Vaccins anti-Covid : face aux milliards de profits, "l'indécence" de l'inégalité vaccinale

La "People's Vaccine Alliance", qui compte parmi ses 80 membres l'association Oxfam et le programme Onusida, exhorte les géants pharmaceutiques à lever immédiatement les brevets protégeant les vaccins anti-Covid. La coalition dénonce les bénéfices faramineux engrangés par les grands laboratoires, alors que seulement 2% de la population des pays à faibles revenus sont vaccinés.

4 mn

(Crédits : Dado Ruvic)

"Il est indécent que quelques entreprises empochent des millions de dollars de bénéfices chaque heure, alors que seulement 2% des personnes dans les pays à faible revenu ont été entièrement vaccinées contre le coronavirus", a déploré Maaza Seyoum de la branche africaine de People's Vaccine Alliance et African Alliance. Cette organisation a fait un calcul à partir des résultats financiers des trois géants pharmaceutiques qui dominent la vente de vaccins anti-Covid. Selon elle, Pfizer, BioNTech et Moderna engrangent un profit combiné de 65.000 dollars par minute grâce à leurs vaccins contre le Covid-19. Le trio réalisera des bénéfices avant impôts de 34 milliards de dollars cette année, soit plus de 1.000 dollars par seconde (ou 93,5 millions de dollars par jour.)

8 milliards de dollars d'aide publique

Après des résultats déjà spectaculaires, Pfizer et Moderna avait décidé d'augmenté le prix de leur vaccin contre le coronavirus dans le cadre d'un accord avec l'Union européenne. Le vaccin Pfizer est alors passé de 15,5 euros à 19,5 euros et celui de Moderna de 19 euros à 21,5 euros.

Ces groupes pharmaceutiques ont amassé des profits massifs en vendant l'immense majorité de leurs doses à des pays riches, aux dépens des nations moins développées qui restent très faiblement vaccinées, déplore l'association. De leur côté, AstraZeneca et Johnson & Johnson vendent pour l'instant leurs vaccins à prix coûtant.

L'alliance déplore aussi qu'en dépit d'un financement public de plus de 8 milliards de dollars, Pfizer, BioNTech et Moderna ont tous rejeté les appels à transférer la technologie des vaccins à des producteurs dans des pays à faible revenu par l'intermédiaire de l'OMS, "une mesure qui pourrait augmenter l'offre mondiale, faire baisser les prix et sauver des millions de vies".

La People's Vaccine Alliance, qui compte parmi ses 80 membres Oxfam et Onusida, exhorte aussi les géants pharmaceutiques à lever immédiatement les brevets protégeant les vaccins anti-Covid, via une initiative de l'Organisation mondiale du commerce, autour de laquelle les tractations continuent.

L'écart entre le Nord et le Sud va se creuser encore

Et l'inégalité vaccinale a un coût mondial, estimé à 2.300 milliards de dollars en 3 ans. Selon le centre de recherche The Economist Intelligence Unit (EIU), les deux tiers de ces pertes seront subies par des pays émergents, faute d'un taux de vaccination élevé, ce qui va ralentir leur rattrapage économique avec les pays plus développés, alimenter la pauvreté et augmenter le risque de troubles sociaux dans ces zones.

Pour Agathe Demarais, directrice des prévisions mondiales de l'EIU et auteure de l'étude, il y a "peu de chances" que l'écart dans l'accès aux vaccins soit "comblé" car "malgré des communiqués de presse flatteurs, les dons des pays riches couvrent seulement une fraction des besoins". Le dispositif international Covax, destiné à garantir aux pays défavorisés un accès équitable aux vaccins, "a échoué", malgré ses "(modestes) attentes", a-t-elle ajouté.

Engagement des labos

Face à cette faible couverture vaccinale et le peu de transfert de doses des pays riches vers les pays pauvres, l'OMS avait appelé cet été les entreprises pharmaceutiques à faire preuve de solidarité.

"J'appelle (...) tous les fabricants à donner à Covax le droit de premier refus (c'est-à-dire se voir proposer les doses en priorité Ndlr) sur les nouveaux volumes de vaccins ou à s'engager à mettre à disposition 50% de leurs volumes à Covax cette année", avait alors déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.

Les producteurs de vaccins contre le Covid-19 Pfizer/BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson s'étaient engagés au printemps 2021 à fournir à prix coûtant ou réduit 3,5 milliards de doses aux pays les plus pauvres en 2021 et 2022. Environ 1,3 milliard de doses devraient être livrées cette année, le reste en 2022. Pfizer fournira deux milliards de doses, Moderna « jusqu'à » 995 millions et Johnson & Johnson « jusqu'à 500 millions ». Reste à savoir si ces promesses ont été tenues.

Lire aussi 4 mnCovid-19 : l'OMS demande aux laboratoires de partager leurs vaccins avec Covax

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 16/11/2021 à 17:09
Signaler
Des résultats indécents ? Merci qui ? l'UE !

à écrit le 16/11/2021 à 12:43
Signaler
Quoi ? Pfizer n'est donc pas une gentille entreprise philanthropique ? Ah bon ? Seul le profit intéresse cette entreprise condamnée une trentaine de fois par la justice américaine !

le 17/11/2021 à 7:32
Signaler
Merci de nous laisser vos coordonnées afin de travailler bénévolement..

à écrit le 16/11/2021 à 11:28
Signaler
Ça devient lourd la dictature sanitaire hein, même pas pouvoir nuancer la notion d'"égalité vaccinale", la vache quel climat infernal en ce moment, ça pue le troisième Reich.

à écrit le 16/11/2021 à 10:35
Signaler
On peut en financer ensuite discrètement des états, partis politiques ,et toute la clique de médecins, épidémiologistes etc favorable à cette vaccination.

le 16/11/2021 à 11:12
Signaler
@ Lachose. Qui n'en n'est pas une.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.