Trump sort un gros chèque pour échapper à un procès pour fraude

 |   |  397  mots
Pendant la campagne présidentielle, Donald Trump s'en est pris à plusieurs reprises au juge chargé du dossier dans le cadre de l'action en nom collectif.
Pendant la campagne présidentielle, Donald Trump s'en est pris à plusieurs reprises au juge chargé du dossier dans le cadre de l'action en nom collectif. (Crédits : © Mike Segar / Reuters)
Des étudiants de la "Trump University" s'estimaient escroqués. La transaction de 25 millions de dollars évite à au président élu et homme d'affaires des procès, dont le premier devait théoriquement s'ouvrir le 28 novembre.

Un revirement pour le président élu qui avait longtemps écarté l'idée d'un accord amiable. Donald Trump va verser 25 millions de dollars à d'anciens étudiants de sa défunte "Université Trump"("Trump University") pour mettre fin aux poursuites dont il faisait l'objet. Selon le procureur de New York, Eric Schneiderman, qui a annoncé vendredi l'accord dans un communiqué, ce sont plus de 6.000 anciens étudiants de cette formation qui vont être indemnisés.

     | Lire L'université de Donald Trump et son faux enseignement mis à l'amende

Donald Trump va également s'acquitter d'une amende d'un million de dollars auprès de l'Etat de New York pour violation de la législation sur l'éducation, a indiqué le procureur Schneiderman. La transaction évite à l'homme d'affaires des procès, dont le premier devait théoriquement s'ouvrir le 28 novembre.

35.000 dollars de frais de scolarité

Deux actions en nom collectif avaient été lancées par d'anciens étudiants de la "Trump University", qui affirmaient avoir été trompés par un marketing mensonger.

Bien qu'ayant payé jusqu'à 35.000 dollars de frais de scolarité, ils assuraient ne pas avoir bénéficié des services promis dans les documents de promotion de ce programme, qui ne délivrait pas de diplôme reconnu et a fonctionné entre 2005 et 2011.

Dans une autre procédure judiciaire, à l'initiative du procureur de l'Etat de New York, en 2013, Eric Schneiderman avait accusé la Trump University d'avoir "escroqué des New-yorkais qui travaillaient dur".

Trump voulait à tout prix éviter un accord

Durant des mois, le promoteur new-yorkais s'était dit prêt à aller jusqu'au tribunal pour faire établir son innocence. "L'université Trump a un taux de satisfaction de 98%. J'aurais pu trouver un accord amiable mais je ne le ferai pas, par principe", avait notamment tweeté, fin février, celui qui était alors candidat à l'investiture républicaine.

Pendant la campagne présidentielle, Donald Trump s'en est pris à plusieurs reprises au juge chargé du dossier dans le cadre de l'action en nom collectif, Gonzalo Curiel, accusant le magistrat né dans l'Indiana (nord) de ne pouvoir être impartial en raison de ses origines mexicaines. La semaine dernière, après la victoire de Donald Trump lors de l'élection présidentielle étasunienne, son avocat avait néanmoins indiqué à l'audience qu'il était ouvert à la possibilité d'un accord amiable.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2016 à 10:01 :
Payer sans faire de vagues présente deux avantages pour lui: 1) il ne traînera plus ce boulet politico-médiatique et 2) il déduira les frais de cette aventure de ses impôts, donc en finale, cela ne lui coûtera pas si cher que cela :-)
a écrit le 20/11/2016 à 7:38 :
cela me rappelle un chèque de plus de 300k€ fait par M. Sarkozy au parti après avoir été élu président de ce même parti. Oui les petites affaires n'ont pas de frontières.
a écrit le 19/11/2016 à 21:52 :
Trump n'échappe pas à la règle, toutes les fortunes (et plus grandes elles sont) sont suspectes. A un moment où à un autre, pour être au-dessus les "meilleurs", il faut s'arranger avec la loi. Les meilleures périodes sont celle troublées: guerres, instabilité politique, kracks boursiers, immobiliers... Les profiteurs font souvent leur pelote dans ses moments là, sur le malheur des autres , lequel ils ont largement participé.
Trump est sans foi, ni loi, ni vergogne au plan personnel et professionnel. On ne peut rien attendre de bon de sa part, certainement pas les US au premier chef.
a écrit le 19/11/2016 à 19:44 :
et encore une flagrant exemple de cette république bananière soi disant démocratique ou l'argent évite une condamnation et ils osent vouloir nous donner des leçons. Je comprends mieux pourquoi les relations avec Poutine vont s'améliorer.
Réponse de le 20/11/2016 à 17:22 :
@ratz1: il faut être rationnel. On lui demande 25 millions et il accepte de payer. Doit-on refuser et le poursuivre en justice pour payer les 25 millions ou peut-on faire simple en acceptant son fric pour fermer el dossier ???
a écrit le 19/11/2016 à 17:24 :
Il ne terminera pas son mandat.
Les républicains auront sa peau '"politique" quand ils s'apercevront que c'est une fantastique machine à perdre les élections. Soit en le poussant à la démission soit en le destituant.

RDV dans deux ans pour les élections de mid-term.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :