Royaume-Uni : le taux de chômage atteint un sommet en près de deux ans, à 4,2% à fin juin

Le taux de chômage au Royaume-Uni a grimpé à 4,2% pour les trois mois terminés à fin juin comparé aux trois mois précédents. Cette publication intervient alors que le pays fait face à une inflation élevée et une crise du coût de la vie.
La hausse des prix au Royaume-Uni atteint quasi 8%, la plus élevée du G7, et pèse sur les ménages et les entreprises.
La hausse des prix au Royaume-Uni atteint quasi 8%, la plus élevée du G7, et pèse sur les ménages et les entreprises. (Crédits : Reuters)

Un sommet en près de deux ans. Le taux de chômage au Royaume-Uni a grimpé à 4,2% pour les trois mois terminés à fin juin comparé aux trois mois précédents. La hausse du taux de chômage est due au fait qu'il faut aux gens « un peu plus de temps pour trouver du travail » que lors des précédents mois, commente le directeur des statistiques de l'office national des statistiques britannique (ONS) Darren Morgan, ce mardi 15 août.

Lire aussiRoyaume-Uni : les femmes à faibles revenus pourraient être exclues du marché du travail, selon une étude

Il note aussi que les personnes qui ne sont pas en mesure de chercher du travail à cause de maladies de longue durée a « grimpé à un nouveau record ». La hausse des prix au Royaume-Uni atteint quasi 8%, la plus élevée du G7, et pèse sur les ménages et les entreprises. Exemple de l'impact de la hausse des prix et donc des coûts sur l'activité : la chaine britannique d'articles ménagers à bas prix Wilko a déposé le bilan faute d'être parvenue à trouver des repreneurs ou de nouveaux financements. Quelque 12.500 emplois sont menacés.

« L'augmentation du taux de chômage sera reçue par la Banque d'Angleterre comme un signe que le marché du travail se détend, ce qui va dans le sens de notre prévision d'un resserrement supplémentaire de 25 points de base du taux directeur » avant la fin du tour de vis monétaire pour lutter contre l'inflation, estime Ruth Gregory, de Capital Economics.

Hausse des salaires moyens

Le ministère britannique des Finances remarque dans un communiqué que le taux de chômage britannique demeure toutefois inférieur à celui « du Canada, de la France, de l'Italie, l'Espagne et de la zone euro ». Bien que ce chiffre atteigne pour les trois mois courant d'avril à juin son plus haut depuis la période allant de juillet à septembre 2021, il ajoute que cela reste « faible comparé aux moyennes historiques ».

Lire aussiAu deuxième trimestre, le taux de chômage reste quasiment stable à 7,2% (Insee)

Autre signe que les tensions sur le marché du travail se calment : dans un Royaume-Uni confronté à de sévères pénuries de travailleurs, le nombre d'emplois à pourvoir a reculé à un peu plus de 1 million, la 13e baisse mensuelle d'affilée. Bonne nouvelle pour le pouvoir d'achat : les salaires moyens hors bonus ont enregistré une augmentation de 7,8% sur un an pour la période d'avril à juin, le rythme le plus rapide de hausse depuis que ces données ont commencé à être enregistrées en 2001. Ce qui signifie que les salaires réels commencent à se stabiliser alors qu'ils étaient jusqu'alors mangés par l'inflation.

La Bourse de Londres chute

De quoi donner « une migraine » à la banque d'Angleterre et sa bataille contre l'inflation, juge Michel Hewson, analyste de CMC Markets. Dans une étude publiée lundi, le cabinet de ressources humaines CIPD constate que 40% des employeurs britanniques ont été contraints de faire des contre-offres salariales à la hausse pour tenter de garder leurs employés, vu les manques de main d'œuvre persistants depuis le Brexit et la réouverture de l'économie post-pandémie de Covid. Pour Susannah Streeter, de Hargreaves Lansdown, l'accélération des salaires va dans le sens d'une nouvelle hausse de taux d'intérêt de la Banque d'Angleterre.

Les anticipations d'une nouvelle hausse de taux faisaient chuter la Bourse de Londres mardi, les investisseurs estimant que cela aurait un impact négatif sur l'économie, notamment dans la construction.

Par ailleurs, tandis que les mouvements sociaux se poursuivent sans relâche depuis plus d'un an dans le pays pour tenter d'obtenir de meilleures paies et conditions de travail, l'ONS souligne que 160.000 jours de travail ont été perdus à cause de grèves en juin, notamment dans le secteur de la santé. Selon le centre de réflexion Resolution Foundation, 3,9 millions de jours de travail ont été « perdus » au total sur l'année passée à cause de ces conflits sociaux, « plus qu'à aucun moment depuis les années 80 », les grévistes dénonçant notamment leur perte de salaire réel.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 17/08/2023 à 11:19
Signaler
Pour une fois que nous sommes premier, j'aurais plaisir à nous voir dépassés.

à écrit le 16/08/2023 à 10:06
Signaler
Pour le taux de chômage, ils sont invincibles, mais pour les heures perdues, ils ne nous battront jamais! Jamais! On est les meilleurs! On est les meilleurs!

à écrit le 16/08/2023 à 8:02
Signaler
Et la France s'estime qu'elle aura atteint le plein emploi quand son taux de chômage aura reflué à 5%😂😂 Les infos "mainstream" sont de plus en plus surprenantes et plus c'est gros, mieux ça passe🙈

le 16/08/2023 à 12:36
Signaler
Dans un pays socialiste 5% c'est le plein emploi. Et 56% de dépenses publiques c'est l'ultralibéralisme.

à écrit le 15/08/2023 à 23:09
Signaler
Et si vous mettiez en regard de ces chiffres britanniques leurs homologues français ? Parce qu'un taux de chômage britannique "au plus haut" à 4,2 se compare à celui de 7,2 "au plus bas" en France. Quant aux 160 000 journées de travail perdues, si o...

à écrit le 15/08/2023 à 17:33
Signaler
J'adore les articles s'apitoyant sur l'U.K. un jour sur l'inflation, aujourd'hu!i sur le chômage qui monte à des sommets comme....4,20%, évidemment eux habitués au plein emploi à 3%, nous heureux d'avoir un chômage à 7,2%, juste une "petite différenc...

à écrit le 15/08/2023 à 17:12
Signaler
Eh ben avec 7000 h de grève cette année la sncf peut allez se rhabiller .. et ils n ont même pas obtenu une augmentation de salaire égale à l inflation les cheminots français : 2022:1,4% inflation a 6 ,7% et 2023: 3,8% pour une inflation actuelle à...

à écrit le 15/08/2023 à 17:09
Signaler
Eh ben avec 7000 h de grève cette année la sncf peut allez se rhabiller .. et ils n ont même pas obtenu une augmentation de salaire égale à l inflation les cheminots français : 2022:1,4% inflation n’a 6 ,7% et 2023: 3,8% pour une inflation actuelle...

à écrit le 15/08/2023 à 17:09
Signaler
Eh ben avec 7000 h de grève cette année la sncf peut allez se rhabiller .. et ils n ont même pas obtenu une augmentation de salaire égale à l inflation les cheminots français : 2022:1,4% inflation n’a 6 ,7% et 2023: 3,8% pour une inflation actuelle...

à écrit le 15/08/2023 à 15:13
Signaler
Bonjour, S'est moche mais la situation ne vas pas bien... Le chômage est important et ne devrait pas ce réduire... Comme toujours se sont les plus pauvres qui trinque... Espérons que beaucoup serons se souvenir de cela lors des prochaines élection...

à écrit le 15/08/2023 à 14:19
Signaler
C'est bien le Brexit, ça donne de bonnes perspectives pour les Anglais.😂

le 17/08/2023 à 14:45
Signaler
Connaissez-vous le taux de chômage en France ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.