Syrie : deuxième série de frappes françaises contre le fief de Daech en 24 heures

 |   |  265  mots
Le raid, effectué à 00H30 GMT (01H30 heure française), était constitué de dix avions de chasse - Rafale et Mirage 2000 - qui ont été engagés à partir des Emirats arabes unis et de la Jordanie.
Le raid, effectué à 00H30 GMT (01H30 heure française), était "constitué de dix avions de chasse - Rafale et Mirage 2000 - qui ont été engagés à partir des Emirats arabes unis et de la Jordanie". (Crédits : HANDOUT)
L'aviation française a détruit un centre de commandement et un centre d'entraînement au nord de la Syrie. Le déploiement prochain du porte-avions Charles-de-Gaulle annoncé lundi par Hollande va tripler sa capacité de frappes.

Après le raid aérien de grande ampleur mené dimanche soir, la France continue à intensifier ses frappes. L'aviation française a de nouveau bombardé le fief de Daech à Raqa, dans le nord de la Syrie, dans la nuit de lundi à mardi. Elle a détruit un centre de commandement et un centre d'entraînement, a annoncé le ministère français de la Défense, mardi 17 novembre.

"L'armée française a conduit pour la seconde fois en l'espace de 24 heures un raid aérien contre Daech (acronyme de l'EI en arabe) à Raqa en Syrie", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Dix avions de chasse

Le raid, effectué à 00H30 GMT (01H30 heure française), était "constitué de dix avions de chasse - Rafale et Mirage 2000 - qui ont été engagés à partir des Emirats arabes unis et de la Jordanie" et ont largué 16 bombes, une mission d'un format comparable à celle de dimanche soir.

"Les deux objectifs ont été frappés et détruits simultanément", précise le communiqué.

Les frappes deviennent aussi plus fréquentes au fur et mesure que l'aviation française accumule du renseignement, via ses vols de reconnaissance. Depuis les attentats de vendredi, les Etats-Unis et la France ont aussi décidé d'accroître leurs échanges de renseignements sur les cibles potentielles.

Par ailleurs, comme l'a annoncé François Hollande, lundi, devant le Congrès, la France va intensifier ses opérations contre l'EI en Syrie grâce au renseignement acquis et au déploiement prochain du porte-avions Charles-de-Gaulle qui va tripler sa capacité de frappes.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2015 à 20:28 :
C'est de la gesticulation inutile. Ce ne sont pas les types en Syrie qui ont prouvé qu'ils étaient dangereux pour la population française. Ce sont ceux qui sont déjà en France. C'est contre ces gens qu'il faut agir. Tuer trois mille personnes en Syrie ne changera rien, un donneur d'ordres en remplacera toujours un autre. Alors que si leurs moyens d'action dans les sociétés occidentales sont détruits, les donneurs d'ordres pourront toujours donner autant d'ordres qu'ils veulent. C'est plus spectaculaire de mettre dix bombes sur un camp de terroristes à des milliers de kilomètres que de bannir les extrémistes présents actuellement en France (et ce au su de tous), mais aussi moins efficace.
a écrit le 17/11/2015 à 18:23 :
Un raid de grande ampleur sur la ville de Rakka avec 10 avions qui on larguer 20 bombes de 250 kg. Durant la seconde guerre mondial, le bombardement de la ville de Dresde comprenait 1300 bombardier qui on larguer en tout 3900 tonnes de bombes sur la ville, là on peut dire que c'était un bombardement de grande ampleur, mais pas sûrement avec 10 avions et 20 bombes seulement.
a écrit le 17/11/2015 à 17:07 :
Les bombardements de ce type c'est pour l'opinion , mais en face je ne crois pas qu'il y avait grand monde dans ces camps puisque selon certains témoignages dès qu'ils reniflent le dangers ils se réfugient " courageusement " dans les villages voisins où ils se mêlent aux civils. Et quand des civils sont tués ils s'en servent dans leur propagandes pour dire que les méchants sont en face...Les couper de leurs bases arrières les isoler en les encerclant dans un premier temps me semble plus urgent et alors ....
a écrit le 17/11/2015 à 16:04 :
C'est bien beau et ça doit soulager les familles des victimes mais concrètement c'est inutile, le diagnostic n'est même pas envisagé qu'on commence le traitement....
Sans compter que si Israël continue de soigner les soldats de Daech blessés on est pas sortis
a écrit le 17/11/2015 à 12:54 :
Ce qui nous intéresse, c'est combien de ces fous sont morts sous nos bombes. Pour l'instant on nous parlent " d'aménagement du territoire "
a écrit le 17/11/2015 à 12:41 :
ces interventions militaires sont très couteuses, mais elles permettent de redorer le blason et faire oublier les vraies responsabilités...
car il n'y a que l'intervention au sol qui peut apporter des résultats, les frappes militaires ne font qu’exciter les terroristes qui vont nous le faire payer cher...
c'est irresponsable et manipulateur, et avec nos deniers...
a écrit le 17/11/2015 à 11:56 :
" Elle a détruit un centre de commandement et un centre d'entraînement "..

heu çà fait combien de temps que ce centre de commandement et ce centre d' entrainement aurait dû ètre détruit ? on le gardait sous le coude comme une poire pour la soif ?
Avant ils bombardaient quoi nos fiers avions ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :