« Une puissance de déstabilisation de l’Afrique » : Macron charge la Russie

Emmanuel Macron a accusé ce vendredi 23 juin la Russie d'être « une puissance de déstabilisation de l'Afrique », lors d'un entretien en marge du sommet de Paris. Le Kremlin assure de son côté y développer des « relations constructives ».
Emmanuel Macron a accusé la Russie ce vendredi d'être une « puissance de déstabilisation de l'Afrique ».
Emmanuel Macron a accusé la Russie ce vendredi d'être une « puissance de déstabilisation de l'Afrique ». (Crédits : STEPHANIE LECOCQ)

Dans un entretien accordé au micro de France info, RFI et France 24, Emmanuel Macron a dénoncé vendredi les agissements de la Russie en Afrique, l'accusant d'être « une puissance de déstabilisation » de la région. En cause, la milice Wagner, devenue un acteur majeur de l'expansion de l'influence russe sur le continent.

Lire aussi« Le transport aérien est absolument indispensable au désenclavement de l'Afrique (ATAF)

« C'est une puissance de déstabilisation de l'Afrique à travers des milices privées qui viennent faire de la prédation, des exactions sur les populations civiles », a asséné le président français, rappelant que « cela a été documenté par les Nations unies en République centrafricaine à travers la milice Wagner ».

Le président n'est pas le premier à avoir qualifié le groupe paramilitaire russe de cette façon. L'Union européenne avait annoncé en février de nouvelles sanctions contre la milice Wagner pour ses « violations des droits humains » en Afrique, décidées « au vu de la dimension internationale et de la gravité des activités du groupe, ainsi que de son impact déstabilisateur sur les pays où il est actif », avait écrit le Conseil européen dans un communiqué.

Wagner en cause

Wagner, groupe paramilitaire fondé en 2014, est considéré par les Etats-Unis comme une organisation terroriste internationale. Les Etats-Unis qui essayent depuis plusieurs années de contrecarrer l'influence russe en Afrique accusent le groupe Wagner de « commettre des violations des droits humains et d'extorquer les ressources naturelles en Afrique ». Le groupe s'est imposé comme un acteur majeur du conflit en Ukraine et ses mercenaires ont également été aperçus en Syrie ou en Libye.

«La Russie s'est mise de son propre chef dans une situation qui est de ne plus respecter le droit international, de redevenir au fond l'une des seules puissances coloniales du XXIᵉ siècle, en menant une guerre d'empire auprès de son voisin, l'Ukraine », selon Emmanuel Macron.

Le dialogue est toujours possible

Emmanuel Macron n'a cependant pas écarté la possibilité d'échanger avec Vladimir Poutine si l'occasion se présentait et si les conditions étaient réunies.

Si le président russe l'appelle demain ? « Bien sûr, je décroche », a assuré M. Macron. « S'il m'appelle pour proposer quelque chose, je prendrai, parce que la France a toujours été une puissance facilitatrice et de médiation ». Mais « la reprise du dialogue n'est possible que s'il y a un respect du droit international, qui est le seul qui nous permet de vivre en paix » a-t-il nuancé. Il a par ailleurs répété qu'il n'avait lui-même « pas de raison d'appeler aujourd'hui » Vladimir Poutine, en pleine contre-offensive ukrainienne. « Le temps viendra, je l'espère, de négociations aux conditions de l'Ukraine ».

Le Kremlin dément

Le Kremlin a rapidement balayé ces accusations. Il assure développer en Afrique « des relations constructives » avec les pays du continent. « La Russie développe (avec les pays africains) des relations amicales, constructives, basées sur le respect mutuel », a affirmé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. Celles-ci « ne sont pas dirigées et ne peuvent pas l'être contre des pays tiers », a-t-il également souligné.

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, la Russie a cherché à renforcer ses liens économiques et diplomatiques avec l'Afrique, faisant concurrence dans certains pays à la France. La crise de confiance entre l'Occident et les pays d'Afrique, mise au jour au cours du sommet de Paris sur la pauvreté et le financement climatique, profite sans aucun doute à la Russie. Moscou entend bien orienter la situation en sa faveur : plusieurs pays d'Afrique ont partagé leur impression d'être mis à l'écart, affirmant se sentir « délaissés » au profit de l'Ukraine. Le contexte actuel « expose le vrai visage de l'action des grandes puissances en direction du continent », estimait une source diplomatique au Bénin, en amont du sommet.

La Russie va par ailleurs organiser fin juillet un deuxième sommet Russie-Afrique, à Saint-Pétersbourg, un moyen d'afficher son entente avec ses partenaires africains malgré le conflit en Ukraine. Une délégation de chefs d'Etat africains s'est également rendue le week-end dernier en Russie, prônant la fin de la guerre devant Vladimir Poutine et formulant des propositions jugées toutefois « très difficiles à mettre en œuvre » par le Kremlin.

En Afrique, la Russie s'efforce d'attirer dans son camp les dirigeants africains en affirmant se dresser en rempart contre l'impérialisme et en accusant l'Occident de bloquer avec ses sanctions les exportations de céréales et des engrais russes essentiels à de nombreux pays.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 25/06/2023 à 10:23
Signaler
Il se défausse toujours sur les autres, les français en savent quelque chose !,-)

à écrit le 24/06/2023 à 17:16
Signaler
Bonjour, Avant toute chose le développement de l'Afrique est sous la responsabilité des africains... Donc , pas question de remettre en question leur choix... S'ils souhaitent vendre leur pays au chinois ou au russe , pas de problème, mais pas qu...

à écrit le 24/06/2023 à 15:46
Signaler
nous devrions nous montrer discrets sur le sujet , pendant des années nous avons interférés dans les affaires africaines ; il serait bon que nos responsables politiques arrêtent de donner des leçons aux autres et s'occupent de gérer correctement le p...

à écrit le 24/06/2023 à 10:32
Signaler
Vu ce que vous faites à la France, ce reproche a la Russie est mal à propos. Regardez vous avant de reprochez aux autres ce que vous êtes pour nous... De part le fait, vous reprochez aussi au RN et LFI d'être "extrémiste" portant eux n'impose rien n'...

à écrit le 24/06/2023 à 8:22
Signaler
Une déclaration d'une banalité affligeante qui aurait eu sa pertinence il y a 5 ans tandis que le monde diplomatique en parle depuis 10 de la montée en puissance de la Russie en Afrique. D'ailleurs je pense qu'il va nous faire une déclaration inédite...

le 24/06/2023 à 8:40
Signaler
Sachant que l'Europe déstabilise le monde depuis des siècles, c'est l’hôpital qui se moque de la charité ! Le christianisme a servi d'alibi pour piller les richesses mondiales, puis est venu l'ère des conversions à la démocratie, puis aux droits de l...

le 24/06/2023 à 15:58
Signaler
Hypocrites c'est sûr et certain mais pas sûr qu'ils le sachent exprimant donc que ce ne sont plus que des demeurés qui croient aux bobards qu'ils nous racontent et là ça commence à être très grave.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.