Russie : les dépenses militaires s'envolent, pour peser un tiers du budget de l'Etat

Sur les six premiers mois de l'année 2023, les dépenses budgétaires ont augmenté de 2.440 milliards de roubles (23 milliards d'euros) par rapport à la même période de 2022. Selon le document consulté par l'agence Reuters, 97,1% de cette somme supplémentaire a été consacrée au secteur de la défense. Sur l'ensemble de l'année, le poids du budget de la défense atteindra ainsi des niveaux jamais connus depuis dix ans. En contrepartie, le financement des écoles, des hôpitaux et des routes a déjà été réduit, et d'autres domaines pourraient subir des coupes.
Depuis le début de l'année, la Russie a déjà dépensé 57,4% du nouvel objectif budgétaire de dépenses de défense, selon un document consulté par Reuters.
Depuis le début de l'année, la Russie a déjà dépensé 57,4% du nouvel objectif budgétaire de dépenses de défense, selon un document consulté par Reuters. (Crédits : SPUTNIK)

La Russie de Vladimir Poutine est officiellement pleinement engagée dans une économie de guerre. Pour 2023, le Kremlin a doublé son objectif de dépenses de défense, à plus de 90 milliards d'euros, selon un document du gouvernement examiné par Reuters. Désormais, les dépenses militaires représenteront cette année un tiers de toutes les dépenses publiques. Cette politique n'est pas sans conséquences, tandis que le déficit public se creuse et que la guerre en Ukraine pèse dans les finances de Moscou.

Lire aussiWagner étant à 5 km de la Pologne, Varsovie envoie des troupes vers la Biélorussie : Moscou menace d'agir « avec tous les moyens » à disposition

Soumis à des sanctions occidentales depuis l'annexion de la Crimée en 2014, le Kremlin n'administre plus seulement une économie protectionniste qui vise à protéger les intérêts russes. Désormais, les investissements se portent sur son appareil militaro-industriel, à l'image des cadences de production que Moscou annoncent faire tourner à plein régime.

Les chiffres montrent que sur le premier semestre 2023, la Russie a ainsi dépensé 12% de plus pour la défense que ce qu'elle avait initialement prévu de dépenser sur l'ensemble de l'année, le surcoût atteignant 600 milliards de roubles (5,80 milliards d'euros) sur 4.980 milliards de roubles prévus.

Sur les six premiers mois de 2023, les dépenses de défense se sont élevées à 5.590 milliards de roubles, soit 37,3% des dépenses budgétaires totales qui atteignent 14.970 milliards de roubles sur la période, selon le document.

Or, le plan budgétaire de la Russie prévoyait de consacrer 17,1% du budget à la défense.

Pour l'armée seulement, en janvier et février les dernières données accessibles au public montrent que Moscou a dépensé 2.000 milliards de roubles . Au cours du premier semestre de cette année, les dépenses budgétaires ont augmenté de 2.440 milliards de roubles par rapport à la même période de 2022, et selon le document, 97,1% de cette somme supplémentaire a été consacrée au secteur de la défense.

L'augmentation du budget pour les salaires des militaires

Le financement de la défense fait partie des dépenses classifiées, mais certaines données, bien qu'elles ne soient plus publiques, sont diffusées. Le document montre par exemple que la Russie a dépensé près de 1.000 milliards de roubles pour les salaires des militaires au cours du premier semestre, soit 543 milliards de roubles de plus qu'au cours de la même période l'année dernière.

Aussi, le document fournit une nouvelle estimation des dépenses annuelles de défense, qui atteindraient désormais 9.700 milliards de roubles, soit un tiers des dépenses budgétaires totales prévues pour 2023, qui s'élèvent à 29.050 milliards de roubles. Il s'agirait de la part la plus élevée depuis au moins la dernière décennie.

Depuis le début de l'année, la Russie a déjà dépensé 57,4% du nouvel objectif budgétaire de dépenses de défense, selon le document.

Le déficit va s'alourdir

Ce fléchage de l'argent public assumé risque de fragiliser l'économie russe qui doit composer avec la forte dépréciation du rouble. Les Russes risquent de voir le coût de la vie se renchérir. A cela s'ajoute la baisse des rentrées issues des hydrocarbures depuis les embargos décidés par les Occidentaux suite à l'invasion de l'Ukraine en février 2022.

Résultat, après avoir pesé 2,2% du PIB en 2022, le déficit public risque de se creuser encore en 2023. Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), publiées le 11 avril dernier, il devrait atteindre 6,2%, un niveau « très important, selon les standards russe »L'augmentation du coût de la guerre soutient certes la modeste reprise économique de la Russie cette année grâce à une production industrielle plus élevée, mais a poussé le budget vers le déficit d'environ 26 milliards d'euros, un chiffre aggravé par la baisse des recettes d'exportation.

La Russie, exportatrice nette, affiche généralement des excédents budgétaires, mais elle fera état d'un déficit pour la deuxième année consécutive, la valeur des exportations d'énergie ayant chuté de 47% en glissement annuel au cours du premier semestre.

Quelles conséquences pour les Russes ?

Surtout, l'augmentation des dépenses budgétaires accroît les risques d'inflation, et la banque centrale a relevé ses taux à 8,5% en juillet. Les analystes s'attendent à ce que le taux directeur augmente encore.

Evguéni Souvorov, économiste de CentroCreditBank, explique les conséquences de cette accélération de l'industrie militaire.

« Nous ne savons pas jusqu'à quel point il est possible d'augmenter la production de chars et de missiles », a déclaré Evguéni Souvorov sur son canal MMI Telegram. « Mais nous savons que l'augmentation de cette production n'est possible qu'au prix d'une hémorragie de personnel dans d'autres secteurs de l'économie. »

Le financement des écoles, des hôpitaux et des routes a déjà été réduit cette année au profit de la défense, et d'autres domaines pourraient subir des coupes.

« Le complexe militaro-industriel soutient la croissance industrielle, tandis que les industries civiles ralentissent à nouveau », a déclaré Dmitri Polevoy, responsable des investissements chez Locko-Invest, après la publication, la semaine dernière, des données relatives à la production industrielle pour le mois de juin.

« Les aides fiscales abondantes ont un assez bon impact pour le moment, mais n'améliorent guère la position de l'économie à moyen ou à long terme », souligne Dmitri Polevoy. « Dès que l'assainissement budgétaire deviendra inévitable, l'économie ralentira rapidement.»

Lire aussiRussie : la dégringolade du rouble se poursuit... et n'est pas prête de s'arrêter

La Banque de Russie prévoit une croissance du PIB de 1,5% à 2,5% cette année, conformément aux prévisions des analystes interrogés par Reuters la semaine dernière. Le gouvernement russe et le ministère des Finances n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

(Avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 07/08/2023 à 15:04
Signaler
Tout ça pour ne pas dire que la Russie est de loin le plus fort dans le conflit ukrainien, et qu'elle a de grands moyens puisqu'elle est le premier producteur mondial d'hydrocarbures, et qu'il faudra bien négocier un jour. Plutôt que de continuer à ...

à écrit le 06/08/2023 à 20:10
Signaler
🤡Pourquoi la Suisse joue un rôle de premier plan dans ce commerce de l'or Russe ? La demande d'or en forte progression de pays comme la Chine et l'Inde doit être traitée par la Suisse, "parce qu'il y a des lingots dits standard pesant 12,5 kilogramme...

à écrit le 06/08/2023 à 18:42
Signaler
Le Fonds monétaire international a déclaré qu'il s'attend à ce que l'économie russe progresse de 1,5 % cette année, malgré la campagne de sanctions occidentales menée par les États-Unis contre le pays. Si l'économie russe s'est contractée de 2,1 % l'...

le 06/08/2023 à 20:10
Signaler
je vois que vous n'avez pas lu l'article

à écrit le 05/08/2023 à 9:20
Signaler
Bientôt les tickets de rationnement ,alors peut-être un sursaut de la population ? Émeutes,désordres,fuite de Poutine et de ses sbires vers d’autres paradis pour milliardaires ….on peut rêver,c’est facile.

à écrit le 05/08/2023 à 3:54
Signaler
Ne vous en faites pas pour la Russie, elle en a vu d'autres. Cette crise est passagere en revanche, chez vous, elle est ancree, profonde et durable. "Nous allons mettre l'economie russe a genoux" dixit le sinistre blm de bercy. Ouaf..... comme dirai...

à écrit le 04/08/2023 à 18:53
Signaler
Bonjour, avant toute chose , la guerre sa coûte très chère... En vie humaine et surtout en argent... Que les soldes soit augmenter me semblent logique... Qui veut aller faire une guerre , risqué des blessures effroyable, voir mourir sur un champs de...

à écrit le 04/08/2023 à 18:16
Signaler
La Russie va payer pendant des décennies cette folie.

à écrit le 04/08/2023 à 17:47
Signaler
A vous lire, tout ce qui est "service public" a était délaissé pour cause de conflit, alors qu'en France, on n'a même pas attendu pour le faire !! ;-)

à écrit le 04/08/2023 à 17:37
Signaler
Vous oubliez que la Russie à une dette extérieure ridicule à coté de nous... ils ont une énorme marge de ce côté là...

le 04/08/2023 à 20:46
Signaler
La nuance tient au fait que l’euro est une valeur sûre basée sur la puissance industrielle et commerciale des pays du Nord

le 05/08/2023 à 15:23
Signaler
L'euro dites vous ? Le deutschmark plutot... c'est à l'allemagne que nous devons le bilan favorable en matière d'echange avec l'exterieur... Rendre à cesar ce qui lui appartient... Ensuite, la puissance industrielle de l'allemagne et donc commerci...

à écrit le 04/08/2023 à 16:57
Signaler
La Russie a constitué de massifs stocks d'or depuis l'annexion de la Crimée en 2014. De très importants stocks d'or notamment entreposés à l'étranger avant le conflit en Ukraine, ce qui lui permet de faire fondre cet or - comme ce fut le cas récemmen...

le 05/08/2023 à 12:07
Signaler
Ça sert à rien si elle ne peut les vendre : les marchés aurifères lui sont fermés et le 1 er pays qui en achète sera éjecté des pays occidentaux .. qui peut prendre ce risque ? Même la chine ne le fait pas !!

le 05/08/2023 à 12:07
Signaler
Ça sert à rien si elle ne peut les vendre : les marchés aurifères lui sont fermés et le 1 er pays qui en achète sera éjecté des pays occidentaux .. qui peut prendre ce risque ? Même la chine ne le fait pas !!

le 05/08/2023 à 12:08
Signaler
Ça sert à rien si elle ne peut les vendre : les marchés aurifères lui sont fermés - Londres new york- ça serait que du gré à gré avé. Une forte décote et le 1 er pays qui en achète sera éjecté des pays occidentaux .. qui peut prendre ce risque ? Mê...

le 05/08/2023 à 12:08
Signaler
Ça sert à rien si elle ne peut les vendre : les marchés aurifères lui sont fermés - Londres new york- ça serait que du gré à gré avé. Une forte décote et le 1 er pays qui en achète sera éjecté des pays occidentaux .. qui peut prendre ce risque ? Mê...

le 06/08/2023 à 18:38
Signaler
1. L'échange vous ne connaissez pas? 2. Et quand je dis fondre l'or en Suisse, c'est pourquoi en faire à quoi à votre avis? Renseignez-vous au lieu de suivre la propagande ambiante, car les sanctions peuvent se contourner.

à écrit le 04/08/2023 à 16:14
Signaler
Nous pourrions écrire presque le même article en remplaçant le mot russe par france avec pour différence que nous n'avons ni pétrole, ni gaz, ni charbon. Nous courons à la guerre comme des aveugles ou sont les diplomates..

à écrit le 04/08/2023 à 16:12
Signaler
Malheureusement, cela prendra du temps...mais heureusement, cela se terminera, pour la Russie, comme la Guerre Froide ou la guerre d'Afghanistan: par l'épuisement économique dans une course effrénée où toutes les ressources sont consacrées à viser u...

à écrit le 04/08/2023 à 15:37
Signaler
Pendant ce temps, la france macronienne qui se fait jeter de tous les pays d'Afrique, entre autres, veut faire du budget militaire le plus important. La santé des citoyens ? Les mesures sérieuses à prendre pour lutter contre le changement climatique ...

le 04/08/2023 à 19:14
Signaler
Que d'exagérations. Même s'il y a des problèmes de déserts médicaux il y a toujours la possibilité de se faire soigner avec une prise en charge totale par lé sécurité sociale et des mutuelles. Dans plusieurs pays voisins vous n'avez pas le choix de ...

à écrit le 04/08/2023 à 13:39
Signaler
Etonnant: un français qui s'inquiète d'un déficit; depuis 50 ans, la France accumule les déficits et personne ne s'en émeut et surtout pas nos députés. Ca ne doit donc pas ùe être si grave.

le 04/08/2023 à 14:26
Signaler
Pour un pays si vaste et si peuplé comme la Russie avoir un PIB du niveau de l’Espagne elle n'est pas prête de trouver la prospérité.

à écrit le 04/08/2023 à 13:31
Signaler
Bon, donc tout se passe comme pronostiqué, pas de mirage économique russe. Juste une économie de guerre qui tourne à plein régime et grignote et grignotera irrémédiablement tous les autres volets de l'économie russe, jusqu'à les assécher. Pas de mir...

le 04/08/2023 à 17:37
Signaler
" Moscou a diminué bien des aides à des pays de son ex sphère soviétique". Vous êtes de mauvaise foi. Elle continue à envoyer gratuitement tous les jours des bombes, des missiles, des drones en Ukraine

à écrit le 04/08/2023 à 13:21
Signaler
La guerre, ça coûte cher et quelques uns au passage en profite pour gagner beaucoup d'argent, encore que le Rouble ne vaut pas grand chose! Reagan avec la stratégie IDS avait ruiné L'URSS. La guerre en Ukraine qui va durer, devrait user et ruiner u...

le 04/08/2023 à 14:04
Signaler
Pourquoi plus les moyens de soutenir la Biélorussie? Je ne crois pas que les polonais veulent envahir la Biélorussie.

le 05/08/2023 à 16:38
Signaler
@ adieu BCE . Je ne connais pas à long terme les objectifs de l'Otan (américains..). Je pense que le sujet est sur la table si on veut affaiblir durablement, voire démanteler la Russie. Je pense même que c'est aussi l'intérêt des Chinois d'une Russi...

à écrit le 04/08/2023 à 13:06
Signaler
La tragédie n'est pas les dépenses mais toute une génération de jeunes morts en 2023

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.