Barack Obama envoie des troupes au sol en Syrie

 |   |  283  mots
Barack Obama est prêt à une intervention au sol en Syrie, alors qu'il s'y était opposé jusque-là.
Barack Obama est prêt à une intervention au sol en Syrie, alors qu'il s'y était opposé jusque-là. (Crédits : © Kevin Lamarque / Reuters)
Le geste de Barack Obama semble modeste: il ne s'agit que d'une cinquantaine de soldats des Forces spéciales américaines envoyés pour soutenir les rebelles modérés. Et pourtant, c'est un vrai tournant dans la position américaine qui jusqu'ici refusait toute intervention au sol. Mais c'était avant la campagne de frappes aériennes russes en Syrie, qui ont débuté le 30 septembre.

Le président américain, Barack Obama, a autorisé le déploiement de moins de 50 soldats des forces spéciales dans le nord de la Syrie afin de coopérer avec les forces locales au sol dans la lutte contre l'organisation Etat islamique (EI), a déclaré vendredi un haut responsable de l'administration.

La Maison blanche a parallèlement autorisé le déploiement d'avions A-10 et F-15 sur la base aérienne turque d'Incirlik, le renforcement de l'assistance militaire fournie à la Jordanie et au Liban, ainsi que des discussions avec le Premier ministre irakien, Haider al Abadi dans le but de viser des dirigeants et des réseaux de l'EI, a ajouté ce responsable.

Tournant stratégique

La décision d'envoyer des conseillers en Syrie marque un tournant dans la stratégie américaine contre l'EI, Washington ayant jusqu'à présent refusé toute présence militaire sur le sol syrien pour ne pas se laisser entraîner dans le conflit.

Elle traduit une évolution plus large de la stratégie américaine visant à renforcer les rebelles modérés en Syrie, parallèlement à l'intensification des efforts diplomatiques entrepris par Washington, expliquent plusieurs sources.

Une réponse à l'offensive russe?

Elle intervient alors que la Russie joue depuis un mois un rôle militaire clé dans le conflit syrien en soutenant les forces du président Bachar al Assad par des frappes aériennes.

Moscou dit vouloir frapper l'organisation Etat islamique (EI) mais ses chasseurs ont pris pour cible d'autres groupes rebelles opposés à Assad, dont certains sont soutenus par Washington.

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, est vendredi à Vienne, la capitale autrichienne, pour des discussions multilatérales sur la guerre en Syrie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2015 à 14:18 :
CETTE GUERRE EN SYRIE CONTRE L ETAT ISLAMIQUE RADICALE PEUT NOUS ENTRAINE VERS UNE GUERRE MONDIALE GENRALISE .ESPERONS QUE LES GRANDS DE CE MONDE SAVENT CE QU IL VEULENT REELEMENT? LA GUERRE OU LA PAIX MONDIALE???
a écrit le 31/10/2015 à 18:29 :
Et vous croyez que l'aviation ne bombarderait pas des " islamistes modérés " accompagner de force spéciale Américaine. Gag !!!!!!!!
a écrit le 31/10/2015 à 14:26 :
Islamistes modérés, rebelles opposés à Assad, etc., tout cela est de la réthorique qui ne mène à rien. Si les Américains veulent vraiment éliminer l'État islamique, ils doivent coopérer avec les Russes. Cela fait plus de 4 ans que les US nous chantent la même chanson et la situation empire !!! Bon, des gens sensés comme Jimmy Carter en sont conscients, mais cela suffira-t-il pour que les Américains se décident enfin à régler les problèmes selon leur priorité, à savoir les islamistes d'abord et Assad ensuite en respectant la liberté des peuples à décider d'eux-mêmes. Voir Jimmy Carter sur https://www.youtube.com/watch?v=2o152WIYqaM
Réponse de le 31/10/2015 à 14:47 :
Il y a des islamistes aussi en Iran, alors pourquoi la Russie ne fait rien là-bas ? Au contraire, la Russie est amie avec l'Iran. Donc tout ceci n'a rien à voir avec islamistes ou pas. Vous ne comprenez rien.
Réponse de le 31/10/2015 à 16:52 :
@@Patrickb: 1) jusqu'à prevue du contraire, les Islamistes iraniens ne commettent pas d'actes de terrorisme en Iran ou en France. 2) N'ai-je point dit qu'il fallait respecter les priorités ? Et pour l'instant, c'est bien l'EI qu'il faut éliminer. 3) bien sûr que le terrorisme n'a rien à voir avec l'islam puisque ce sont les catholiques, protestants et orthodoxies qui sont responsables decette sauvagerie :-) tu prendrais pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages par hasard ??
a écrit le 31/10/2015 à 9:48 :
C'est moi ou on se croirait revenu au temps de la guerre froide ?
a écrit le 31/10/2015 à 8:47 :
Juste assez d'hommes pour provoquer un " accident" et une confrontation avec les russes ? Ou pour empêcher les russes de bombarder les terroristes ?
Réponse de le 31/10/2015 à 13:14 :
Ces "terroristes" qui veulent des élections démocratiques, ont été gazés par un dictateur et luttent contrent des fanatiques religieux en même temps.

Je ne les porte pas beaucoup dans mon cœur, mais je crois que je porte encore moins dans mon cœur leurs ennemis.
a écrit le 31/10/2015 à 7:51 :
Vladimir Poutine est un fin tacticien ...il a sauvé indirectement la face d'Obama à quelque mois de la fin de son mandat......qui n'arrivait plus à gérer les résultantes des fiascos US au moyen orient ...en Irak, Syrie ...et en plus , il a impliqué les US dans le conflit avec des troupes au sol... alors que leurs politique était inverse....
a écrit le 30/10/2015 à 21:51 :
L'armée US est en Syrie depuis 2011, le début de la guerre, pour entraîner les " rebelles", c'est à dire des mercenaires venus du monde entier.
C'est juste officiel en 2015.
a écrit le 30/10/2015 à 21:15 :
Il doit y avoir depuis longtemps des FS US en Syrie. Juste pour guider les bombardements.
Que se passera-t-il si la Russie tue des soldats US en bombardant les opposants à Bachar????
a écrit le 30/10/2015 à 19:15 :
Cette "course à "l' échalote" ne remplace pas un dialogue qui est plus constructif, Les USA aident les rebelles que la Russie bombarde, cela s'appelle se faire la guerre par pays interposés et le moins que l'on puisse dire ce n'est pas constructif pour la paix mondiale!
Réponse de le 31/10/2015 à 8:31 :
La 3 eme guerre mondiale.
Ceux qui croyait que poutine etait le nouveau maitre du monde et qu il aurait ridiculise les americains impunement sont encore plus fou que Vladimir.
a écrit le 30/10/2015 à 18:54 :
Erdogan supporté par le prix Nobel ne vaut pas mieux qu'Assad et prétexte la lutte contre Daèche pour , sans vergogne , massacrer les Kurdes y compris ceux de son peuple . Hollande ne trouve rien à redire (bizarre) et même se couche quand Erdogan se débarrasse des réfugiés en les poussant à l'eau !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :