Vaccination : l'UE se trouve au niveau atteint par le Royaume-Uni il y a un mois

 |  | 818 mots
Lecture 5 min.
Au 23 février, plus de 18,9 millions de britanniques ont été vaccinés contre 28,6 millions dans toute l'Union européenne, selon CovidTracker.
Au 23 février, plus de 18,9 millions de britanniques ont été vaccinés contre 28,6 millions dans toute l'Union européenne, selon CovidTracker. (Crédits : TOBY MELVILLE)
FOCUS DATA. Le Royaume-Uni a atteint à lui seul l'équivalent des deux tiers de la population vaccinée dans toute l'Union européenne. Alors qu'il est aussi le pays le plus endeuillé du continent, il vient d'abaisser son niveau d'alerte, le risque de submersion des hôpitaux ayant « reculé ».

Après un plan de déconfinement annoncé par le Premier ministre Boris Johnson, débutant le 8 mars, c'est au tour des hôpitaux britanniques de desserrer la bride. Outre-Manche, les autorités sanitaires ont décidé ce jeudi d'abaisser le niveau d'alerte relatif à la pandémie, le risque de submersion des hôpitaux ayant « reculé » au Royaume-Uni, soumis à un sévère confinement depuis début janvier. Le résultat aussi d'un campagne de vaccination menée tambour battant, avec plus d'un tiers des adultes ayant reçu au moins une dose à date.

Plus surprenant, en comparant les courbes des deux Unions, au 24 février, selon le graphique de « Our World in Data » (ci-dessous), avec 7,21 millions de personnes ayant reçu une dose, l'Union européenne se trouvait ainsi au même niveau de vaccination atteint par son voisin britannique... mais au 17 janvier, soit plus d'un mois plus tôt.

Résultat, alors que le pays recensait jusqu'à 68.000 cas de contaminations par jour début janvier, il n'a plus dépassé 21.000 cas quotidiens depuis début février et baisse de jour en jour, selon les données comptabilisées par le site CovidTracker.

Fort de ces résultat, du niveau cinq, son maximum, le niveau d'alerte outre-Manche passe à quatre, ont déclaré jeudi dans un communiqué commun les chefs médicaux des quatre nations du pays (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles, Irlande du Nord). "La menace d'une submersion du service national de santé ou des autres services sanitaires dans les 21 jours a reculé", ont-il expliqué.

Démarrée deux semaines avant celle de l'Union européenne, la campagne de vaccination britannique affiche plus de 18,9 millions de personnes ayant reçu une première dose de vaccin, soit l'équivalent des deux tiers du nombre total de personnes vaccinées dans l'Union européenne (28,6 millions).

L'écart avec la France est également visible. Le 23 février, le Royaume-Uni recensait 8.523 cas Covid, alors que la France en comptait plus du double (20.180). Reste que le Royaume est le plus du continent européen qui compte le plus de décès avec plus de 121.900 morts, contre plus de 85.473 en France.

Dans l'Hexagone, en retard sur la vaccination (moins de 4 millions de personnes vaccinées au 23 février), la situation est préoccupante. Le nombre de contaminations a atteint un record depuis novembre avec 31.527 nouveaux cas le 24 février. En Allemagne aussi, le risque de voir le nombre de contaminations repartir à la hausse grandit, le pays recensait moins de 5.000 cas le 22 février et plus du double deux jours plus tard.

> Dossier : la course au vaccin

Pourquoi l'Union européenne est-elle en retard ?

L'UE a d'abord attendu l'examen complet de l'Agence européenne du médicament avant d'autoriser les vaccins à circuler sur le territoire, alors que de l'autre côté de la Manche, les autorisations ont été délivrées en urgence. De plus, la Commission européenne, a fait le choix de négocier avec les laboratoires pour que ceux-ci soient responsables juridiquement pour les effets secondaires des vaccins, ce qui n'est pas le cas du Royaume-Uni. L'approche des vingt-sept est ainsi plus prudente mais plus lente.

Visée par un feu nourri de critiques, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a convenu le 10 février que l'UE avait été "trop optimiste" sur les livraisons et qu'elle devait muscler la production de masse pour mieux préparer les Vingt-Sept à la propagation des nouveaux variants.

Un sommet européen pour une meilleure coordination

Dans le même temps, les dirigeants européens ont entamé jeudi un sommet virtuel pour tenter d'afficher un front commun face à la menace des variants du coronavirus, en dépit de restrictions de circulation non coordonnées et de vives divergences sur le futur "passeport vaccinal".

Lors de cette réunion, Bruxelles a promis une forte augmentation des doses disponibles au deuxième trimestre - avec des livraisons des laboratoires Pfizer/BioNTech et Moderna nettement accrues et l'approbation du vaccin de Johnson&Johnson.

Inquiets de la poussée des variants, une dizaine d'Etats de l'UE ont limité le franchissement de leurs frontières. La Commission a sommé six d'entre eux de s'expliquer sur des restrictions de circulation qu'elle juge disproportionnées, redoutant la perturbation de chaînes de production.

Parmi eux figurent la Belgique, qui interdit tout voyage non essentiel, et l'Allemagne, qui filtre les liaisons avec la République tchèque, la Slovaquie et le Tyrol autrichien. La France a annoncé jeudi qu'elle exigerait des tests PCR récents pour les déplacements non professionnels de frontaliers depuis l'Allemagne vers la Moselle.

"La coordination est compliquée car pour les dirigeants, la priorité est de protéger leur population", observe un haut responsable européen, qui s'attend à des "discussions animées".

Lire aussi : Coronavirus: le Royaume-Uni a vacciné plus de 15 millions de personnes

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2021 à 18:32 :
Vu que nous avons approuvé le vaccin 3 semaines apres c est finalement assez logique. Et rappelons tout de meme que le ru a le taux de deces le plus mauvais d europe et qu ils ont été confinés tres durement car ils n utlisaient pas les masques.
Le vaccin c est une excellente chose mais c est un element .
En coree iou au japon, sans vaccin les gens allaient tres bien et les taux de décès étaient tres bas.
Quand l épidémie sera dernière nous nous ferons les bilans et si la france ne sera pas parmis les meilleurs je doute fort que le royaume uni presente un excellent bilan.
a écrit le 26/02/2021 à 11:25 :
Cela ne donne plus envie de rester dans l'Europe.
a écrit le 26/02/2021 à 2:50 :
Les Anglais ont toujours été des bons
a écrit le 25/02/2021 à 20:55 :
La France a deux fois plus de personnes vaccinés avec les 2 doses que la GB ( 1,3 million en France contre 669 mille en GB). La GB a fait le pari d'une vaccination massive avec une seule dose. On verra le résultat.
Réponse de le 25/02/2021 à 22:13 :
s'ils avaient suivi la politique de la France de donner deux doses qui en donneraient encore 9 millions. Pourquoi la France n'a-t-elle pas encore vacciné 9 millions?
a écrit le 25/02/2021 à 18:36 :
L'Europe a volontairement mis notre souveraineté sanitaire entre les mains des USA. C'est une entreprise américaine qui participait aux recherches de l'institut Pasteur sur le Covid, et c'est aussi une société américaine qui a profité des recherches de la société Allemande Biontech. C'est finalement la recherche européenne qui était en avance sur les USA et nous aurions dû être les premiers vaccinés.
a écrit le 25/02/2021 à 18:22 :
Nous n'avons pas encore de retour concernant les vaccinations, enfermer les gens est efficace mais ça cache bien les résultats des vaccinations c'est quand tout le monde sera libre que l'on verra si les gens à risques qui sont vaccinés ne meurent plus et pourront ainsi agoniser tranquillement comme avant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :