Trump ordonne aux entreprises américaines de quitter la Chine

 |   |  170  mots
Donald Trump, le 22 août 2019, fait un discours à la Maison-Blanche devant un portrait d'Abraham Lincoln, 16e président des États-Unis qui a dirigé le pays à l'un des pires moments de son histoire, la guerre de Sécession.
Donald Trump, le 22 août 2019, fait un discours à la Maison-Blanche devant un portrait d'Abraham Lincoln, 16e président des États-Unis qui a dirigé le pays à l'un des pires moments de son histoire, la guerre de Sécession. (Crédits : Kevin Lamarque)
"Nous n'avons pas besoin de la Chine et franchement, nous nous porterons beaucoup mieux sans elle", a dit le président américain, ajoutant qu'il préciserait plus tard dans la journée comment les États-Unis répliqueraient aux nouveaux droits de douane chinois sur quelque 5.000 produits américains annoncés un peu plus tôt par Pékin.

Le président américain, Donald Trump, a appelé vendredi les entreprises américaines à cesser leurs activités en Chine après l'annonce par Pékin d'un nouveau relèvement de ses droits de douane.

Un ordre qui ne sera pas facile à appliquer

Washington ne peut en fait pas obliger les entreprises américains à quitter la Chine et Donald Trump n'a donné aucun détail sur la manière dont il pourrait faire appliquer sa décision.

Il a dit qu'il préciserait plus tard dans la journée la réplique des Etats-Unis aux nouveaux droits de douane chinois sur quelque 5.000 produits américains annoncés un peu plus tôt par Pékin.

"Nos formidables entreprises américaines ont pour ordre de commencer immédiatement à chercher une alternative à la Chine, y compris en ramenant vos entreprises à la maison et en fabriquant vos produits aux USA", a dit le président sur Twitter.

"Nous n'avons pas besoin de la Chine et franchement, nous nous portons beaucoup mieux sans elle."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2019 à 14:00 :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/google-va-transferer-au-vietnam-la-production-du-smartphone-pixel-selon-la-presse-japonaise-20190828
Google obtempère... mais peut-être pas comme l'espérait D. Trump.
a écrit le 26/08/2019 à 10:35 :
Si la Chine vous intéresse, je vous recommande la lecture de "Mémoires chinoises" (Jean Tuan chez CLC Editions). L'auteur évoque la venue de son père en France en 1929 et son intégration, l'exceptionnel voyage qu'ils ont fait en Chine en 1967 durant la révolution culturelle et l'évolution du pays depuis 1980 dont il a été un témoin privilégié. Marie Holzman, sinologue de renom, a préfacé le récit. Derniers exemplaires sur amazon.fr.
a écrit le 25/08/2019 à 10:06 :
La relocalisation ou la solution la plus efficace pour protéger l’environnement.
a écrit le 24/08/2019 à 19:33 :
Trump a dit "soit on a un pays, soit on n'en a pas" et il le montre en défendant le sien. C'est un Reagan Bis qui va accomplir beaucoup de choses encore.
Réponse de le 24/08/2019 à 21:13 :
Ce que Trump dit est de peu d'importance. Ca fait près de trois ans qu'il vocifère et braille à la Maison Blanche... et 0 relocalisation. Pour une raison très simple ; le made in USA étant trop cher, les entreprises US ne pourraient plus exporter.
Réponse de le 24/08/2019 à 22:18 :
@bruno_bd
Vous connaissez bien mal l"Amérique
Réponse de le 25/08/2019 à 9:56 :
@celameregarde
Bruno_bd ne fait que dire l'évidence, le salaire d'un travailleur américain est bien supérieur à celui d'un travailleur chinois, à tel point que le coût de production ne serait pas le même du tout.
@depuis petropavlosk
La comparaison entre Trump et Reagan ne tient pas. Reagan a contribué à précipiter la chute du bloc de l'est car il a senti que l'URSS était en train de vaciller. Trump quant à lui semble incapable d'obtenir la moindre concession de la part des autres pays malgré un rapport de force favorable car paradoxalement il sous-estime la capacité des autres pays à ne pas céder et exacerbe les succeptibilités nationales ce qui fait qu'un dirigeant ne peut pas céder devant Trump sous peine de se mettre l'opinion publique à dos. Même le nouvel accord commercial entre les usa et la Corée du Sud qui a été présenté comme un succès par les médias a été en réalité un échec puisque les Coréens n'ont fait que des concessions symboliques qui n'avaient aucun impact sur les échanges. Pourtant avec le parapluie militaire US, les usa avaient de quoi faire plier ce pays.
a écrit le 24/08/2019 à 18:36 :
Il est rigolo le monsieur blond avec une moumoute
a écrit le 24/08/2019 à 15:19 :
C'est bien ça un populiste, quelqu'un qui vocifère tout le temps des âneries qu'affectionne bien le petit peuple. On en a connu un bien pire dans les années 40 qui à l'époque faisait fureur.
Réponse de le 24/08/2019 à 18:48 :
dans les années 30 vous voulez dire.
Réponse de le 24/08/2019 à 18:48 :
dans les années 30 vous voulez dire.
a écrit le 24/08/2019 à 12:46 :
On a hâte d'entendre toutes les sociétés américaines ayant domicilié leur supply-chain dans un pays qui leur garantit les marges maximum. La Chine : monnaie faible, main d'oeuvre très bon marché et surtout bien contrôlée (pouvoir des travailleurs faible).
L'inversion de ce processus devrait être passionnante de même que la mise en place des délocalisations a signé la mort économique de quantité de personnes sous nos latitudes, la relocalisation devrait avoir quelques effets bénéfiques.
Réponse de le 24/08/2019 à 19:00 :
le pouvoir des travailleurs est tres faible dans les entreprises communistes chinoises, ou le camp n'est jamais loin
quand il s'agit de hurler contre le capitaliste qui exploite les masses laborieuses et n'est pas chinois, c'est autre chose
le parti communiste chinois a entraine nombre de greve dans les entreprises occidentale et surtout... japonaises, pour de meilleurs salaires et moins d'exploitation
rien de tel dans une entreprise ' de conivence' ou tout mouvement est un refus du socialisme qui vaut.... he ben ca vaut une reponse bien socialiste, au choix execution ou camp, selon la gravite sociale
Réponse de le 24/08/2019 à 21:15 :
Cette inversion ne se produira pas.
Réponse de le 25/08/2019 à 9:37 :
Le processus ne va pas s'inverser, les usa sont au plein emploi (enfin en théorie), ils n'ont pas le réservoir de main d'oeuvre leur permettant de rappatrier leur production en Chine et surtout le coût du travail n'est pas le même.
Réponse de le 25/08/2019 à 10:59 :
La demande faiblit en Chine,encore une raison pour ces entreprises de relocaliser.Mais le jeu entre Trump et Xi sert plutot a masquer l'effondrement naturel du commerce mondial
a écrit le 24/08/2019 à 12:02 :
Trump, tel un autocrate n'a de cesse de désigner des ennemis extérieurs qui seraient la source de tous les malheurs de son pays. Il serait mieux inspirer de traiter les maux endémiques qui ravagent son pays: Très faible niveau d'éducation, violence (une fusillade faisant au moins deux morts en moyenne une fois par jour), très forte consommation de stupéfiants (la première au monde par habitant des pays de l'OCDE), généralisation de la consommation d'opioïdes, progression du nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, système de santé excluant les défavorisés, très forte proportion d'exclus du système qui ne recherchent même plus un emploi, faussant les soi disant flatteuses statistiques du chômage....La liste est longue est bien plus urgente à traiter que les importations de gadgets électroniques en provenance de la Chine.
Réponse de le 28/08/2019 à 21:45 :
Si Trump améliorait le niveau d'éducation... il aurait peu de chances d'être réélu.
a écrit le 24/08/2019 à 8:57 :
Si les entreprises US veulent payer des taxes d'importation sur le sol américain, libres a elles!
a écrit le 24/08/2019 à 7:43 :
Bravo à Trump. Les américains font tourner à plein régime des milliers d'usines et de fournisseurs chinois depuis des dizaines d'années. Et en retour, la Chine se montre toujours plus expansionniste et menaçante (ex: leur attitude en mer de Chine méridionale à l'encontre de ses voisins...). Enfin un président qui a assez de courage pour dire stop.
Réponse de le 24/08/2019 à 7:56 :
Eh dites moi que font nos gentils américains eux ?
Réponse de le 24/08/2019 à 9:27 :
Entièrement d'accord , s'il n'y avait pas eu Don. on serait mort , il a révéillé toute la planète sur les pratiques des bridés
Réponse de le 24/08/2019 à 14:01 :
Paler d'expansionnisme chinois c'est oublier la très longue histoire de ce pays. La Chine a toujours préféré le commerce à la guerre et n'a tenté que très rarement d'envahir un pays voisin (Japon : 2 échecs lamentables, Vietnam un échec récent encore plus caricatural, Inde un semi-succès vite abandonné). La seule exception serait le Thibet et encore …
Bref : les chinois sont beaucoup plus fiers et susceptibles qu'expansionnistes. Trump les humilie, comme il humilie tous ses adversaires, et va droit dans le mur. Raz le bol des cowboys à fusil d'assaut et de l'impérialisme yankee !
a écrit le 24/08/2019 à 1:26 :
Comme si les entreprises américaines allaient quitter le troisième marché mondial après les USA et l'UE !
A t-il une idée dont fonctionne les entreprises de son pays ?
Apres l'achat du Groenland, trump en est a sa deuxième grosse ânerie en moins de quelques jours. Record sur record.
La question de l"état mental de trump se pose de plus en plus.
a écrit le 23/08/2019 à 23:48 :
C'est nx, ça vient de sortir...
Si les entreprises US Installées en Chine rompent unilatéralement et immédiatement leur contrat et engagements avec leurs intermédiaires et partenaires chinois, le Xi verra rouge ( il en a l'habitude ) mais surtout il fera pas de cadeau : Allez hop !! Confisquez moi tt ça et foutez le reste dehors : matériel, bâtiment, stocks, avoirs, cptes, saisis sur le champs et personnel US expulsé...
Les E US n'auront plus qu'à aller se rhabiller chez Trump. Mais n'atil pas dit qu'il voulait encore baisser les impôts ? T'inquiètes, la planche à billets US veille et le monde continuera à payer .
a écrit le 23/08/2019 à 23:40 :
Trump pensait être le maître des horloges, il faisait et défaisait les cours mondiaux à coups de tweets, avait la main sur l'imposition de nouveaux tarifs douaniers. Puis il s'est dit que lever le pied à un an des élections serait de bon aloi, pour ne pas flinguer une économie qui commençait à montrer des signes de ralentissement. Il n'avait pas prévu que les Chinois remettraient une (voire plusieurs) pièce(s) dans la machine au pire moment, usant des mêmes méthodes que lui. Tel est pris qui croyait prendre !

On peut même se demander si les Chinois ne vont pas tenter une véritable "opération sabotage de l'économie" en jouant l'escalade, pour essayer d'empêcher sa réélection...ou d'obtenir une capitulation en rase campagne, tout aussi dévastatrice. Après tout, si leur économie en souffrira aussi, eux resteront au pouvoir.
a écrit le 23/08/2019 à 21:46 :
"Nous n'avons pas besoin de la Chine"... et bien si justement !!!
1- Il faut construire des USINES qui n'existent pas.
2- Il faut trouver les investissements pour construire ces dites usines.
3- Il faut modifier la supply chain.
4- Il faut trouver la main d' œuvre (une gagneur sachant que les US sont au plein emploi).
5- Il faut former la main d'œuvre.
Donc, dans le meilleur des cas cela va prendre 40 ans pour récupérer quoi ? Des jobs de chinois et perdre accès au 1er marché mondial !
Réponse de le 25/08/2019 à 15:41 :
Et avant-tout, il faut que TOTO apprenne le français:
- "supply chain" = logistique
- "une gagneur"= une gageure
a écrit le 23/08/2019 à 21:31 :
"Nos formidables entreprises américaines ont pour ordre de commencer immédiatement à chercher une alternative à la Chine"
et les pas formidables, elles peuvent rester ? :-)
Les pièces chinoises achetées par ces entreprises formidables pour fabriquer leurs produits ça sera géré comment ? Il faut entrainer les entreprises chinoises pour travailler aux USA ? Et leurs sous-traitants aussi ?
Trump doit considérer que ses sanctions sont "justes" mais nul n'a le droit de contester ça en réagissant (à taxation, taxation et demi), voir le problème avec le Danemark et le Groenland, il fallait dire "non" mais pas "c'est stupide comme idée", ça l'a frustré, mis en colère et il a annulé la rencontre/discussion agréable qui devait avoir lieu.
a écrit le 23/08/2019 à 21:01 :
On va finir par l'appeler " le Fada"....
a écrit le 23/08/2019 à 20:39 :
On a l'impression que ce type est en train de devenir fou, il ne serait pas à la tête de la première puissance mondiale que cela en serait presque comique.
Réponse de le 24/08/2019 à 10:39 :
Non, il l'était déjà à son élection.
a écrit le 23/08/2019 à 20:37 :
Il ne fait nul doute que pour gagner cette guerre commerciale, les USA peuvent compter sur un réseau d'entreprises américaines en Chine qui sont prêtes à pratiquer la tactique de la terre brulée en Chine, en faisant dynamiter les usines, en faisant sauter les ponts, en détruisant les aéroports au fur et à mesure de leur retraite. Les USA doivent entreprendre tout ce qui peut empêcher les produits chinois d'atteindre les USA.
a écrit le 23/08/2019 à 20:10 :
J'espère que Boeing va comprendre qu'il doi quitter le marché chinois, et cesser de leur vendre le moindre avion... c'est airbus qui va être content ...
Réponse de le 23/08/2019 à 20:40 :
Le COMAC C919 chinois ne devrait pas tarder à arriver sur le marché. C'est un concurrent direct des Airbus A320 et Boeing 737. Intégrant certaines technologies françaises (moteurs Safran et câblage Labinal) il pourrait avantageusement se substituer au B337...
Réponse de le 23/08/2019 à 23:10 :
Le C919 ?
Et avec quels moteurs, sans composants américains ?
Et les calculateurs de l avionique ?
Pas un avion civil sans composant / fournisseur américain .
Pas un avion civil sans comosant / fournisseur Européen d ailleurs aussi ...
Réponse de le 24/08/2019 à 10:47 :
Les composants du C919 sont très majoritairement européens : moteurs Safran CFM, calculateurs Safran, câblage Labinal, simulateurs Thales, train Liebherr, nacelles Safran. Le développement du C919 est une aubaine pour les équipementiers européens, et notamment français.
a écrit le 23/08/2019 à 19:40 :
Il est temps en effet que les chinois vendent directement leur production au monde, sans passer par le marketing et les "services" US auxquels on peut accorder la même confiance qu'aux engagements internationaux de l'Amérique.
Tout le monde y gagnera en qualité et en prix.
a écrit le 23/08/2019 à 19:10 :
Moi j'ai ordonné au nuage de lait versé dans mon café ce matin d'en sortir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :