Les États-Unis accusent la Chine de manipuler le yuan, Pékin nie farouchement

 |   |  578  mots
La décision prise par Pékin lundi de laisser baisser notablement sa devise a provoqué une tempête sur les marchés financiers du monde entier.
La décision prise par Pékin lundi de laisser baisser notablement sa devise a provoqué une tempête sur les marchés financiers du monde entier. (Crédits : © Petar Kujundzic / Reuters)
Alors que le yuan a franchi hier le seuil symbolique des 7 yuans pour 1 dollar, Washington, après un moment de tergiversations, s'est décidé à officiellement demander au FMI de mettre un terme à cette concurrence déloyale alors que, au G20, la Chine avait pris l'engagement de "s'abstenir de toute dévaluation compétitive".

(Article publié le mardi 6 août 2019, mis à jour à 12h11 avec protestations de Pékin, en pied)

Les États-Unis ont officiellement accusé lundi la Chine d'affaiblir sa monnaie alors que le yuan a franchi le seuil symbolique des 7 yuans pour 1 dollar, un geste assuré d'attiser un peu plus les tensions entre les deux géants économiques et la nervosité des marchés.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, "sous les ordres du président Donald Trump, a conclu que la Chine avait manipulé sa devise", indique le département du Trésor dans un communiqué.

"Résultant de cette détermination [que la Chine manipule sa devise], le secrétaire Mnuchin va discuter avec le Fonds monétaire international pour éliminer l'avantage compétitif créé par les récentes décisions chinoises", poursuit le communiqué.

La décision prise par Pékin lundi de laisser baisser notablement sa devise a provoqué une tempête sur les marchés financiers du monde entier. Elle signale en effet une nouvelle escalade dans la guerre commerciale déclenchée à coup de tarifs douaniers punitifs par Donald Trump il y a un peu plus d'un an, pour forcer Pékin à négocier un accord commercial réduisant le déficit et les pratiques jugées déloyales par Washington.

Après les chutes sur les places asiatiques et européennes, les trois grands indices de Wall Street ont enregistré leur pire journée de l'année: le Dow Jones Industrial Average a perdu 2,90%, le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 3,47%  et l'indice élargi S&P 500 a lâché 2,98%.

Lire aussi : Les marchés encore très chahutés par l'intensification du conflit commercial sino-américain

La monnaie chinoise a franchi le seuil symbolique des 7 yuans pour un dollar lundi, un seuil qui n'avait pas été enfoncé depuis 11 ans.

Lire aussi : La monnaie chinoise plonge, un geste délibéré de Pékin après les menaces de Trump ?

Autre conséquence des tensions sino-américaines, l'agence officielle Chine nouvelle a aussi annoncé dans la nuit de dimanche à lundi que les entreprises chinoises avaient cessé d'acheter des produits agricoles en provenance des États-Unis.

Une annonce qui a un peu plus fait sombrer les indices.

Ces décisions chinoises font suite à la menace de Donald Trump d'imposer des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations chinoises à compter du 1er septembre malgré la reprise de négociations commerciales de haut niveau entre Washington et Pékin, qui étaient au point mort depuis le printemps.

Farouches dénégations chinoises

Mardi dans la matinée, la Banque centrale chinoise s'est défendue face aux accusations américaines de manipulation de sa monnaie après une chute du yuan face au dollar, en pleine guerre commerciale.

Pékin "s'oppose fermement" à ces propos du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, a réagi la Banque centrale, qui contrôle au quotidien le taux de change de la monnaie chinoise.

"La partie américaine n'a pas tenu compte des faits et a qualifié de manière déraisonnable la Chine de manipulateur de monnaie", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2019 à 9:55 :
Pour mieux connaître l'évolution de la Chine, lisez "Mémoires chinoises" de Jean Tuan chez CLC Editions. L'auteur évoque la venue de son père en France en 1929 et son intégration, l'exceptionnel voyage qu'ils ont fait en Chine en 1967 durant la révolution culturelle et l'évolution du pays depuis 1980 dont il a été un témoin privilégié. Marie Holzman, sinologue de renom, a préfacé le récit. Une lecture indispensable dont le contenu vous étonnera d'autant si vous avez récemment voyagé dans ce pays ou bien pensez le faire… Disponible en librairie sur commande et via fnac.com, amazon.fr, decitre.fr et Babelio.com
a écrit le 06/08/2019 à 15:47 :
La Chine est un pays souverain et fait ce qu'elle veut de sa monnaie contrairement aux pays sous tutelle de l'UE et de l'euro!
Réponse de le 06/08/2019 à 16:22 :
Une monnaie vaut ce qu'on pense qu'elle vaut, et la marge de manœuvre n'est pas infinie.

Les pays soviétiques ont réussi longtemps à faire vivre la fiction d'une valeur du rouble très supérieure à celle du marché noir. Mais c'était une époque où un état pouvait tout cadenasser, et sans échanges économiques en dehors du COMECOM.

Ce n'est pas le cas de la Chine, le cours ne pourra pas rester trop éloigné de la réalité économique indéfiniment. S'il est trop artificiel, les investisseurs vont quitter rapidement les bourses et l'économie réelle. Et les riches vont aller placer leurs économies dans des monnaies fortes.
La Chine n'a plus le contrôle total des mouvements financiers, qu'elle avait il y a encore 15 ans.

La dévaluation forcée est donc à durée limitée.
a écrit le 06/08/2019 à 15:33 :
Ils sont pris la main dans le sac mais le nient, cela est très vraisemblable , la Chine assure sa stabilité sociale d'un pays non démocratique par l'augmentation du bien-être matériel de ses citoyens, que la machine viennent seulement à se gripper, et la stabilité sociale s'envolera.
C'est le même problème avec Hong Kong, sa prospérité a tenu sa population sans heurts rattachée de force à la Chine, mais que peut-il en advenir de l'image propre du pouvoir chinois avec des problèmes sociaux?
a écrit le 06/08/2019 à 11:15 :
Pour mieux connaître l'évolution de la Chine, lisez "Mémoires chinoises" de Jean Tuan chez CLC Editions. L'auteur évoque la venue de son père en France en 1929 et son intégration, l'exceptionnel voyage qu'ils ont fait en Chine en 1967 durant la révolution culturelle et l'évolution du pays depuis 1980 dont il a été un témoin privilégié. Marie Holzman, sinologue de renom, a préfacé le récit. Une lecture indispensable dont le contenu vous étonnera d'autant si vous avez récemment voyagé dans ce pays ou bien pensez le faire… Disponible en librairie sur commande et via fnac.com, amazon.fr, decitre et Babelio.
a écrit le 06/08/2019 à 10:58 :
c'est l'hôpital qui se fout de la charité, y'a quoi 2 semaines, big T voulait lui aussi baisser le dollars et s'est plaint de la FED ... ça s'appel un retour à l'envoyeur ou l'arroseur arrosé, en attendant avec ses combines, toutes les économies du Monde trinquent et à la guerre des monnaies, l'Afrique et l'Amérique du Sud sont les plus vulnérables ... mais bon comme ils disent aux statesmans, que dieu bénisse l'amérique et nul autre pays sur terre ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :