué de faire réagir la presse étrangère.

> Lire aussi : Royaume-Uni : les conservateurs perdent leur majorité absolue

Un véritable choc au Royaume-Uni

Pour The Telegraph, "la Grande-Bretagne a voté pour le chaos". L'historien et éditorialiste Tim Stanley pense que les électeurs ont exprimé "une rébellion" à travers les urnes."Quelle créature sauvage que cette démocratie. Theresa May a voulu organiser des élections anticipées pour avoir une grande majorité et faire son travail [...] les gens n'ont pas été convaincus par le récit conservateur. Ils n'ont pas été impressionnés par la Première ministre. Ils ont décidé que le scrutin n'était pas à propos du Brexit. C'était...une rébellion."

"C'est la crise des conservateurs" pour The Times. "Les élections avaient pour but de consolider le leadership de Theresa May, de son parti et du pays, et de rassurer l'UE sur le fait qu'elle aurait un partenaire de négociation fort et stable. Or, il n'en est rien", souligne le journal.

Au Guardian, les résultats ont provoqué "un choc électrique" dans la capitale britannique et aussi pour Mme May. "Le plus grand pari politique depuis le Brexit et la défaite de Cameron a fini en humiliation similaire pour la Première ministre". Le quotidien a privilégié le leader des travaillistes Jeremy Corbyn affichant un large sourire pour son édition du 9 juin.

-

guardian elections

 -

Pour le Financial Times, le pari de Theresa May "s'est retourné contre elle". Le journal financier s'attarde également sur les perspectives au niveau des négociations avec l'Europe. "Bruxelles espérait qu'une Première ministre renforcée allait être capable de faire des compromis embarrassants mais nécessaires pour parvenir à un accord sur le Brexit. Mais les résultats des élections au Royaume-Uni ont suscité de la consternation dans l'Union européenne ce vendredi". Pour sa Une du vendredi 9 juin, le journal britannique a choisi le visage de Mme May en plein doute.

Enfin pour The Independent, "le pari faible et instable de Theresa May a échoué, elle doit dès à présent partir". Le média plutôt marqué à gauche considère que "ce scrutin est un désastre pour la première ministre, qui a voulu convoquer des élections non nécessaires."

Entre campagne ratée et désastre pour Theresa May en Europe

En Europe, les médias ont également multiplié les réactions à l'égard des résultats. La Tribune de Genève insiste sur la campagne réussie du leader des Travaillistes. "Jeremy Corbyn a mené une campagne plus réussie qu'attendu, multipliant les meetings au contact des électeurs et exploitant plusieurs faux-pas de Theresa May, notamment sur la protection sociale."

En Espagne, le grand quotidien El Pais insiste sur la campagne électorale ratée de Theresa May. " Elle s'est montrée, nerveuse, distante et forcée. Répétant ses slogans mécaniquement, sans profondeur. Elle a commis de graves erreurs".

Pour La Libre en Belgique qui cite Iain Begg, professeur à La London School of Economics, "c'est un désastre pour Theresa May. Son leadership est remis en question et elle sera sous pression pour démissionner". Au grand quotidien Le Soir, le rédacteur en chef adjoint François Mathieu affirme que "Theresa May se rapproche de plus en plus des dirigeants politiques de la trempe de Trump, dont la rhétorique incendiaire envers les musulmans s'embarrasse assez peu de nuances". Il souligne ainsi "les dérives électoralistes" de la cheffe du gouvernement dans son éditorial.

Entre doutes et incertitudes en Amérique

Outre-Atlantique, les médias américains s'interrogent sur les perspectives politiques économiques du pays. Le Wall Street Journal a interrogé Stephen Martin, directeur général de l'Institute of directors pour commenter les résultats électoraux. "Avec les négociations cruciales sur le Brexit qui arrivent rapidement, en plus des défis nationaux auxquels nous devons faire face, l'absence de véritable gouvernement avec une vraie majorité va indéniablement crée de l'incertitude". Pour le journal économique, "cela aura d'énormes conséquences pour le Brexit".

Au New York Times, ces résultats "sèment le doute sur le futur de Theresa May". Interrogé par le quotidien américain, Simon Hix professeur de sciences politiques à la London School of economics explique que ce vote "montre la résistance du public pour couper complètement avec l'Europe alors que Theresa May soutenait fortement cette idée".

 .

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2017 à 18:17 :
"dramatique échec" ?? N'exagérons rien, elle devra avoir un gouvernemet de coaltion, ce qui n'est pas la fin du monde. Les gouvernements de coalition existe dans d'autres grandes démocraties occidentales, dont l'Allemagne et le Canada. Le fait est qu'il aurait été plus facile d'avoir une majorité absolue, mais personnellement, je me méfie des majorités absolues qui étouffent les autres :-)
a écrit le 09/06/2017 à 16:20 :
Contrairement à moi personne ne comprend que c'est l'attentat terroriste qui a fait basculer l'élection d'une augmentation de la majorité absolue de Térésa MAY à une minorité absolue mais majorité relative quand même!
a écrit le 09/06/2017 à 13:23 :
Vous êtes vraiment sympa d'illustrer mes propos, merci beaucoup mais quand même, qu'avons nous fait pour mériter des médias aussi subjectifs je vous prie ?

Ah j'ai une info pour vous, il paraitrait que la voisine de l'amie de ma grand mère est farouchement opposée au brexit parce qu'elle ne pourra plus acheter son vin en France ! Je vous donne ses coordonnées ? Vous en ferez bien quelque chose j'en suis persuadé...

Incroyable, vous ne devriez pas vous, la tribune, vous rabaisser à ce point au rôle de simple laquais des possédants si vous saviez l'impression que cela donne... Au secours

"Le legs britannique à l’Europe" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/CASSEN/55961 (article gratuit)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :