Trump se fâche avec la high-tech pour l'abrogation du "visa startup"

 |   |  409  mots
Donald Trump s'est déjà mis à dos les géants de la Silicon Valley lorsqu'il a lancé une réforme du visa H1B, très prisé par les employés qualifiés dans le secteur technologique.
Donald Trump s'est déjà mis à dos les géants de la Silicon Valley lorsqu'il a lancé une réforme du visa H1B, très prisé par les employés qualifiés dans le secteur technologique. (Crédits : KEVIN LAMARQUE)
L'administration américaine vient de repousser l'entrée en vigueur du "visa startup", censé faciliter l'implantation de jeunes pousses créées par des entrepreneurs étrangers aux Etats-Unis. Cette mesure avait été adoptée par Barack Obama lors de ses derniers jours à la Maison-Blanche.

Donald Trump se fâche encore avec la high-tech. Le président américain s'attaque à "l'international entrepreneur rule", surnommé le "visa startup". Cette mesure prévoyait de faciliter la création de startup sur le sol américain par des entrepreneurs étrangers. Mais le département de la Sécurité intérieure a annoncé lundi repousser son entrée en vigueur au 14 mars 2018, initialement prévue le 17 juillet 2017. Ce report va permettre l'organisation d'une "une consultation publique sur son retrait définitif", selon un document du département de la Sécurité intérieure. Il pourrait aussi permettre, à l'administration Trump, de remanier le décret pour en proposer une version allégée, selon des sources anonymes interrogées par le Wall Street Journal.

Adoptée par Barack Obama lors de ses derniers jours à la Maison-Blanche, cette mesure propose un droit de séjour temporaire jusqu'à deux ans et demi pour les entrepreneurs étrangers souhaitant s'établir sur le sol américain. En contrepartie, ils devaient justifier d'une somme de 250.000 dollars levés auprès d'investisseurs américains ou à défaut, de 100.000 dollars de subventions américaines. Environ 2.940 startups étaient éligibles au programme, selon le département de la Sécurité intérieure.

"Une grosse erreur"

Les réactions dans le milieu de la high-tech n'ont pas tardé à pleuvoir. "Les 44 startups américaines milliardaires fondées par des immigrés ont créé en moyenne 760 emplois [nationaux] par entreprise", assure Gary Shapiro, le président du CES, le plus grand rassemblement mondial dédié à la high-tech. "Sans ces entrepreneurs immigrés, il paraît peu probable que l'Amérique fasse aujourd'hui figure de modèle d'innovation", poursuit-il dans un communiqué relayé par le New York Times. L'un des co-fondateurs d'AOL, Steve Case, a dénoncé une "grosse erreur" sur Twitter, tout comme le co-fondateur de PayPal, Max Levchin, d'origine ukrainienne.

"Trump reporte officiellement le "visa startup". Grosse erreur. Les entrepreneurs immigrés ne volent pas d'emplois, ils les créent."

Donald Trump s'est déjà mis à dos les géants de la Silicon Valley en avril, lorsqu'il a lancé une réforme du visa H1B, très prisé par les employés qualifiés dans le secteur technologique.

> Lire aussi : Victoire de Trump, les craintes de la high-tech

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2017 à 22:58 :
Trump a raison, car il y a des milliers d'américains qui sont au chomage et qui sont tout à fait compétents pour bosser dans des startup. Privilégier les citoyens du pays d'abord. Ce n'est pas etre xénophobe de dire cela.
a écrit le 12/07/2017 à 11:35 :
La réaction des GAFAM et autres est tout a fait compréhensible. Mais prenons un peu de recul. Le manque de "talents" déplorés par les USA est peut-etre aussi le fruit de la destruction méthodique de leurs écoles publiques et du système d'éducation. A vouloir concentrer toutes les ressources sur une petite élite éclairée et brillante, on finit par manquer de bras et de cerveaux... L'importation de talents étrangers est aussi une saignée pour des pays en développement qui en aurait bien besoin. Alors in fine, réguler strictement l'entrée des entrepreneurs, si un effort supplémentaire est mis sur la formation nationale, serait bénéfique pour les USA et les pays des emmigrants non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :